Accueil 5 Apprendre à draguer 5 De l’importance de se plaire à SOI-MÊME pour charmer les femmes
Conseils pour charmer les femmes

De l’importance de se plaire à SOI-MÊME pour charmer les femmes

Nous réfléchissons énormément à ce que nous devons dire et faire pour attirer les femmes pendant nos interactions. Mais nous ne nous posons jamais la question de ce qu’il faut ressentir pendant ces interactions.

Pourtant nos émotions influencent notre attitude. Je dirais même plus : elles les conditionnent ! Et par extension, elles conditionnent aussi tout ce que nous disons et faisons de façon spontanée.

En fait, comme une bonne partie de la communication est inconsciente et non-verbale, c’est plus important encore d’être dans un bon état interne que de connaître quelques bricoles à dire ou faire.

Vous pouvez tout savoir sur le papier :

  • Comment aborder ;
  • Comment mener une conversation ;
  • Quoi dire et faire pour récupérer un numéro ;
  • Etc.

Sans cet élément intangible qu’on appelle l’innergame, vous n’irez jamais très loin.

Et le symptôme principal du manque d’innergame, c’est un état émotionnel négatif quand on drague.

C’est le problème de beaucoup d’hommes.

En face des filles attirantes, ils ont la sensation de ne pas être à la hauteur.

Du coup :

  1. Ils ressentent beaucoup d’anxiété parce qu’ils sont certains qu’ils se feront rejetés.
  2. Ils se mettent une pression de dingue pour échapper au rejet, comme des types ne sachant pas nager qu’on jetterait à l’eau : ils paniquent et se débattent pour échapper au rejet !
  3. Ils recherchent activement la validation, parce qu’ils sont obnubilés par la peur que les femmes puissent avoir une mauvaise opinion d’eux.
  4. Et cet état interne les conditionne à adopter une attitude répulsive, à suinter la malaisance et, en fin de compte, à « boire la tasse » à chaque fois !

Leur problème n’est pas forcément la méthode qu’ils emploient, ni les femmes qui sont trop exigeantes.

Leur vrai problème, c’est ce sentiment négatif qu’ils ressentent quand ils abordent et séduisent les filles.

Pratiquer l’effort inversé pour charmer les filles

La meilleure manière de charmer les femmes n’est peut-être pas celle que vous croyez…

Beaucoup d’entre vous cherchent à plaire en faisant rire, en se montrant couillus et, de façon plus générale, en sous-communiquant des attributs attirants.

Sous-communiquer de bons attributs n’est pas une mauvaise chose en soi. Bien au contraire. C’est l’état d’esprit dans lequel vous le faites qui est mauvais.

Vous cherchez l’approbation.

Vous en avez besoin à cause de ce que vous ressentez intérieurement : la sensation de ne pas plaire.

C’est comme si vous essayiez de refaire la façade d’une maison dont les fondations sont pourries : ça ne peut pas marcher.

Les femmes ressentent que vous cherchez leur approbation, et pourquoi vous la cherchez.

Plus vous faites d’efforts, plus ça leur paraît évident.

  • Quand vous faites un one-man-show devant une inconnue dans l’attente de décrocher un rire toutes les 3 secondes, elle comprend ce que vous cherchez à faire et pourquoi…
  • Quand vous essayez de faire le mec hyper masculin, dur et arrogant, elle comprend ce que vous essayez de faire et pourquoi…

Paradoxalement, la meilleure manière de charmer les femmes n’est pas de chercher activement à leur plaire… C’est de se plaire à soi-même.  

Quand je dis « plaire à soi-même », je ne veux évidemment pas dire que vous devez être imbu de votre personne, un putain de narcissique qui s’écoute parler.

Plaire à soi-même, c’est avant tout se trouver attirant.

C’est être sûr de sa valeur, avoir l’impression de dégager une pléthore de qualités durant ses interactions avec les femmes.

Quand vous vous plaisez à vous-même, vous ne ressentez pas le besoin de convaincre une femme que vous êtes attirant. Du moins pas autrement qu’en interagissant avec elles en restant vous-même – sans effort supplémentaire pour simuler des qualités que vous ne possédez pas.

Se plaire à soi d’abord pour charmer les femmes ensuite

Je me plais à moi-même quand je drague une fille (au moins la plupart du temps).

Je trouve que je dégage du charme, que j’ai l’air cool et éloquent, que mon langage corporel transsude l’assurance.

Quelque part, c’est un peu comme si je me séduisais moi-même…

Dans le sens où j’aime ma façon d’interagir ; c’est elle qui me donne cette sensation (agréable) d’être attirant.

Bien sûr, ce n’est pas parce que JE me trouve attirant que toutes les filles vont me trouver attirant aussi.

Mais dans le fond, on s’en fout !

Ce qui compte, c’est ce que l’on ressent en son for intérieur :

  • Est-ce qu’on se sent attirant ?
  • Ou est-ce qu’on a l’impression d’être un imposteur, un pauvre type pas à la hauteur ?

