Freeze out

Freeze out : pourquoi refroidir les filles ne marche pas (ou presque) ?

Si vous êtes familier avec les diverses techniques de séduction, vous devriez connaître le freeze out, ne serait-ce que de nom.

Pour résumer, il s’agit d’une technique inventée par Mystery, un célèbre coach en séduction des années 2000, afin de passer la LMR (Last Minute Resistance, ou Résistance de Dernière Minute).

Lorsque vous vous trouvez dans une situation où une fille résiste à votre escalade sexuelle, l’idée est de lui retirer complètement votre attention durant un certain temps.

Vous allez consulter vos mails, démarrer une partie de jeux vidéo, appeler un de vos potes, whatever, et faites comme si elle n’existait plus !   

Cela est censé (je dis bien censé !) aviver l’envie de la fille de s’investir davantage quand vous recommencerez à lui donner votre attention, afin de la conserver cette fois-ci.

Et, donc, plutôt que de vous résister à nouveau quand vous réescaladerez (ce qui signifierait perdre une nouvelle fois votre attention), elle vous laissera faire !

À la base, le freeze-out, c’est ça. Rien de plus.

C’est retirer son attention quand une fille refuse de vous laisser escalader sexuellement, pour qu’elle cesse de vous opposer une résistance de dernière minute.

Au fil des années, le terme a ensuite pris un sens plus large.

Aujourd’hui, beaucoup parlent aussi de freeze-out pour qualifier un silence radio durant la phase téléphonique.

Techniquement parlant, ce n’est pas un freeze-out, même si le principe est le même : retirer son attention pendant un certain temps pour que la fille devienne plus compliante ensuite, quand on tentera à nouveau d’escalader.

Je ne parlerais pas de ce freeze-out ici, qui s’applique dans un contexte tout à fait différent.

Je parlerais seulement de celui que la plupart des coachs en séduction conseillent durant une résistance de dernière minute. 

Je ne suis pas fan du freeze-out contre contrer une LMR ; tout comme je ne suis pas fan de celui qui l’a inventé d’ailleurs.

Cette technique peut marcher, dans quelques cas. Les filles qui couchent pour l’attention, ça existe…

Mais dans la plupart des cas, il s’avère souvent inefficace ET contre-productif.

Dans cet article, je vais d’abord vous montrer POURQUOI le freeze-out ne marche pas ; puis vous expliquer QUOI FAIRE à la place.

Gérer une LMR sans freeze-out

Si vous savez escalader vite, vous avez probablement eu à faire à des résistances de dernières minutes par le passé.

Une résistance de dernière minute se produit au moment où vous tentez d’initier le sexe.

Si la résistance se produit plus tôt dans le processus, comme lorsque vous essayez d’obtenir un premier kissclose, même si c’est après avoir isolé la fille, ce N’est PAS une résistance de dernière minute. C’est une simple résistance. 

La LMR, c’est vraiment la toute dernière résistance, celle qui détermine si oui ou non vous allez coucher avec la fille.

Dans la tête des filles

C’est important de comprendre ce qu’il se passe lors d’une résistance de dernière minute, car ce n’est pas une simple résistance.

La fille vous a laissé avancer jusque-là. Vous l’avez déjà embrassé, caressé, isolé, et à ce stade elle est probablement (très) excitée.

Elle a ENVIE de vous !

Mais elle se retient pour diverses raisons.

  • Peut-être qu’elle a peur de donner l’impression d’être une salope, et accessoirement compromettre une relation future…
  • Peut-être qu’elle n’est pas tout à fait à l’aise avec sa sexualité et, comme les choses deviennent sérieuses, elle angoisse un peu…
  • Peut-être qu’elle a pour principe de ne JAMAIS coucher avec un homme au premier rendez-vous…
  • Etc.

Il y a plein de raisons pour lesquels une fille hésite ou refuse d’aller jusqu’au rapport sexuel, même si elle en a envie.  

Pour bien comprendre le dilemme qui se produit dans l’esprit d’une fille à ce moment-là, imaginons le scénario suivant…


Disons que vous adorez les muffins fourrés au Nutella, c’est votre péché mignon.  

Quand vous en mangez un, vous prenez un pied d’enfer !

Exemple du muffin pour expliquer la LMR et pourquoi le freeze-out ne marche pas

Vous adorez ça.

Seulement, en ce moment vous êtes déterminé à perdre du poids et vous voulez à tout prix respecter votre régime.

