Accueil 5 Autour de la séduction 5 La fémininsation du marché de la séduction
Féminisation de la séduction masculine

La fémininsation du marché de la séduction

Laissez-moi vous raconter une petite anecdote.

Juste après avoir lancé ce blog, j’ai commencé à poster sur un forum de séduction, très connu à l’époque.

Rapidement, je me suis fait remarquer et j’ai acquis une bonne réputation.

Certains membres m’écrivaient des messages privés pour me demander conseil ou pour me remercier. D’autres sollicitaient directement mon avis sur le forum.

À cette époque, l’essentiel des membres était des hommes. On pouvait parler de tout, y compris d’idées à contre-courant du discours dominant sur les femmes, à condition de bien argumenter.

Puis, quand j’ai commencé à donner des coachings en parallèle à mes études, j’ai cessé de contribuer par manque de temps.

C’est un peu par hasard que j’y suis retourné quelques années plus tard, pour fureter un peu.

Ce jour-là je suis tombé sur la demande d’aide d’un type qui disait ne pas comprendre pourquoi il n’avait eu aucune réponse de la part d’une fille qu’il venait de rencontrer.

J’ai pris quelques minutes de mon temps pour pianoter une réponse sur mon clavier, précisément pour lui dire ce que j’ai déjà longuement expliqué sur ce blog et dans mon livre sur la drague en journée.  À savoir que les filles sont changeantes et qu’il ne fallait pas s’attendre à ce qu’un numéro débouche sur quoi que ce soit à tous les coups.

Ce ne sont même pas des propos censés faire polémiques.

Tous les hommes, je dis bien TOUS, qui ont un tant soit peu pratiqué la drague, peuvent confirmer qu’il n’y a pas de suite logique entre l’intérêt qu’une fille témoigne lors de la rencontre et la suite.

Penser que c’est « dans la poche » parce qu’on a obtenu un grand sourire et un numéro, c’est présumer que les filles pensent et agissent comme les hommes. Ce qui n’est évidemment pas le cas.

Je m’attendais à obtenir éventuellement quelques commentaires, certains en accord avec ma réponse et d’autres pas. Et, comme toujours, j’aurais été ouvert au débat.

Mais à ma grande surprise, mon post a eu droit à un déferlement de commentaires négatifs, fondés sur aucun autre argument que : « Comment tu peux dire une chose pareille » ou « Encore un cliché machiste bidon ! »

La majorité était émise par des femmes (sur un forum censé être masculin).

Peut-être le pire, c’est que le commentaire le plus insultant que j’ai reçu a été fait par un coach en séduction, qui m’a à demi-mot traité de débile mental – sans argumenter bien entendu !

Je ne suis jamais retourné sur ce forum depuis (qui a dû se transformer en un genre de Doctissimo…)

Bien sûr, la critique m’importe peu.

Ce qui m’a surpris, c’est l’évolution rapide du forum qui, en quelques années, est passé d’une audience essentiellement masculine, qui parfois véhiculées des idées ô combien plus controversées que les miennes (comme utiliser l’hypnose ou la PNL pour coucher avec des femmes), à une audience mixte, qui n’apprécie pas qu’on pense différemment d’elle.

Ceci est un exemple de l’évolution du marché de la séduction ces dernières années.

Mais il y en a d’autres :

  • Les coachs en séduction qui se rebaptisent en « Love coach » ;
  • La recrudescence des coachs féminins pour hommes ;
  • L’abandon progressif de la drague dite «à froid », en particulier de la drague de rue, pour la drague sur internet et en cercle social.

Si l’on parvient à comprendre l’évolution passée, on peut à peu près deviner l’évolution future.

Et la tendance est clairement à la féminisation.

Par « féminisation », je parle en termes de mentalité.

Par exemple, plus les années passent et plus on a tendance à voir des articles ou des produits sur des sujets à l’eau de rose : comme trouver l’amour, séduire la personne de votre vie, etc.

Des aspirations qui sont plutôt de nature féminine.

En revanche, on trouve moins de titres comme : comment coucher avec des filles, comment construire un harem de sexfriends, etc.