En vous sentant attirant, vous obtiendrez de l’auto-validation et vous vous émanciperez davantage de celle des femmes.

Et le plus génial, c’est que vous aurez maintes fois plus de chances de charmer les femmes si vous vous plaisez à vous-même (versus : en cherchant à leur plaire alors vous ne vous plaisez pas).

Parce que votre attitude tout entière change.

  • Vous devenez serein, non-réactif.
  • Vous ne ressentez plus le besoin d’adopter un comportement sophistiqué, comme balancer blague sur blague, technique sur technique, ou de prouver votre « Alphaness » pour hisser votre valeur à leur hauteur.
  • Vous sentez que ce que vous dites ou faites n’a pas tellement d’importance, ce qui compte c’est que la fille remarque la manière globale dont vous interagissez avec elle (le charme, la prestance, éloquence, etc. , qui émane de vous).
  • Mieux encore : vous n’êtes plus obsédé par ce qu’elles pensent de vous. Le rejet ne vous fait plus vraiment peur.

En fait, le résultat final n’a plus tellement d’importance…

Il n’est arrivé maintes fois de repartir bredouille d’une interaction, mais de m’être senti très attirant !

  1. Parce que j’ai bien interagi (je me suis plu à moi-même).
  2. Et parce que je sais que les filles peuvent rejeter pour un tas d’autres raisons que l’attirance – regardez leurs exs : je suis convaincu que la plupart sont moins attirants que vous !

Si vous vous plaisez à vous-même quand vous draguez, vous présumez que vous plaisez aux femmes. Alors lorsque l’une d’entre elles vous rejette, vous ne présumez plus que c’est à cause de votre attractivité, mais le fait du hasard.

  • Vous êtes peut-être tombé sur une fille qui préfère un autre style d’homme ?
  • Ou qui a déjà quelqu’un ?
  • Ou qui est mal à l’aise avec le contexte dans lequel vous la rencontrez ?

En bref, vous cessez de prendre chaque rejet pour personnel ; votre état interne est à l’épreuve du rejet.

Avec le bon ressenti, tout devient plus simple !

Quand vous parvenez à vous plaire à vous-même, vous atteignez un tout autre niveau.

  • Vous ne recherchez plus la validation.
  • Vous vous sentez à l’aise dans vos interactions.
  • Vous pouvez vous préoccuper d’installer une bonne connexion avec les filles, et profiter de vos interactions (tout en améliorant vos résultats).

S’il y a bien une chose à acquérir, c’est un bon ressenti. Car on ne peut pas bien draguer quand son état interne est un mauvais.

La communication non-verbale ne peut pas se contrôler tout à fait consciemment

Si vous voulez une bonne posture, des gestes assurés, une voix posée, une vibe décontractée, etc., votre ressenti quand vous draguez doit être positif !

Comment ressentir un bon état interne quand on drague

Pour être honnête, c’est quelque chose qui m’est venu naturellement au fil du temps.

Mais pour que ça vienne, je pense qu’il m’a fallu acquérir 3 choses au préalable :

  1. Une bonne expérience pratique.
  2. Un état d’esprit particulier vis-à-vis de l’approche – où je n’aborde plus que pour rencontrer des filles sympas (en plus d’être mignonne), et prendre du plaisir quand c’est le cas. Voir l’approche comme de la « prospection sans pression », plutôt qu’une « performance » à réaliser pour séduire.
  3. Une bonne perception de moi-même.

L’expérience pratique

Se sentir plaisant implique de pratiquer. Car c’est avant tout la pratique qui vous fait prendre confiance quand vous draguez :

  1. C’est grâce à la pratique que vous développez des compétences et un meilleur locus de contrôle durant vos interactions.
  2. C’est par la pratique que vous acquérez des EPR, qui auront un effet boule de neige sur votre innergame au fil du temps.

L’état d’esprit

Aussi, votre état d’esprit doit changer de paradigme.

Demandez le divorce avec votre ego et cette foutue pression de la performance !

Aborder une fille, ce n’est pas entrer sur scène pour improviser un « one-man-show ». Et vous ne jouez pas votre vie sexuelle à chaque tentative.

L’approche est une forme de prospection ; vous recherchez des filles réceptives.

Le but n’est pas d’obtenir l’approbation de chaque inconnue.

  • Si une fille refuse de vous rencontrer, tant pis ! Il y a plein d’autres poissons dans l’océan.
  • Si une fille vous fait une vieille tronche de rejet, quelle importance !? Chacun peut repartir de son côté et tout est bien qui finit bien !

Tant que vous soignez votre approche, que vous vous montrez poli et que vous n’insistez pas si elle vous fait comprendre qu’elle ne veut pas vous rencontrer, vous n’avez rien à regretter ni à vous reprocher.

À vrai dire, vous devriez percevoir la drague comme quelque chose de jouissif, plutôt qu’une contrainte inévitable pour faire des rencontrer.

Draguer peut être aussi plaisant que jouer aux paris sportifs ou à la machine à sous…

Même quand on perd une bonne partie du temps, chaque réussite est si agréable qu’on a sans cesse envie de rejouer ! En plus on peut parfois gagner le jackpot.