Si je viens vous voir en vous disant : « Hey ! Regarde, je t’ai apporté des muffins au Nutella ! » et que je les pose juste devant vos yeux, quelle va être votre réaction ?    

Vous allez avoir envie de les manger, de ressentir le plaisir que ça fait d’avoir le bon goût du muffin au Nutella dans la bouche !

Ce sera compulsionnel, il n’y aurait rien que vous pourriez faire contre cette envie. 

Mais…

Une petite voix intérieure va vous interpeller pour vous dire :

Non, tu ne DOIS pas céder à la tentation ! Sinon tu vas foutre en l’air ton régime ! 

Alors vous allez résister à la tentation.


C’est un peu le même genre de dilemme qui se produit dans l’esprit d’une fille durant une LMR.

Vous l’avez bien chauffée, du coup elle a envie de coucher avec vous.

Après tout, les femmes (à de rares exceptions) adorent le sexe.

Mais…

Elle résiste à la tentation, parce qu’elle pense que coucher dès le premier/deuxième rendez-vous n’est pas approprié, et/ou parce qu’elle craint de passer pour une fille facile, ou pour d’autres raisons comme celles-ci.

En fin de compte, ce qui la retient de coucher avec vous à ce moment-là, c’est sa volonté – et parfois aussi le manque de confort sexuel.

Pourquoi le freeze-out est (la plupart du temps) inutile

Maintenant, vous allez vite comprendre pourquoi faire un freeze-out à ce moment-là du processus de séduction est, en règle générale, inefficace.

Si la fille est excitée mais vous résiste pour une ou plusieurs raisons, comme celles que j’ai citées ci-dessus, et que vous partez bouder dans votre coin, que va-t-il sa passer ?

Elle va refroidir !!

Si vous ne la calculez plus pendant 10 minutes, puis que vous retournez vers elle, vous pouvez être à peu près sûr que son envie de coucher avec vous sera complètement retombée.

Vous devrez reprendre l’escalade sexuelle presque à zéro. Recommencer à la chauffer en l’embrassant, en la caressant, etc.

Mais les raisons pour lesquelles elle vous a résisté, quant à elles, seront toujours là dans son esprit !!

Ce n’est pas parce que vous cessez de calculer une fille pendant 5, 10 ou 20 minutes qu’elle va oublier les raisons pour lesquelles elle vous a résisté en première instance. Ou même qu’elle va se dire que, finalement, coucher au premier rendez-vous n’a pas tellement d’importance, et se sentir tout à fait à l’aise pour passer à l’acte.

En d’autres termes, après un freeze-out la situation est généralement pire qu’avant.  

Vous vous retrouvez face à une fille qui n’a toujours pas l’intention de coucher avec vous, mais à présent elle n’a même plus envie de coucher avec vous !

C’est encore plus facile pour elle de résister.  

Les femmes sont détachées

Après un freeze-out, certains hommes espèrent que la fille va dire :

Oh mon dieu, comme son attention m’a trop manqué ! Faut absolument que je le laisse me baiser sinon il va me nexter la prochaine fois !!!

Mais dans la réalité, les filles savent tout à fait se passer de votre attention !

Quand elles vont s’apercevoir que vous boudez parce que vous ne parvenez pas à conclure, elles vont simplement sortir leur smartphone et occuper leur temps autrement.

Puis quand vous allez revenir, rien n’aura vraiment changé, si ce n’est qu’elle sera moins excitée et peut-être plus distante qu’avant.

C’est une bonne illustration du décalage entre la théorie et la réalité…

Il y a de rares exceptions où le freeze-out marche, parce que la fille est à fond sur un mec.

  • Soit parce qu’il est largement au-dessus de ses standards (c’est une fille très moyenne et lui très beau, ou quelque chose du genre…) ;
  • Soit parce qu’elle est secrètement en fixette sur lui depuis 3 mois ;
  • Soit parce qu’elle le considère comme un très, très bon parti – parce qu’il est à la fois riche, beau, intelligent, populaire, etc., etc.

Dans ce cas, oui, ce petit chantage affectif a de bonnes chances de fonctionner.

Voyant que le mec devient froid parce qu’elle résiste, elle peut avoir peur de le perdre et décider de s’offrir à lui malgré les diverses raisons qui l’incitent à résister.

Exactement comme les mecs needy qui cèdent à chaque fois qu’une fille leur faire la gueule.