Des aspirations qui répondent à des désirs principalement masculins.

Et c’est la même chose pour les modes de rencontres et la manière de séduire.

Il fut un temps, les membres de la (quasi défunte) communauté de la séduction ne juraient que sur l’approche à froid. C’est-à-dire draguer de pures inconnues, en boite ou dans la rue.

Draguer sur internet n’était même pas considérée comme de la « vraie » drague, parce qu’on abordait derrière un écran.

À mon avis, c’était même un peu too much !

En y repassant, c’était plus une manière de renouer avec sa virilité qu’obtenir des résultats.

Beaucoup d’hommes vouaient un culte à la drague de rue et au direct game. Non pas parce que ça leur permettait de coucher avec beaucoup plus de filles qu’ailleurs, mais parce qu’oser faire ce que la majorité des autres hommes n’ont pas le courage de faire (aborder des inconnues en direct) leur donnait le sentiment d’être plus courageux.

En bref : d’être de VRAIS mecs.

Ça améliorait leur perception d’eux-mêmes.

C’est un peu la même chose que pour les hommes qui vouent un culte aux sports de combat.

De nos jours, savoir se battre est facultatif.

Éventuellement, ça peut vous éviter de prendre quelques dérouillées au cours de votre vie, ou d’avoir à ravaler votre fierté en baissant les yeux devant un trou du cul qui vous met un coup de pression…

Mais certains hommes aiment s’entrainer à se battre et se confronter à d’autres hommes, parce que ça les fait se sentir plus viril. Et en fin de compte ça leur permet aussi de devenir plus virils.

Aujourd’hui, aux yeux du marché, internet devient le Saint Graal pour rencontrer des inconnues. Et l’on se désintéresse de plus en plus au daygame et nightgame.

C’est une autre forme de féminisation, dans le sens où cela implique de prendre toujours un peu moins de risque pour aller à la rencontre des femmes.

C’est aussi une sorte de « soumission » à l’idéologie féministe, si je puis dire cela ainsi. Parce que pour les féministes, toute approche autre que virtuelle est une quasi-agression sexuelle.

Et cela va aller de mal en pis, principalement pour 2 raisons :

I. Le féminisme met la pression sur le marché de la séduction

Surtout depuis l’affaire Julien Blanc et la médiatisation du harcèlement de rue, les militant(e)s féministes font pression sur les gros blogs et chaînes YouTube en faisant planer une menace de représailles contre ceux qui iraient trop à contre-courant du discours dominant que nous sert l’Honorable société.

Seduction By Kamal en a fait les frais il y a quelques années.

À cause d’un article (dont il n’est même pas l’auteur) qui recommandait des préliminaires agressifs, on l’a accusé de faire l’apologie du viol. Puis il a eu droit à son lot de dénigrement médiatique et de menaces de poursuites judiciaires.

Des journalistes sont même remontés jusqu’à son rédacteur web pour obtenir excuses et repentance publiques.

Forcément, cela a envoyé un message à l’ensemble du marché. En particulier aux gros sites, qui de par leur taille sont les plus exposés et ont le plus à perdre.

Ces sites-là ne sont pas des tribunes politiques. Leur préoccupation première est de faire tourner la boutique. Alors ils doivent passer un accord tacite avec les féministes (« on vous laisse faire votre business à condition d’avoir un discours conforme à notre idéologie. »)

Et à mesure que cette idéologie va poursuivre sa radicalisation, leurs conseils vont devoir se lénifier.

C’est quelque chose que je comprends tout à fait…

C’est beaucoup plus facile pour moi d’être libre de dire ce que je pense. Parce que je suis dans l’ombre. Je suis un auteur anonyme, qui gère un blog avec un trafic et un chiffre d’affaires relativement modeste.

Sans doute qu’à leur place, je réfléchirais à deux fois avant d’écrire quoi que ce soit qui pourrait titiller les féministes…

Quoi qu’il en soit le marché de la séduction se doit de devenir plus féministe-friendly pour continuer à exister.

