Accueil 5 Autour de la séduction 5 Le coronavirus va-t-il tuer la drague de rue ?
Drague de rue coronavirus

Le coronavirus va-t-il tuer la drague de rue ?

Depuis le début de la crise sanitaire, j’ai eu l’occasion de discuter avec quelques-uns de mes clients par téléphone. Et durant nos conversations, quelques questions me sont souvent revenues…

  • Quel impact va avoir le coronavirus sur la drague ?
  • Est-ce qu’il sera encore possible d’aborder dans la rue après ?

C’est peut-être le genre de questions que vous vous êtes posées vous aussi.

Si tel est le cas, je vais tâcher d’éclairer vos lanternes.

Laissez-moi juste le temps de sortir ma boule de cristal de mon placard, la dépoussiérer un peu, et je vais vous lire l’avenir…

Ça y est, on peut y aller.

Je vois, je vois…

…Une baisse de résultat à court terme, puis un retour à la normale à moyen terme.

Oui : à court terme, cela va très probablement avoir un impact négatif sur le résultat.

Non pas seulement pour la drague dans la rue, mais pour tous les modes de rencontres.

Certaines filles vont continuer à ressentir l’appréhension du contact social, surtout avec des inconnues.

De ce fait :

  • Elles se méfieront davantage des mecs qui les abordent dans la rue et voudront garder une certaine distance de sécurité ;
  • Elles éviteront de sortir, en particulier dans les lieux de forte densité, comme les boites de nuit ou les centres-villes ;
  • Elles seront même plus réticentes à l’idée de (re)voir un homme en rendez-vous.

Donc, même si vous draguez sur internet actuellement, un tas de vos discussions ne déboucheront sur rien. Vous allez tomber sur une pléthore de filles faussement intéressées, qui en réalité veulent juste être diverties et recevoir la validation qu’elles ne peuvent/veulent pas aller obtenir à l’extérieur.

Mais bien sûr, ce n’est pas parce que ce sera plus difficile que ce sera impossible. Il faudra juste faire un peu plus d’approches que d’ordinaire.

Si votre nombre repère était de 30, peut-être que vous devrez aborder 40 ou 50 filles. Mais cette baisse ne se fera qu’en terme statistique

Si vous abordez 5 fois plus qu’à l’accoutumée, il est bien possible que vous parveniez à séduire 2 ou 3 fois plus de filles… Vous me suivez ?

Donc, on ne doit pas s’attendre à ce que ce soit tout de suite la fête du slip après le déconfinement. Même si on sera censé être dans « la meilleure période de l’année » (l’été), les résultats ne devraient pas être grandioses. Toutefois ce ne sera pas impossible de rencontrer et séduire des femmes, ce sera juste plus difficile.

La bonne nouvelle, c’est que ça ne va pas durer !

Ce qui peut-être à la fois frustrant chez l’être humain, et une bonne chose dans un cas comme celui-ci, c’est qu’il a la mémoire courte.

2 à 3 mois après le déconfinement, quand le sujet aura quasiment disparu des médias et que la crise sanitaire semblera loin derrière nous, tout va revenir à la normale. Les gens vont reprendre leurs vieilles habitudes.

  • C’est ce qui s’est passé après chaque vague d’attentats.

Durant quelque temps, une partie de la population avait peur de fréquenter les lieux publics et prendre les transports en commun. Puis la psychose a disparu et tout est redevenu normal.

  • C’est aussi ce qui s’est passé après le matraquage médiatique sur le harcèlement de rue, puis sur #metoo.

J’ai ressenti un léger impact sur mes résultats avec les femmes. Et la drague de rue semblait moins intéresser les hommes : je vendais moins de coachings, moins d’ebooks, et mes articles sur la drague de rue étaient moins consultés.

Puis tout est revenu normal peu de temps après qu’on ait cessé d’en parler dans les médias.

Les gens oublient vite.

Du reste, les femmes célibataires auront envie de rencontrer des hommes. Beaucoup de femmes n’aiment pas rester seules plus de quelques mois, voire semaines. Et, ne l’oublions pas, le confinement va causer des ruptures par milliers !

Des tas de femmes voudront se « relancer », et profiteront des derniers mois de beaux jours pour cela.

Si le déconfinement prend fin comme prévu, entre mi-mai et mi-juin, il y a de fortes chances que Septembre soit un mois très, très prolifique pour la drague !

En tout cas comptez sur moi pour être sur le terrain. Je serai à l’affût des étudiantes fraîchement célibataires qui reviennent de vacances.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

4 plusieurs commentaires

  1. Salut Chris

    J’ai voulus aborder une femme magnifique dans la rue près de chez moi, je l’avais déjà vue Skinny avec talon aiguille, je pense 35/40 ans et bandante…

    Avec ce putain de Virus j’ai trop attendu pour aborder et j’étais derrière elle (après qu’elle était derrière moi et passer devant) et donc elle est partie et sa ma fait chier..

    J’ai perdu l’habitude d’aborder plus souvent depuis un mois.

    Vivement la fin de ce confinement et que les gens soient plus ouvet aux rencontre et à la baise.

  2. Chris…. sa me fait chier…. j’ai toujours ce problème à attendre trop pour aborder en SPU…

    J’ai toujours ce moment où je vois la femme et au lieu d’y aller directement j’attend un endroit où c plus calme, et évidemment où la femme entre dans un immeuble où elle rejoins une connaissance ou va dans un transport en commun.

    Tout le reste je semble maîtrisé, le DG, la BT, l’escalation, être détaché du résultat….

    Mais alors aborder vite et spontanément en quelques secondes j’ai du mal.

    • Faut que :

      (1) tu te mettes dans des conditions où tu peux « bondir » sur la fille à tout moment (quand je dis « bondir », je parle pas de faire une approche à la Dolteau, c’est une métaphone) – donc mets toi relativement proche, à 2-3 maxi derrière la fille qui marche, pour pouvoir l’aborder en quelques secondes seulement quand tu sens le bon timing ou qu’elle risque d’entrer quelque part.

      (2) il faut que tu apprennes à anticiper un minimum ses trajectoires probables et évaluer les avantages et inconvénient de l’aborder maintenant VS plus tard.

      Si la fille marche en plein rue commerciale, avec des magasins de part et d’autres de la rue, tu dois t’attendre à ce qu’elle entre dans l’un d’eux.

      Attendre dans ce genre de situation est un pari risqué : elle ne peut ne pas entrer dans un magasin, et dans ce cas tu es dans un meilleur contexte pour l’aborder, mais elle peut aussi y entrer. Et dans ce cas tu es baisé !

      A toi d’évaluer les risques et les bénéfices.

      A titre personnel, dans ce genre de situation j’attendrais juste le contexte le moins pire.

      Si elle est en plein milieu d’une foule, j’attendrai qu’un peu d’espace se libère autour d’elle, mais je n’attendrai pas qu’elle fasse encore 50 mètres – car le risque qu’elle entre dans un magasins est trop élévé. Et à titre perso, c’est aussi frustant (sinon plus) de suivre une nana pour rien que de me prendre un rejet ferme.

  3. « Et a titre perso, c’est aussi frustrant (sinon plus) de suivre une nana pour rien que de me prendre un rejet ferme »

    Putain mec tu as 100% raison !!! Et d’ailleurs je suis dégoûté quand je n’ose pas y aller après plusieurs minutes de marche derrière elle et donc tu comprends la FRUSTRATION quand tu attends trop le moment idéal qui en vérité n’existe pas…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.