Mais la plupart du temps, à ce stade (vous n’avez même pas encore couché ensemble une seule fois !), vous n’êtes qu’un mec remplaçable pour elle.

Peut-être qu’elle vous apprécie, qu’elle vous trouve cool, attirant et qu’elle aime que vous lui donniez de l’attention, MAIS ça ne l’affectera pas spécialement si vous décidez de devenir distant.

De l’attention masculine, elle pourra en avoir ailleurs. Ce n’est pas un problème pour elle.

La plupart des filles, même celles très intéressées par vous, sont détachées du résultat.

Ça ne veut pas dire que vous laissez indifférentes. Bien sûr que non.

Ça veut seulement dire que s’il ne se passe rien entre vous, elle va rapidement et sans regret passer au mec suivant.

Exactement comme ferait un séducteur actif qui a une bonne dizaine d’opportunités en même temps.

Dépasser la LMR (sans freeze-out)

Je rentre en détail sur ce sujet dans mon article sur le End Game, et un peu plus encore dans ma formation Drague Minimaliste 2.0.

Ici, je vais simplement aborder le premier réflexe à avoir quand une fille oppose une résistance de dernière minute.

Pour cela, revenons à l’exemple des muffins. Parfois une bonne métaphore est plus éloquente qu’une longue explication théorique…


Si après que vous avez refusé mes muffins, je deviens distant avec vous durant une dizaine de minutes, puis que je reviens vers comme si de rien n’était, pour vous les reproposer : allez-vous dire oui cette fois-ci ?

Ça m’étonnerait.

Parce que les raisons pour lesquelles vous avez refusé seront toujours là, présentes votre esprit !!

Vous ne voudrez toujours pas renoncer à votre régime.

Si j’avais attendu 3 semaines pour vous en reproposer, ce serait possiblement différent… Vous ne seriez peut-être plus en régime.

NB : C’est pourquoi un « next provisoire », où vous n’essayez plus du tout de séduire la fille durant plusieurs semaines, peut éventuellement fonctionner.

Mais 10 ou 20 minutes plus tard, ça ne change rien !

Il est même envisageable que ce soit pire, parce que vous auriez pu manger quelque chose (de peu calorique mais consistant) entre temps, qui vous aurait rassasié. Ce qui vous aiderait à renoncer encore plus facilement aux muffins, puisque vous n’en auriez pas faim du tout.

(Pour ceux qui ne l’ont pas compris, je fais un parallèle avec le freeze-out durant l’escalade sexuelle…)

Maintenant, disons que j’ai une autre stratégie en tête.

Je sais que vous brûlez déjà d’envie de manger mes muffins. Alors je vais mettre votre volonté à l’épreuve en faisant en sorte d’intensifier subtilement votre envie, pour qu’elle soit TELLEMENT forte que vous finissiez par céder à la tentation.

  • À votre refus, donc, je vais répondre par un « d’accord » tout à fait décontracté, sans sembler affecter.
  • Puis je vais prendre un muffin et commencer à le déguster juste devant vos yeux, en ne me privant pas de faire « hummmmm », « miam », « Putain, mais qu’est-ce que c’est bon !! »
  • Enfin, je vais réessayer de vous en proposer : « Tiens, prends un, ils sont vraiment bons ! »

Et si vous refusez encore, je vais poursuivre la même stratégie : « D’accord » + continuer à vous donner envie pendant encore 5, 10 ou 20 minutes, puis vous faire une nouvelle proposition. 

Est-ce que vous allez finalement prendre un muffin ?

Peut-être que oui, peut-être que non.

Ça dépend si votre volonté vraiment forte, ou pas.

Mais une chose est sûre : j’ai BEAUCOUP plus de chances de vous faire céder de cette manière-là, plutôt qu’avec celle précédente.

C’est pareil pour la LMR.

Mettre sa volonté à l’épreuve VS faire un freeze out

Pour dépasser la résistance de dernière minute, il s’agit de mettre sa volonté à l’épreuve pour qu’elle se dise « Et puis tant pis, j’en ai trop envie ! », et vous laisse finalement escalader jusqu’au sexe.

Je vais être honnête avec vous, ce n’est pas une stratégie qui ne marche à tous les coups.

Pas plus tard qu’hier par exemple (au moment où j’écris ces lignes), j’ai ramené une fille chez moi et je n’ai pas réussi à la faire céder. Sa volonté de résister est restée plus forte que son envie de coucher avec moi.