Bien sûr, par marché de la séduction je parle essentiellement des sites mainstream, ceux qui « éduquent » la masse des hommes qui apprennent la séduction.

Les sites/chaînes YouTube de plus petite taille sont moins affectés par cette pression. Certains vont même à contre-courant, en véhiculant des idées largement antiféministes pour attirer l’attention.

II. Les hommes se féminisent

L’autre raison est en rapport avec la demande du marché.

Comme je l’avais expliqué dans cet article, le marché de la séduction répond à une demande majoritaire.

Les gros sites sont dans une logique d’entreprise : le profit avant tout. Alors…

  • Si une majorité d’hommes veulent des techniques verbales, ils leur offriront des techniques verbales.
  • Si une majorité d’hommes veulent savoir comment récupérer leur ex ou comment séduire CETTE fille, ils leur offriront une méthode spécifique pour ça.

Le marché vend aux hommes ce qu’ils désirent, pas ce dont ils auraient besoin.

Or les générations changent, les mentalités et aspirations avec…

Et les nouvelles générations d’hommes ont une mentalité toujours un peu plus féminisée.

  • Plus un homme est masculin, plus il a tendance à aimer « chasser » : aborder des filles, prendre des risques et apprécier l’adrénaline que ça procure. Il sera aussi plus centré sur ses désirs sexuels.
  • Plus un homme est féminin, au contraire, plus il va préférer des contextes sécurisants, rester passif et privilégier la validation au sexe. Il sera plus enclin à draguer sur internet et dans son cercle social, faire des trucs pour obtenir l’attention des femmes et se donner mille raisons de reporter l’escalade.

Il faut ajouter à cela que les nouvelles générations sont également plus portées vers le virtuel que nous (les vieux trentenaires) ne l’étions.

Facteur supplémentaire qui leur fait délaisser la drague réelle – en particulier dans la rue – au profit de celle sur internet. D’autant plus que le discours féministe leur insère un tas de croyances négatives quant à ce premier mode de rencontre.

Pire encore, ils délaissent de plus en plus la sexualité réelle, se satisfaisant de la pornographie.

Et comme coucher avec une femme devient « facultatif » pour eux, en fin de compte ils s’intéressent à elles pour leur affection. C’est le seul besoin qu’ils ne peuvent avoir en streaming sur le net…

Donc, ce n’est pas étonnant que le marché de séduction s’oriente de plus en plus vers de la drague « safe » pour des hommes qui cherchent l’affection des femmes.

Bien sûr, je décris une tendance là aussi. Je ne dis pas de TOUS les jeunes sont comme ça ni que les générations précédentes ne l’étaient pas…

À vrai dire, ma génération l’était déjà pas mal.

Mais chaque génération qui suit l’est un peu plus, et ça fait évoluer le marché de la séduction dans ce sens-là. Tandis que les femmes, quant à elles, recherchent plutôt l’énergie et la compagnie masculine.

Oubliez les blogs/chaînes de séduction qui s’adressent à la masse

Les blogs/chaînes qui s’adressent à la masse ont le mérite de lancer des hommes dans le monde de la séduction.

Mais si vous avez déjà mis le pied à l’étrier, ils/elles n’ont plus grand-chose à vous apporter.

Au contraire, ils/elles risquent de vous fourvoyer dans la recherche de validation, ainsi qu’insérer et/ou renforcer un tas de croyances limitantes et idées reçues sur les femmes, la séduction et les relations.

Et avec leur souci de ne pas déplaire aux féministes d’une part, et plaire aux nouvelles générations de l’autre, cela ne va pas aller en s’améliorant.

Je ne dis pas cela pour dénigrer le marché – bien que je prenne un certain plaisir à le critiquer ! –, mais pour vous avertir.

Les conseils du marché de la séduction dépendent du sens du vent, pas par de ce dont vous avez besoin.