La perception de soi

Enfin, vous devez avoir une perception de vous-même aussi positive que possible.

Dans toutes mes lectures sur le développement perso, la seule méthode concrète que j’ai su trouver pour améliorer sa perception de soi-même, c’est celle qui consiste à (1) se faire une idée claire de son « soi idéal » – la personne que vous aimeriez devenir dans le futur – et (2) s’améliorer afin de se rapprocher le plus possible de cette idée.

Autrement dit :

  • Imaginez à quoi vous ressembleriez si vous étiez la version parfaite de vous-même, jusqu’à en avoir une idée claire :

À quoi ressembleriez-vous ? Votre silhouette ? Votre style vestimentaire ?

Quelles qualités (que vous ne possédez pas encore) auriez-vous ?

Quelles valeurs et principes respecteriez-vous toujours et sans condition ?

Quelle serait votre attitude, votre manière d’être dans votre vie de tous les jours – avec vos collègues, votre entourage, les femmes et les gens en général ?

  • Une fois que vous avez une idée claire de votre « vous idéal », commencez à acquérir l’apparence, les compétences et l’attitude, respectez les principes et valeurs morales, etc., pour vous rapprocher le plus possible de ce « vous idéal ».

C’est un peu comme si vous possédiez une maison, que vous imaginiez à quoi elle ressemblerait si elle était parfaitement bien agencée et décorée, puis que vous entrepreniez des travaux pour qu’elle se rapproche le plus possible de cette image.

Sauf que cette maison, c’est VOUS !

L’idée n’est pas de devenir exactement ce « vous idéal » (personne ne devenient parfait), mais de vous en rapprocher le plus possible.

Plus vous vous en rapprochez, meilleur devient votre perception de vous-même.

Exemples :

  • Si votre vous idéal n’est jamais lâche, apprenez à vous affirmer et ne pas fuir la confrontation face à autrui, et/ou mettez à un sport de combat pour ne plus avoir une peur panique du conflit physique.
  • Si votre vous idéal est détendu en toute circonstance, faites de la méditation ou relaxation, arrêtez le café et autres excitants, formatez une nouvelle attitude dans votre inconscient grâce à la PNL.
  • Si votre vous idéal est très élégant, développez votre sens du style et acquérez une nouvelle garde-robe.
  • Etc., etc.

Pour la plupart d’entre vous, cette méthode suffira à acquérir une bonne perception de vous-même au fil des mois et années qui passeront.

Mais pour quelques homme l’estime de soi est tellement faible qu’un travail plus profond s’imposera.

  • Si vous avez été souvent rabaissé dans votre enfance, et/ou…
  • Si vous avez des vécus des évènements traumatisants, où vous vous êtes senti ridiculisé, et que vous ne parvenez pas à tourner la page…

Je vous recommande vivement de consulter un spécialiste et entamer une thérapie.

On traine tous quelques boulets… C’est toujours une bonne idée de s’en débarrasser.

En résumé :

  • En travaillant efficacement sur vous-même (en dehors de vos interactions)

+

  • En acquérant un niveau d’expérience suffisant et quelques succès valorisants

=

  • Vous parviendrez à améliorer suffisamment votre innergame pour vous sentir (enfin) attirant auprès des femmes.

À présent, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour augmenter vos chances de charmer les femmes.

Mais avant de vous lancer sur le terrain, n’oubliez pas de consulter mon guide « L’art presque simple de la drague ».

l'art (presque) simple de la drague

​Bon​ne réussite, 

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de autour de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

19 plusieurs commentaires

  1. Excellent tes articles Chris, j’en ai raté plusieurs, merci pour lien sur l’autre article. Une petite phrase motivante a la communauté :si vous en avez marre de recommencer de 0, arrêtez d’abandonner ! Le livre de mark manson parle surtout de vulnérabilité. Osez aborder en étant direct ect. Sujet deja régulièrement évoqué par toi. Ma question: a tu encore des points a améliorer Chris ? Pourquoi les gens pensent que passer 35 ans on ne peut plus draguer dans la rue ?

    • Excellent tes articles Chris,

      Merci

      Ma question: a tu encore des points a améliorer Chris ?

      On en a tous

      Pourquoi les gens pensent que passer 35 ans on ne peut plus draguer dans la rue ?

      C’est une autre croyance limitante pas mal répandue dans la communauté française.

      Je pense que c’est Alain Soral, l’auteur de sociologie du dragueur, qui de base disait qu’après 30 ans (l’âge auquel il a arrêté la drague) c’est la lose de draguer dans la rue.

      Beaucoup l’on prit au mot.

      En réalité, je suis en partie d’accord…

      – Bien sûr que oui, draguer dans la rue, comme sur le net ou ailleurs, peut se faire après 30-35 ans.

      C’est même plus nécessaire aujourd’hui que jamais, étant donné que les relations ne durent plus.