Mais ça marche souvent, et beaucoup mieux que le freeze-out.

La solution à la résistance de dernière minute, la plupart du temps, c’est plus d’excitation sexuelle.

Si vous prenez 10, 20 ou 30 minutes pour continuer à faire monter subtilement l’excitation de la fille jusqu’à ce qu’elle cesse de rationaliser…

  • En vous montrant plus sensuelle ;
  • En la caressant et en l’embrassant ;
  • En la faisant vous caresser et vous embrasser ;
  • Etc. 

Vous aurez de bien meilleures chances de la faire céder.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

8 plusieurs commentaires

  1. Encore un coach auto proclamé qui se croit plus intelligent que les autres avec les traditionnels conseils contradictoires aux autres (qui ont aussi bien sûr la meilleure méthode que le petit camarade d’à côté) …On tourne décidément en rond dans le monde du « pseudo » coaching en drague !

    Affligeant !

    • j’apprecie les artciles de chrys mais il y a quand meme un abus avec les coaches actuellement. recemment je viens de decouvrir

      – love coach : coache en sedution par une femme, elle organise des promenades et fait payer pour des promenades en foret pour favoriser des rencontres et former des couples . bref …
      – coach en sexualité , une femme egalement (sexual growth inspirator
      – coach de vie, en spritualité et auters salades
      etc

      • Je suis globalement d’accord.

        Des coachs en séduction honnêtes et compétents, et même des coachs en règle général, ça se compte sur les doigts d’une main.

        Mais ça ne justifie pas qu’on discrédite à la va vite les propos de quelqu’un (probablement sans même les connaître).

        Comme si avoir un blog et donner des conseils en séduction constitué un crime…

        • Absolument pas..bien au contraire…beaucoup de coachs sont des vendeurs d illusions…et ne sont absolument pas crédibles..tu es un des rares à être plutôt lucide et à ne pas promettre la lune.
          Donc on espère que tu continueras.

  2. Ce qui est affligeant, c’est le manque d’argument de fond du commentaire.

    Le « Hou, les vilains coachs en séduction, tous des escrocs (nanananère) », c’est un peu faible…

    Malheureusement, c’est souvent la même chose avec les types qui nourrissent un ressentiment à l’égard du marché de la séduction. Le fait de tenir un blog sur le sujet te met d’office sur la liste de leurs « ennemis », et ils ne cherchent même pas à en savoir plus sur ce que tu expliques.

    Je suis sûr que le gars a juste lu le titre de l’article.

    PS : et encore heureux qu’il y ait des mecs qui apportent la contradiction. C’est ce qui permet de remettre en question les idées et théories (souvent fausses) des coachs en séduction. C’est justement quand il n’y a pas de contradiction qu’on tourne en rond.

  3. Salut Chris, super article encore une fois. Dis-moi, parfois je me perds un peu dans la drague de rue.. , ayant plus de 40 ans, j’aimerais savoir quel âge doit-on visé en drague de rue ? Pour des bonnes relations, pas spécialement d’un soir, et pas non plus dans l’espérance de se casé. Deuxièmement, penses-tu qu’il faille absolument aller sur internet pour draguer ? Car je n’aime pas. Je le fait principalement dans la rue, en sortant du taf, ect.. Boutiques.. Avec plus ou moins de succès selon les périodes. Et derniere question, comment gérer les périodes où on prends que des vent ? Filles en couplé.. pas intéressés ect.. Les bonnes périodes ne compense malheureusement pas les mauvaises qui sont plus longues hahaha merci pour tes réponses d’avance. Et merci d’écrires autant d’articles intéressants. Je te suit depuis pas mal d’années maintenant et je penses que tu est de loin le plus honnête et le compétent dans le domaine. Analyse extrêmement solide de ta part. Au top !

    • Dis-moi, parfois je me perds un peu dans la drague de rue.. ,
      ayant plus de 40 ans, j’aimerais savoir quel âge doit-on visé en drague de rue ?
      Pour des bonnes relations, pas spécialement d’un soir, et pas non plus dans l’espérance de se casé.

      Généralement, la tranche d’âge idéale pour avoir ce genre de relation, c’est entre 23 et 30 ans, voire 24-27 ans. Et 40 ans et +.

      Jusqu’à plus ou moins 23 ans, les filles ont encore, à bien des égards, une mentalité d’adolescente.

      Elles sont hyper changeantes et beaucoup sont incapables de rester en couple plus de quelques mois.