Et le marché véhicule, et véhiculera encore plus, un tas d’idioties en fonction de celui-ci…

  • Il dira que la drague de rue est morte et que l’avenir est sur internet… Ou au contraire que la drague de rue est le meilleur moyen de rencontrer l’âme sœur (tout dépend si le business model du site tourne autour du coaching ou pas).
  • Il dira qu’on attire les filles avec ses qualités sociales, telle que l’humour et la tchatche, et que tout le reste ne compte pas…
  • Il dira qu’on peut séduire n’importe quelle fille en employant les bonnes techniques/la bonne méthode (pourvu que la rencontre se fasse sur Tinder ou dans son cercle social).
  • Etc.

À propos Chrys

Je suis l’auteur de autour de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

15 plusieurs commentaires

  1. Je crois qu’on se doit tous de le dire : c’est un article de qualité et (hélas) réaliste. Je sais pas pourquoi le marché se féminise….
    M’a théorie est que la plupart des gens culpabilisent vis à vis de la condition des femmes de la nuit des temps jusqu’àu 21ème siècle, et tout le monde est au chevet des femmes pour les « protéger » ou je ne sais quoi des qu’il y a un problème.
    Ce bon vieux Tesla avait raison !

  2.  » ils délaissent de plus en plus la sexualité réelle, se satisfaisant de la pornographie  » trop vrai

  3. Très bon article réaliste et très bien écrit comme d’habitude. Je ne veux pas faire mon complotiste mais il faut tout de même ne pas se voiler la face. Ce processus a commencé à la fin de la libération sexuelle, dans les années 80. Dans une vidéo de l’INA (sur youtube) lors d’une interview, on voit un homme très timide qui cherche à comprendre les femmes, il cherche une femme qui ferait bien l’amour et se laisserait guider par elle, l’interview date de 1986. Le gars doit avoir 60 ans passé aujourd’hui. J’espère qu’il a compris ce que veulent les femmes entre temps.
    Ce que je veux dire après pas mal de lectures et d’expériences personnelles, c’est qu’il y a eu plusieurs étapes:
    La libération sexuelle a libéré les femmes, ce qui est une bonne chose pour elle. Le féminisme naissait.
    Le discours sur le méchant patriarcat a commencé à cette époque, castrant les hommes qui ne savaient déjà plus où était leur place. L’homme doit comprendre la femme mais pas le contraire.
    Comme le dit Chrys, la femme est un variateur d’émotion contrairement à l’homme. Elle est imprévisible et c’est vrai.
    Ensuite dans les années 90, on retire les slows en boîte, la danse de drague par excellence, pas besoin de cours et qui dégèle la glace directe. Même un timide y allait.
    Le féminisme se durcit de plus en plus durant ces dernières décénies en opposant toujours plus les hommes et les femmes pour les éloigner. Les femmes sont depuis les années 80 des Madame BOVARY. Vous voulez connaitre les femmes, lisez madame BOVARY de Flaubert. C’est le meilleur moyen de ne plus se prendre la tête et à chercher à comprendre la femme moderne.
    La drague de rue s’est médiatisées dans les années 2010. Tiens, les hommes et les femmes vont mieux se rencontrer? Et ça n’a pas plu évidemment.

    Attention je fais mon complotiste: le but est de casser la famille, qui est le pilier d’une société. Il n’y a qu’à voir le nombre de divorces. Elle permet aux enfants d’avoir des repères. Or, quand une ministre dit que les enfants appartiennent à l’état et non à leur famille on a tout compris. Il faut des êtres infuençables, maléables sans repères.
    Donc on casse les relations hommes/femmes, on rend la rencontre plus difficile en castrant l’homme, en salissant son image aux yeux des femmes.
    Tout ceci est de l’ingénierie sociale. Ce n’est pas une immanence.

    Les articles de Chrys sont réalistes et de très bonne qualité. Mais quand on y pense, c’est un taf à plein temps et beaucoup d’énergie que de se consacrer à toutes ces Madame BOVARY.
    Il y a des périodes de vie où un homme a besoin de dépenser son énergie à autre chose. Ecoutez Jacques Brel aussi.
    J’ai 40 ans, j’aime les femmes mais elles sont énergivores.

    • Je ne crois pas en la thèse de l’ingénierie sociale.