      Statistiquement parlant, un homme a de très grande de bonnes chances de retrouver célibataire après 30-35 ans. Qu’est-ce qu’il doit faire alors ? Attendre que ça vienne ? Il n’a plus droit de chercher une nouvelle partenaire de façon proactive ? Ou uniquement sur « prestation de service » (site de rencontres, speed dating…) ?

      C’est absolument con !

      On peut aborder une femme qu’on croise dans la rue, dans une librairie ou au supermarché à tout âge. Ce qui compte c’est surtout d’avoir gardé une attractivité suffisante pour être en mesure d’en intéresser.

      – En revanche, je pense que ce que voulait vraiment dire Soral quand il parlait de draguer, c’était de draguer tel que lui la pratiquait… C’est-à-dire passer ses journées entières à arpenter les rues pour aborder des nanas, sans rien faire d’autre.

      Et là, en effet, je suis d’accord.

      A 35 ans (et je diras même bien avant), on peut plus investir autant de temps et d’énergie à la drague que lorsqu’on est dans la phase post-adolescente.

      Quand j’étais plus jeune, à chaque fois que j’avais du temps libre j’allais draguer. Je passais chaque samedi après-midi à faire du SPU, et il m’arrivait même d’enchainer avec du NPU le soir ! Et pendant les vacances j’étais quasi tous les jours en session. J’y passais un temps dingue.

      Mais j’ai cessé de donner autant d’importance à la drague avec l’âge. Parce que plus on vieillit, plus on a de responsabilités.

      – Tu dois gagner ta vie toi-même

      – Garder ton appartement propre et ordonné,

      – Manger sainement pour rester en bonne santé,

      – S’occuper des membres vieillissants de sa famille, de ses enfants on en a,

      – Etc., etc.

      L’époque où on pouvait se contenter de vivre comme un crado dans 9 mètres carré, à bouffé des raviolis en boite tous les jours est révolu.

      Et, de préférence, comme tu as déjà bien « gouté » aux femmes, elles cessent d’être une obsession pour toi. Tu sais ce qu’elle t’apporteront, mais aussi ce qu’elle ne t’apporteront jamais. Et tu ne ressens plus nécessairement l’envie de coucher avec pléthore d’entre elle, histoire de « scorer » pour flatter ton ego. Une nouvelle partenaire de temps en temps de suffit.

      Aujourd’hui, je fais à peine 200 ans après par an (en dehors des coachings, je ne me plus vraiment de « sessions » à proprement parlé). C’est très loin du nombre d’approches que je faisais plus jeunes, mais aujourd’hui ça me suffit.

      Donc : oui, on peut draguer à tout âge, mais plus on vieillit et moins la drague doit prendre une place importante dans ta vie (surtout si c’est juste pour « scorer »).

      • Merci pour ta réponse 🙂 j’ai a peu près la même question que Thierry. Du coup celui qui voudrais commencer la drague de rue au alentours de 35/45 ans il pourrait pas faire autant de sessions ou passer autant de temps que si il avait eu 20 ans.

  2. EXcelent article Chrys,une fois de plus très juste

    le probleme c est que on si on eu peu d expériences avec les femmes est ce qu on peut avoir un tel etat d esprit de restriction volontaire? si toi ou Soral vous avez arréter de faire tout cela c est que vous etiez rassasiés si je puis dire.
    La question c est que meme à 40 ans est il possible de suivre ce meme chemin?sachant qu on aura toujours du mal à séduire.

    • Le problème, c’est qu’à 40 ans tu es censé avoir (au moins) un job, un appartement, quelques loisirs, un style de vie relativement stable. Tu ne peux plus vivre chez tes parents, ou à l’arrache dans un 9m2, sans rien faire d’autres que draguer. Sinon tu passerais pour un loser – et à juste titre. Et quant bien même tu parviendrais à conclure régulièrement avec des filles, très peu d’entre elles voudront d’une relation avec toi ensuite. C’est quelque chose dont je parle dans mon premier livre « drague minimaliste » (la nouvelle version arrive bientôt sous forme de formation en ligne d’ailleurs).

      Donc, que tu le veilles ou non, à 40 ans tu ne peux pas vraiment draguer comme à 20.

      Du reste, il y a quand même quelques avantages à commencer la draguer tard. Tu as plus de maturité (= moins influençable par les vendeurs de rêve), le panel de filles que tu peux aborder est plus targe, tu as une situation et, en théorie, tu es plus intéressant et charismatique qu’un gamin de 20 piges.

  3. @Thierry et Benji la vraie question est plutôt: pourquoi à 40 ans vous avez besoin d’aborder dans la rue pour essayer d’avoir une femme ?

    Il y a une différence entre aborder PAR HASARD une femme dans la rue, et avoir que cela comme moyen de faire connaissance avec une femme…

    Surtout que de nos jours c paradoxalement la période la plus dur (les appli, attitudes princesses, toussa toussa), parce que oui aborder 50 ou 500 femmes dans la rue c réalisable, mais si vous prenez 50 ou 500 rejets sa sert a quoi ?