      C’est une période où les filles leur tendance à la « serial monogamie » est poussée à l’extrême. Elles peuvent avoir 3, 4, 5 copains différents dans la même année.

      Sans oublier qu’elles changent aussi beaucoup plus facilement d’avis au téléphone.

      Aucun numéro obtenu dans la rue n’est vraiment solide, j’ai eu l’occasion de le dire maintes fois, mais obtenir le numclose d’une fille de 25 ans a définitivement plus de chances d’aboutir à un rendez-vous que le numclose d’une fille de 19. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aborde personnellement rarement des filles en dessous de 23. En tout cas volontairement.

      A partir de 27 ans, et encore plus à partie 30 ans, les filles ont tendance à vouloir plus de garantie de la part des hommes avant d’aller de se lancer dans une relation.

      Des garanties sur tes intentions – tu veux d’une relation « sérieuse » et rien d’autres. Et (souvent) des garanties sur ta situation sociale : avoir un bon job, etc.

      Bien sûr, je précise que je fais une généralité !

      Il y a des filles de plus de 30 ans qui n’entre pas dans cette catégorie, et des filles de moins de 27 qui y rentre.

      Enfin, les femmes célibataires de l’environ 40 ans et plus ont tendance à moins se prendre, en particulier quand elles ont déjà eu plusieurs enfants.

      Elles n’attendent plus grand-chose des hommes (en tout du point de vue de l’engagement) et ont appris à s’en passer dans leur foyer. Elles sont généralement beaucoup plus relax que dans leur 30aine.

      Deuxièmement, penses-tu qu’il faille absolument aller sur internet pour draguer ? Car je n’aime pas.

      Non.

      Comme je l’ai écrit dans un article précédent, c’est un complément.

      Dans certaines conditions ça peut même être un très bon complément. Tu peux par exemple hiberner quand il fait froid dehors et continuer à avoir des rencards. Mais c’est un mode de rencontres tout à fait facultatif, comme tous les modes de rencontres d’ailleurs (daygame inclus).

      Juste, il est important de pratiquer au moins un mode de rencontre IRL régulièrement.

      Et derniere question, comment gérer les périodes où on prends que des vent ?

      Les mauvaises périodes sont souvent, pour moi en tout cas, le signe qu’il faut faire un break.

      Chez moi, ça coïncide souvent avec la perte de l’excitation à l’approche : quand le profond désir de rencontrer a disparu et que mes approches sont devenues « mécaniques ».

      Ca peut-être le bon moment pour :
      – Investir son temps libre pour se faire plaisir (partir en week-end quelque part)
      – Se consacrer à sa vie sociale et/ou amoureuse.
      – Faire ces diverses choses pour lesquelles on a l’impression de ne jamais avoir de temps – lire un livre particulier, décorer son appart, whatever.

      Mais il faut bien distinguer entre 2 choses : les séries et périodes…

      Les mauvaises périodes sont différentes de la loi des séries.

      C’est normal de passer par des séries négatives régulièrement, comme 5 approches sans rien obtenir, parce que ce sont les lois de la statistique. C’est comme ça que fonctionne !

      Prendre un numéro toutes les 3 approches en moyenne ne veut pas dire ça va se passer comme ceci :
      2 approches : rien -> 1 approche : un numéro -> 2 approches : rien -> 1 approche : un numéro, etc.

      En général tu oscilles entre séries positives et négatives, du genre : 5 approches : rien -> 3 approches : 2 numéros -> 4 approches : rien -> 3 approches -> 3 numéros.

      Une périodes négatives, en revanche, a souvent une raison d’être autre que la pure statistique.

      Et cette raison-là est, 99% du temps, mentale.

      – Tu as perdu le plaisir et la motivation d’aborder (= excitation à l’approche)
      – Tu as perdu beaucoup de confiance en toi, à cause d’un évènement qui s’est produit (une rupture difficile, ou même un rendez-vous qui s’est très mal passé et a installé le doute dans ton esprit par exemple).
      – Etc.

      Et le mieux que je puisse te conseilleur dans ce cas, c’est de faire un break pour retrouver ton envie/oublier cet évènement. Tu peux aussi faire un travail pour retrouver la motivation/reprendre confiance, mais ça vient en association à cette pause.

      Je te suit depuis pas mal d’années maintenant et je penses que tu est de loin le plus honnête et le compétent dans le domaine. Analyse extrêmement solide de ta part. Au top !

      Merci

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.