      Je crois plutôt que c’est un dommage collatéral d’une conjonction de facteurs, à la fois politiques, économiques et morales/religieuses.

      Un peu comme pour les problèmes écologiques à cause de la surconsommation.

      Je ne pense pas que c’est un effet qui a été planifié et anticipé.

      Mais je suis 100% d’accord sur le constat.

      La famille occidentale traditionnelle est en voie d’extinction.

      – Parce que les femmes sont changeantes et privilégient leur bien-être à court terme au lien familial.

      Si elles ne ressentent plus rien pour un homme après plusieurs années, elles voudront ressentir de la passion et de l’attirance auprès d’un autre homme, même si cette passion et attirance ne dure elle-même que quelques années… pour finalement se retrouver dans la même situation (mais plus âgées, et avec des enfants de différents pères).

      – Parce que les hommes sont infidèles et les femmes deviennent de moins en moins tolérantes à cette nature (tandis que paradoxalement, elles deviennent de plus en plus infidèles aussi).

      Elles sont d’ailleurs moins tolérantes avec les hommes tout court.

      – Parce qu’à mesure où rencontrer un partenaire devient plus difficile pour le commun des mortels, on s’engage de plus en plus par défaut.

      C’est surtout vrai pour les hommes. Beaucoup sont tellement désespérés qu’ils s’engagent avec la première fille qui veut d’eux pour copain, pourvu qu’elle soit assez mignonne (et encore…)

      La liste est non exhaustive…

      Et, malheureusement, tant que les hommes toléreront les femmes telles qu’elles sont, en les suppliant de s’engager avec eux dans les conditions qui leur sont imposées par les femmes et la société, et accepteront de se faire larguer après plusieurs années et d’avoir leurs enfants uniquement le week-end (le tout en payant une pension alimentaire), les femmes n’ont AUCUNE raison de se remettre en question et changer !

      Il y a des périodes de vie où un homme a besoin de dépenser son énergie à autre chose

      C’est tout à fait vrai.

      Mais la quantité d’énergie dépensée peut être largement limitée d’une part.

      C’est l’une des raisons pour lesquelles je prône :

      1. De travailler ses fondamentaux.

      2. Les relations multiples aux coups d’un soir (une fois que tu as 2-3 sexfriends, la vie devient beaucoup plus facile…)

      3. D’intégrer au maximum les rencontres à son quotidien (versus : faire exclusivement des sessions).

      Et d’autre part, le sexe et l’affection féminine sont essentiels à son bien-être.

      On ne peut pas se contenter de branlettes et solitude sentimentale à long terme, à moins de faire ses valises pour un monastère tibétain et devenir un maître en méditation et lâcher prise.

      Une certaine quantité d’énergie doit être dépensée afin de gager un certain niveau d’épanouissement dans sa vie sexuelle et affective.

  4. Salut chrys
    Très article et fort lucide sur la situation actuelle.
    Il y a un certain nombre de points qui effectivement ont laissé pas mal d hommes (dont moi ) sur le carreau.

    -la drague de rue n était vraiment réservée qu a une minorité infime qui peut-être avaient des aventures et des relations en tout genre mais qui n etaient clairement pas possible pour la majorité.
    Du fait que le physique comptait pour tout dans ce genre d approches.

    Les sites de rencontres ont le même problème, le virtuel n arrange rien, bien au contraire.il Creuse encore plus des inégalités.

    Je suis inscrit au forum d art de séduire justement et les personnes la bas ont une vision très étroite de la séduction ; c est a dire que seuls les facteurs intérieurs comptent et quasiment pas les facteurs extérieurs.
    Un homme isolé qui n a que d opportunités et en plus avec même ne serait ce q un physique moyen aura clairement beaucoup moins de chance qu un autre pour qui Dame Nature aura été plus généreuse.
    C est remarquable que la chance soit constamment éliminée de l équation.