    Vous n’avez pas de passion ? Pas de sortie en bars ? Pas de cercle social ?

    Il y a une chose aussi qui fait chelou pour les femmes, le mec de plus de 30 ou 40 ans sans pote ou trop solitaire… je sais de quoi je parle.. car je suis solidaire et donc sa peut bloque aussi par rapport à cela.

    Comme la question fatale: tu as plus de 30/35 ans et tu n’es pas marier ou tu n’as pas d’enfants ?

    Vous répondez quoi..

    Moi maintenant je le gère très bien parce que j’ai l’état d’esprit, mais vous ? Vous êtes préparé ?

    • Mouais, j’ai potes qui ont on cercle social et un taf ou il y a plus de femmes que dans d’autres domaines. Pour autant ils sont seuls, ensuite faut exclure les divorcé, les séparation ect,qui surviennent vers 35, 40,50 bref a tt moment. Et pui les activités ou loisir, ou appelle ca comme tu veux, il n y a pas toujours des femmes a séduire. (boxe, sport de combat et d’autres). Donc la question se pose a tt âge,de l’envie de séduire, ou draguer dans la rue, sans forcément y traîner 🙂 je connais des gens de 40 ans qui sont des applications de rencontres et Nada rien ! Moi personnellement jaime pas les rencontres via le net, mais ca regarde que moi. Je juge pas. Je préfère la rue, le risque, l’aventure, la vie quoi ! Évidemment les rejet sont nombreux, mais il y Toujours de la casse et parfois on a envie de laisser tomber. Même en pratiquant le yoga (beaucoup de femmes) tes pas sur de rencontrer quelqu’un qui te correspond. En ce moment je teste plutôt les approche direct, mais je sent la fille flatté, ravie mais pas intéressé. J’essaie de travailler sur moi. Mon sentiment c’est que il y a des périodes ou il se passe rien. Ou peut-être revoir ses exigences, ou peut-être les femmes se la raconte aussi probablement. Il y a aussi des moments ou tu te dis fuck, je suis vulnérable, je lui dis qu’elle est mignonne, élégante tralala et que dalle :)donc a ce moment la faut non plus essayer de trop changer sa personnalité ou se remettre en question systématiquement. A quoi bon, si on s’occupe deja bien de soi, qu’on a une vie agréable mais ca coince de se côté la (femme par période j’entends) bah cest la vie ! Jai lus pas mal d’articles très intéressant et intelligent de Chris sur certains changement féminin du a x choses.. Cest très pertinent. Pour tt te dire jy crois pas trop a la vie ou tt va bien, même la vie ou tu est tres occupé, toujours plein choses a faire une femme qui attends a la maison ou pas 🙂 ect.. (et qui se laisse draguer par son collègue ect.. Jen ai plein d exemples, crois moi ! Je pense je conclurai comme chris la si bien dit.. Drague n’importe ou n’importe quand en nombre ou pas, mais fait toi plaisir, et un moment ou a un autre ca fonctionne toujours,. Mais faut accepter qu’il est de la casse comme j’ai dit plis haut. Faut accepter d’être rejeté, de passer des soirées seul ainsi de suite. Mais faut pas tomber dans la folie de cest dernière années ou on voudrais que tt marche d’un coup. Il faut des sacrifices ! Hélas cest dure peut-être même trop dure de nos jours. J’ai entendu récemment que tinder fessais 12 millions de chiffres d’affaires si mes sources sont bonnes, et plus de 11 %des gens était sur des sites de rencontres. Résultats plus y a de sites de rencontres plus y a de célibataire hahaha. J’ai juste une question CHRIS POUR FINIR mon roman. Tarrive t il de laisser passer trois quatre femme attirante selon les critères de chacun, pour x raison, mais la principale en ce qui me concerne, je la croise mais je la regarde échange de regard,mais je me décide parfois très vite, mais parfois je met 3,4 secondes et quand je décide d’y aller cest trop tard perdu de vue.. Et du coup je m’en veux. Ca tarrive ? Et tu réagis comment intérieurement ?

      • Laisser filé des filles, ça arrive.

        Des fois tu fais des breaks parce que tu n’as plus vraiment la motivation (c’est quelque chose d’important, j’en parle dans mon bouquin). T’es à la terrasse d’un café tu vois passer une belle nana, mais la laisse filer. D’autres fois, tu ne te sens pas d’humeur, donc tu ne te forces pas. Des fois, tu hésites un peu, et la fenêtre d’opportunité se referme trop vite.

        En bref, oui ça arrive. C’est souvent con parce qu’on regrette après (et à titre personnel le regret PIRE que le rejet) mais on ne pas saisir 100% des opportunités, et c’est même pas l’objectif. L’objectif c’est d’être proactif. De ne pas toujours laissé passé : car que tu laisses passé ou que tu te fasses rejeté 50 fois, au final ça revient au même. Mais au moins, si tu as fait 50 approches tu as tenté ta chance + tu as pratiqué, donc progressé.