    Les femmes ne se remettront jamais en cause, ce n est pas dans leurs natures parceque tout est du.
    Mais c est une vision peu réaliste et beaucoup trop orienté.
    Je ne dis pas que les hommes sont parfaits, loin de la même.
    Seulement les perdants seront toujours ceux qui n auront que peu ou pas du tout de cartes dans leurs jeux.

  5. Super article !! Tu vois comment la drague en Île de France pour les 30 /45 ans ?

    • Pour un homme de plus de 30, le seul objectif de la drague doit être de convertir la séduction en relation, pas le coup d’un soir.

      Les coups d’un soir demandent un coût en temps et en énergie que nous ne pouvons plus assumer.

      Si tu as 30, 40 ou 50+ approches à faire dans la rue, et/ou passer des heures à liker, écrire à des profils pour coucher avec UNE fille… tu dois faire en sorte de ne pas avoir à recommencer tout le process à chaque fois.

      En île de France, il y a 2 modes de rencontres à privilégier : la rencontre en journée et la rencontre online.

      En matière de rencontre online, il y a un vivier à femme énorme en île de France. Notamment parce que la région attire de nombreuses provinciale et étrangère, qui viennent s’y installer pour faire des études ou trouver un job.

      Les femmes ont tendance se tourner sur internet quand elles sentent qu’elles ont peu de probabilités de rencontrer quelqu’un dans la vie réelle. Et les Franciliens sont pas la population la plus affable…

      L’avantage d’internet, quand on vieillit et qu’on a moins de temps et d’énergie à dépenser, c’est qu’elle permet de faire l’économie des deux.
      Par contre :

      1. Mieux vaut cibler des filles au-dessus de 23 ans. C’est l’âge ou généralement elles commencent à devenir « sérieuses » dans leur désir de rencontrer quelqu’un. Plus on descend en âge, plus les filles recherchent principalement (pour ne pas dire uniquement) la validation et à promouvoir leur profil Instagram.

      2. D’après mon expérience, la qualité des femmes séduisibles est globalement moins bonne que dans la rue – aussi bien sur le plan de l’attractivité physique que celui de l’état d’esprit. Mais tu peux tomber sur des exceptions.

      Pour la drague de rue, la densité de population est telle que tu peux facilement rencontrer des filles dans ton quotidien, en sortant du bus, en allant faire des courses, etc.

      Suivant là où tu es situé, tu peux éventuellement faire 30 minutes-une heure de session çà et là, et aborder quelques filles à chaque fois (les petits ruisseaux font les grandes rivières).

      Y’a aussi une communauté de dragueur plus importante.

      Si tu te fais quelques bons potes dragueurs, vous pouvez vous organiser des sessions ensemble de temps en temps. Une partie de « chasse » entre amis est généralement agréable et divertissante. Et sur un plan personnel, c’est plus productif qu’une soirée pizza/poker ou jeux vidéo.

      Enfin, si tu ne te sens pas mal à l’aise avec l’écart d’âge, n’hésite pas à tâter le terrain avec les filles 10-20 ans plus jeunes (à condition qu’elles soient majeures hein ). Surtout si tu ne fais pas vieux ni ringard !

      Certaines jeunes femmes sont très attirées par des hommes murs. Et comme ce genre d’hommes les sollicite peu (ou alors ce sont ceux de « mauvaise qualité »), elles peuvent s’avérer simples à séduire – à condition d’installer beaucoup de rapport.

      Plus l’écart d’âge est important, plus ça devient du « ça passe ou ça casse », mais qu’est-ce que c’est bon quand ça passe !!! :-p

      • « Pour un homme de plus de 30, le seul objectif de la drague doit être de convertir la séduction en relation, pas le coup d’un soir.. « Suite a ce que tu as écrit, du coup après 30 ans on privilégie une drague plutôt indirect ? Tu penses toujours que faire un compliment sur le physique cest démodé ? Jai voulu re tenté pour changer un peu d’approche, sans succès.

        • Suite a ce que tu as écrit, du coup après 30 ans on privilégie une drague plutôt indirect ?

          Non, le processus de rencontre reste le même, on ajoute juste une phase de « fidélisation » pour convertir la fille en sexfriend ou copine (de préférence en relation libre et non exclusive).