  4. Il est dommage que parler dans le vide ici…

    Si tu crois que draguer c traîner dans les rues des heures comme un ado fonce mec et surtout à 40 ans tu drague des filles de 20 ans ? Et comme par hasard aucune ne te dit rien je pari lol

    J’ai dit aborder dans la rue j’en rencontre par hasard, DONC OUI ABORDER DANS LA RUE, MAIS ne pas croire que c le saint graal pour avoir des femmes.

    A chacun son délire, tu aimes aborder des femmes qui ont rien demander et moi j’aime séduire des femmes avec qui j’ai une opportunité et donc que l’attirance est réciproque.

    Dans la rue la femme me plaît, mais elle sans tape de moi, donc elle me rejet (du genre elle a un mec et donne pas son numéro).

    Ce n’est pas un exploit d’aborder dans la rue, mais franchement j’ai une vie à côté et donc je préfère juste gérer mon temps à faire des choses qui me plaisent et où je rencontre des femmes avec qui flirter et comme par hasard je fini par conclure sans effort si l’attirance est partagé.

    • @vanity je trouve que tu est un peu trop intransigeant concernant la drague de rue.
      Je pense que tu associe trop la drague de rue aux sessions longue de 3h.
      Alors oui je comprend un peu ce que tu veux dire ! dans le sens ou a partir de 30 ans, faire des sessions de rues ou tu enchaîne les abordages, ça fais pas mature ni masculin.
      D ailleurs je connais un jeune de 22 ans qui faisait des sessions de 30 abordage en une après-midi et je l ai vu faire et ç est vrai qu il donnait l impression d un mec drogué qui n àvait aucune intelligence sociale, il abordait tout ce qui bougeait.
      Par contre la ou je suis pas d accord, ç est d exclure carrément ce mode ! Tu peux très bien faire des rencontres dans la vie tous les jours quand tu croises des filles dans le train, à la caisse d un magasin, dans un restaurant… Etc
      Le problème ç est qu on saisis jamais ces opportunités car on est pas préparé et on se trouve des excuses facilement et moi je m en mord les doigts surtout quand tu vois que la fille t as regardé aussi.
      Se mettre des barrières comme tu le fais ç est inutile…
      En plus concernant le cercle social, je suis désolé mais à partir de 30 ans il a tendance à vachement diminué ! Entre tes potes qui déménagent à l autre bout de la France, ceux qui disparaissent depuis qu ils sont en couple, d autre que tu ne vois plus parce qu’il y a plus d intérêt commun… Enfin bref compté sur son cercle social n est pas une bonne idée a mon sens.
      Ensuite au travail et ou à des salles de sport, ç ets la même chose, ç est un peu compter sur la chance, des fois t às pas plus d opportunité et en plus dans ce mode ç est des séduction longue qui peuvent durer plusieurs semaines car t es amené à revoir la personne souvent donc il faut y aller subtilement…
      Par contre la ou je suis d accord ou a partir de 30 ans compter sur la drague de rue pour sortir du celibat, ç est qu il y a un problème en amont…
      En général il y a deux grandes causes même si il peut en avoir une multitude.
      Soit ç ets à cause d une apparence négligé soit ç est un problème de contact social… C est à dire avoir des difficultés pour créer de la complicité àvce les gens et plus particulièrement avec les filles.
      Moi par exemple, je suis ancien grand timide avec les filles ! Àvce l age cette timidité a disparu mais elle s est transformé en froideur et du coup je sais que je suis obligé de me bouger le cul pour aller vers les autres sinon personne le fait…
      Enfin bref tous ça pour dire qu il faut pas négliger ce mode de rencontres et peut être le pratiquer plus intelligement quand tu as plus de 30 ans.

      • Alex, je suis assez d’accord avec ta réponse dans l’ensemble. Mais il y a un truc qui me dérange gentiment. Car je vois pas le problème d’avoir que la rue pour sortir du célibat ? Je fonctionne principalement par ce biais là, et je m’en porte pas mal. Je veux dire effectivement je rencontre partout et dans des domaines différents, mais je sais que la Rue m’offres plein d’opportunités gratuites de faire des rencontres. Pourquoi me limiter ? Et me convaincre que passer 30 ans je dois avoir un problème. Jaime pas les bars, mes potes son marier (et crois beaucoup sont pas heureux) ca m’arrive de rencontrer e. Voyages ou lorsque que je pratique une activité, voir meme su mon lieu de travail, pour autant ca mest pas plus profitable. Enfin je sais pas, encore une fois j’ai un pote de plus de 40 ans il drague essentiellement dans la rue, bars également et trouve toujours une copine après ca dure ou pas c’est autres chose. En gros on peut draguer dans la rue « exclusivement » si on me souhaite, après 35 ans sans aucun problème, tant quon fait pas ados retarder et quon s’occupe bien de sa vie, du mieux qu’on peu. Tu sais im y a plein de filles super mignonne qui nont pas forcément une vie trépidante, et ou qui se font draguer souvent au taf, ou dans les bars. Donc dans ma rue elle peuvent trouver ca plus original. Mais surtout, je crois que tt les filles mignonne ou super canon on une vie de ouf, et ou je cherche un mec avec une vie de ouf. Faut être réaliste. Mais bon je suis jors sujet la. Sympa les gars d’échanger nos idées

    • Cool vanity, si ca fonctionne pour toi. Et que tu y trouve ton compte cestle principal 🙂 je ne dis pas que la rue cest le meilleur moyen, je dis juste que je préfère. Et je suis pas un tocard 🙂 je voyage, prarique pas mal d’activités ect. Tu peux y faire pleins de rencontres avec des gens issus de ton cercle d’amis, ou dans la même activité. On est clairement d’accord vanity. Aucun opposition sur ce terrain la. Néanmoins ca nest pas plus efficace d’après moi. Ca reste classique, et comme tt ca peut fonctionner ou pas. Mais la rue jai apris un truc important a mes yeux, cest que la fille se doute bien que si tu vas la voir, cest que tu es capable daller en voir d’autres ou que cest deja fait.. (elles sont pas bêtes) mais ca donne un avantage concret cest qu’elle sait que si ca fonctionne pas ou si elle prends la tête tes capable de retrouver et d’aborder d’autres nanas. Et souvent ca la fait descendre de son piédestal a mon avis. Biensur j’en fait pas une généralités. Ca reste notre point fort. Et puis pour finir, dans la rue( quand je dis rue je parle de n’importe quel endroits pas que le beton devant fanprix) le choix et infini et illimité, et ca cest pas forcément donner dans ton cercle d’amis ou dans ta salle de yoga… Amicalement. Pourle reste je comprends parfaitement ton poiint de vue et j’en suis convaincu que tu gère a ta manière et selon tes principes et expériences qui te sont propre. Le but étant de partager nos données 🙂

  5. J’vais résumer ce que j’en pense de façon synthétique.

    Salle de sport, club de yoga, concerts, barbecue chez Dédé, la fille mignonne au rayon poissonnerie, etc.

    N’importe lesquelles de ces rencontres sont des opportunités qui viennent spontanément à soi, sans que nous les ayons vraiment provoquées (on peut toujours essayer de faire des activités ou skater les évènements sociaux exclusivement pour rencontrer des femmes, mais je trouve ça idiot). La question c’est : est-ce que vous allez être CAPABLE de saisir ces opportunités qui viennent à vous çà et là ?

    La réponse : ça dépend si vous avez les compétences pour, ou pas.

    Une chose est sure, un homme relativement timide de nature ne les aura pas. En fait, même un homme relativement à l’aise socialement ratera probablement pas mal de ces opportunités.

    C’est là que les sessions drague (surtout en journée) peuvent être très utiles.
    Aborder et draguer dans la rue t’apprend à ne plus avoir peur de l’approche, à interagir sous pression, à créer du rapport avec une inconnue, à proposer correctement l’échange de coordonnée, à prendre des risques et t’affirmer davantage.

    Sans conteste, entre un gars qui drague régulièrement dans la rue et un gars qui ne le fait jamais, toutes choses égales par ailleurs, le 1er sera BEAUCOUP plus à même de saisir des opportunités dans son quotidien.

    + : lors de sessions vous pouvez aussi rencontrer des femmes, et même un tas si vous êtes plutôt doué, et ce même si ce n’est pas le contexte le plus facile. A vrai dire, un homme peut tout à faire se contenter exclusivement de rencontrer dans la rue. C’est un mode de rencontre tout à fait viable

    Vous pouvez aussi passer de bons moments – j’ai des souvenir mémorables de dizaines de pick-up, instant-dates et de rencards obtenus à partir de la rue.

    Et même tisser des liens d’amitié très forts avec d’autres hommes. Beaucoup de mes amis sont des (ex)wings et ex-coachés.

    Est-ce que draguer dans la rue est nécessaire pour trouver une copine. NON. Mais est-ce que ça aide à devenir meilleurs avec les femmes ? Carrément !

    Le problème c’est que les mecs draguent mal, la peur au ventre, et par nécessité dans l’espoir de trouver une copine tout de suite. Savoir draguer dans la rue prend du temps, c’est un processus d’apprentissage lent, qui demande également un travail sur son image et son mental.

  6. @Alex tu me fais plaisir car tu as compris ce que je voulais dire: rencontre par hasard dans la rue, MAIS pas approche en masse.

    La SPU ce n’est pas le Saint Graal du game, a un moment si il faut aborder dans la rue et ailleurs, il ne faut pas croire que c le BEST pour avoir des résultats.

    Je parle de résultats et pas de nombre d’approches, parce que même si vous aborder 500 femmes dans la rue sa sérais déjà un miracle si baiser 5 d’entre elles quand vous êtes un mec normal/moche…

    Parce que c facile de louer la réussite de mecs beaux physiquement car dans la rue ils ont des résultats, mais quand vous êtes beaux vous avez des résultats et opportunités de partout (SPU, NPU, appli…).