          Tu penses toujours que faire un compliment sur le physique cest démodé ?

          Si tu veux en faire un, tu peux. Pour moi, l’idéal c’est de le faire éventuellement à l’approche et c’est tout. Ensuite ce n’est pas utile. Tu DOIS complimenter (ça ajoute de la TS), mais sur autre chose : son regard, sa présence, son charme…

  6. @Chris tu penses donc que maintenant je ne peut pas avoir juste du sexe pour du sexe ? Je suis obligé faire le mec qui veut du sérieux avec la première qui dit oui ?

    Sinon, tu oublie surtout le mode de rencontre le plus important pour les plus de 30 ans:

    -Rencontre en activités (Salsa, salle de sport…)

    -Rencontre en Bars ou cercle social

    Bien sûr je parle avant le virus ou quand tout redeviendra normal.

    Sinon quand tu dis « la qualité des femmes séduisibles est globalement moins bonne que dans la rue – aussi bien sur le plan de l’attractivité physique que celui de l’état d’esprit. Mais tu peux tomber sur des exceptions »

    Les femmes sur les appli ou en activités sont les mêmes que dans la rue, donc aussi attirantes.

    Autre chose, les étudiantes qui veulent des mecs de 30 ou 40 ans c aussi par qu’elles aiment l’argent et donc faut pas rêver si vous êtes pas « le pigeon » ou sans ressource vous passer pour pervers si vous draguer des femmes trop jeunes pour l’honorable société.

    • @Chris tu penses donc que maintenant je ne peut pas avoir juste du sexe pour du sexe ? Je suis obligé faire le mec qui veut du sérieux avec la première qui dit oui ?

      Non c’est pas vraiment ce que j’ai dit. Quand je parle de relation, j’entends plutôt sexfriend ou libre (et pas sérieuse).

      A vrai dire, la relation sexfriend est sans doute la meilleure relation, car elle implique peu d’investissement dans la relation. J’ai même quelques SF que je ne vois qu’une fois par mois…

      Toutefois, coucher pour ne jamais revoir la fille n’est généralement pas rentable en terme de temps et efforts investi. Tu peux toujours le faire de temps à autre, mais la priorité doit être de fidéliser la fille dans une relation (idéalement non-exclusive) de ton choix.

      Sinon, tu oublie surtout le mode de rencontre le plus important pour les plus de 30 ans:

      -Rencontre en activités (Salsa, salle de sport…)

      -Rencontre en Bars ou cercle social

      Pour moi ce peut être dispensable avec internet et les approches quotidiennes, du moins en ile de france. C’est une région à grande échelle ou avoir plusieurs activités sociales peut être compliqué.

      Les femmes sur les appli ou en activités sont les mêmes que dans la rue, donc aussi attirantes.

      Oui. Mais je parle ici en terme d’accessibilté. Je trouve (mais ce n’est que mon avis) qu’on séduit plus facilement des filles de qualités dans son quotidien que sur le net.

      Autre chose, les étudiantes qui veulent des mecs de 30 ou 40 ans c aussi par qu’elles aiment l’argent et donc faut pas rêver si vous êtes pas « le pigeon » ou sans ressource vous passer pour pervers si vous draguer des femmes trop jeunes pour l’honorable société.

      Pas nécessairement des sugar baby. Certaines aiment sincèrement les hommes plus agées – si bien conservés. Mais en effet, etre perçu comme un « pigeon potentiel » est un risque supplémentaire quand on drague des filles jeune.

      En revanche c’est vrai que l’honorable société voit cela d’un mauvais œil. Il faut savoir passer outre.

  7. @Chris je viens de faire une approche en SPU sympa et fun. Bon j’ai fait du DG 20 secondes et ensuite petit compliment comme quoi j’aime son style et qu’elle est adorable (de ma part c toujours sincère).

    On discute on donne nos âges et échanges de prénom et ensuite (comme ont discutait en marchant) ont arrive au Tabac où elle prend ses cigarettes, et moi j’attend dehors et un pote m’appel….