    Après 30 ans et bien c le moment ou j’ai eu plus de résultats après des femmes, j’ai attirer des étudiantes et comme je n’avais pas l’habitude au début j’ai raté des opportunités et c’était en rencontre en auto école, salsa…

    Hélas les communautés de séduction m’avaient conditionné à ne voir la drague que dans le SPU et NPU et donc je n’osais pas en activités ou dans la vie de tout les jours, j’ai attiré des femmes en étant juste normal et sans faire le mec qui aborde en direct ou j’ai toujours eu des rejets car je ne suis pas le BG suprême que les femmes veulent en Direct.

    Alors oui si une femme me plaît dans la rue j’aborde, et d’ailleurs Chris le sais vue que je lui fait des rapports lol mais voilà je préfère mieux gérer mon temps que traîner dans les rues.

    J’ai aussi jamais entendu dire qu’une femme avait connu son mec actuel dans la rue ou il la draguer en étant direct, je parle des milieu: Salsa, salle de sport et art et musée.

  7. Oui mais la compétence en question dépend aussi des expériences ou non que nous avons eu.
    et aussi de la réussite à ce niveau.
    une personne aura naturellement plus tendance à avoir plus confiance en elle,si elle à eu des numéros et des rdv;meme si ceux ci ne donnent rien,que quelqun d autre qui aura souvent des échecs.
    peu importe le lieu,que ce soit dans un supermarche,un cinéma,une parfuremerie,une brasserie.
    Cela se fabrique au fur et à mesure,mais ça demande du temps et à 40 ans on en a moins,bien sur on en à encore pas mal,ce n est pas le soucis,mais on ne peut se permettre de trop trainer.
    Pour les applis par exemple,meme si le taux de réussite est nul si on à pas la physique pour,et bien ça reste une option,je me suis inscrit à Badoo,Happn,Okcupid et Pof.com,j ai quand meme réussi à avoir un tel;bon la personne en question ne vit pas sur Marseille et on me dire,ça ne vaut rien un numéro.OK mais c est néanmoins une petite avancée.
    Que la rue ne permttra pas toujours,vu la méfiance genérale que l on ressent.

  8. @vanity tu connais personne qui se sont rencontrés dans la rue parce que ç est un mode de rencontre très peu pratiqués. Comme disait Chrys dans un autre article, il y a peut être à peine 500 mec dans toute la France qui pratique correctement le SPU… Donc forcément.
    Après tout dépend de tes objectifs.
    Si tu veux juste des FC par ci par là et ou avoir une copine, ton quotidien peut largement suffir, d ailleurs la pluspart des gens et beaucoup de couplé se rencontre comme ça via le quotidien ou le cercle social mais faut pas à s âttendre à plus de 2 3 fc par an et encore ça ç est si t es assez compétent et attractif.
    Mais si tu veux plein de plan cul, des relations ouvertes, enchaîner les FC, le SPU est quasi indispensable…
    Après Chrys et la communauté parle beaucoup de drague de rue parce que ç est leur terrain de chasse et sans doute le meilleur terrain pour faire du nombre et rencontrés des jolies filles…mais l inconvenient ç est qu il faut être déterminée et avoir les reins solides !

  9. Ne pas oublier aussi que à cause des Dolteau et compagnie les femmes connaissent de plus en plus la SPU et donc savent que le mec qui viens est un chasseur.

    Après si il est beau sa passera toujours.

    Le hasard à fait que j’ai aborder trois femmes ce matin vue que le métro D est en panne à Lyon.

    La première était mon style (brune, jolie visage, beau cu en Skinny bien moulant…) elle s’appelais Sara 21 ans et elle n’avait pas le temps et a refuser de donner ou prendre mon tel.

    La deuxième n’était pas de Lyon, elle s’appelais Anna et j’ai pas demandé l’âge, mais son mec la harcelait à appel sans arrêt..Next….

    La dernière Agathe 18 ans était dans le flirt et la tension sexuelle, elle refuser le numéro mais si j’avais fait un instant date j’aurai KC vue comment la tension sexuelle était grande. Elle devait traverser la route et comme j’ai eu un non pour le tel j’ai pas osé continuer avec elle.

    Bref, voilà comment est le SPU pour moi, c’était par hasard, mais j’ai rien eu en résultats, et une fois la fougue retomber je suis fatiguer.

    Il y avait une autre avec un cu de dingue et des cheveux frisé mais elle marchais trop vite lol.

    J’ai aussi remarqué que la troisième Agathe j’étais plus posé, je parlais plus lentement et j’étais plus dans serein et donc la tension sexuelle a pu être mis en place.

  10. Hello les gars, J’étais en terrasse de café et c la première fois que j’entends un mec à la table d’à côté qu’il a connu son plan cu actuel dans la rue. Après il la rencontrer sans faire du direct il a discuté de tout et de rien et après l’échange de numéro a été naturel et il la revue ensuite….

    Après la fille était aussi sous le charme du mec donc c’était mutuelle et pas juste le gars qui aborde sans tenir compte de l’envie ou non de la femme.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.