    Quand elle ressort elle me fait juste un bon soirée et un signe de la mains… J’ai pas osé lui courir après pour demander le numéro….

    Pour moi c une réaction du genre (c’était sympa de parler mais bye bye) donc sa aurait été lourd de lui poursuivre pour « mendier » un numéro…..

    Tu penses que à ce stade c « sa passe ou sa casse » ? Parce que bon déjà pour moi le faite que la fille ne s’arrête pas quand j’aborde est déjà assez chiant à gérer et donc si on plus je dois la jouer à pile ou face c franchement pas terrible.

    Par contre qu’on on discutais il y avait du répondant et du flirt et elle me chauffait bien la miss (beau cu, châtain clair avec du charme et 20 ans).

    En tout cas sympa de voir que certaines ne sont pas dans le mauvaise délire du virus et qu’on peut encore parler à des femmes en vrai et pas en virtuel.

    • En tout cas sympa de voir que certaines ne sont pas dans le mauvaise délire du virus et qu’on peut encore parler à des femmes en vrai et pas en virtuel.

      Bah écoute, finalement, après avoir fait quelques approches aussi de mon côté, j’ai l’impression que les filles sont beaucoup moins effrayées que ce qu’on imaginais… J’ai même un rencard tout à l’heure 😀

      C’est peut-être déjà le bon moment pour commencer à aborder.

      Parce que bon déjà pour moi le faite que la fille ne s’arrête pas quand j’aborde est déjà assez chiant à gérer et donc si on plus je dois la jouer à pile ou face c franchement pas terrible.

      Ce n’est pas si grave si une fille ne s’arrête pas au départ.

      J’ai expliqué cela dans cet article.

      En revanche, mieux vaut amener la proposition avant qu’elle n’entre dans le bureau de tabac ou autre magasin, plutôt que de l’attendre.

      L’attendre te fait toujours perdre un peu de valeur, et peux envoyer un mauvais message. Ce n’est jamais une bonne chose, même pour le « flow » de la conversation – sauf si c’est une attente très court. Ca « casse » la dynamique.

      Est-ce que tu as senti qu’elle allait entrer quelque part ou qu’elle te l’a dit ? (en général les filles préviennent). Si oui, c’était à ce moment là que tu aurais dû amener le #close. Lui dire quelque chose comme : « Ok. Bah écoute, je suis attendu par des amis donc j’aurai disparu quand tu seras sortie. Mais c’était cool de te rencontrer et, si ça te dit, grâce à la magie des nouvelles technologies on peut rester en contact ! »

      Je l’ai expliqué à plusieurs reprises, les filles aiment se faire draguer mais se méfient des dragueurs…

      Être un homme qui dispose de tout son temps dans la rue est un mauvais indicateur (notamment de temps d’attendre qu’une fille s’achête ses clopes).

      Tu dois toujours paraître (ou au moins prétendre être) légèrement pressé…

      C’est l’une des raison pour lesquelles il vaut mieux demander le numéro rapidement (après quelques minutes), plutôt que de bavarder 15-20 minutes avant.

      C’est peut-être aussi pour cela qu’on semble plus crédit quand on drague dans son quotidien ; parce que tu as VRAIMENT quelque chose d’autres à faire après l’avoir abordé.

      Bien sur, quand je dis « légèrement pressé », ça ne veut pas dire stressé par la peur d’être en retard !…

      C’est comme si tu te rendais à un RDV et que tu disposais de quelque chose comme 5-10 minutes d’avance. Pas comme si tu allais à un RDV et que tu étais déjà en retard de 10 minutes…

      Tu es « à la cool », mais tu n’as pas trop de temps à perdre non plus.

  8. Lol de mon côté je me suis encore fait jeter 😉
    Sur happn j avais réussi à récupérer un numéro de tel, mais suis tombé malade quelques jours.
    Et quand j ai envoyé un Sms pour contacter la personne, elle m a dit « merci mais ce n est pas la peine de téléphoner, bonne continuation « les femmes sont changeantes mais a ce point c est surnaturel !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.