Accueil 5 Séduction avancée 5 End Game : Comment gérer une meuf pour conclure après un rendez-vous ?
comment gérer une meuf conclure

End Game : Comment gérer une meuf pour conclure après un rendez-vous ?

Avant propos :

Avant propos :

Je n’ai pas pour habitude d’utiliser des mots en verlan (même à l’oral), mais pour une raison de référencement j’ai préféré utiliser le mot « meuf » pour accompagner l’expression comment gérer une… plutôt que « fille » ou « femme » à plusieurs endroits dans cet article.

Je m’excuse d’avance si ça vous pique un peu les yeux 🙂

Non, « End Game » n’est pas seulement le titre du dernier Avengers de Marvel…

C’est aussi le terme qu’on emploie dans le jargon de la séduction pour désigner le moment où vous devez conclure. C’est le « money time » du processus de séduction.

Personnellement, je préfère parler d’escalation sexuelle. Parce que le but du « End Game », en fin de compte, est d’escalader jusqu’au sexe ! Il faut amener progressivement la fille à coucher avec vous, après avoir initié l’interaction, le flirt et l’échange physique.

Pour resituer le contexte, voilà où vous en êtes juste avant cette phase…

  1. Vous avez déjà rencontré la fille.
  2. Si la rencontre s’est faite dans la rue ou sur internet, vous l’avez isolé dans un autre endroit, plus propice à la séduction (un bar cosy, un petit parc calme ou autre).
  3. Vous avez fait grimper la tension sexuelle puis, en principe, vous vous êtes embrassé et caressé.

Vous êtes à présent en train d’échanger physiquement, au lieu d’échanger simplement des mots.

À ce stade, deux possibilités s’offrent à vous :

  1. Vous pouvez passer un peu de temps avec la fille et finir sur une bonne note en attendant (ou plutôt : en espérant) un prochain rencard ;
  2. Ou vous pouvez essayer de conclure le soir même.

Suivant le temps et la logistique dont vous disposez d’une part, et du niveau d’ASD de la fille de l’autre, vous devez choisir l’option la plus appropriée.

Et si vous choisissez la seconde option, vous entrez officiellement en End Game.

Le but sera alors de coucher avec elle, et votre boulot va consister à faire 2 choses :

  1. Faire grimper l’excitation sexuelle, sans la réduire ensuite.

Je précise cela car bon nombre d’hommes – en particulier ceux inexpérimentés – se mettent à stresser quand ils sont très proches de conclure. Ils ont alors pour réflexe inconscient de saper tout le boulot réalisé en amont pour retourner dans leur zone de confort et éviter le passage à l’acte.

J’ai moi-même été coupable de cela à mes débuts, à cause de mon anxiété sexuelle (j’en parle dans ce bouquin).

  1. Gérer les résistances de la meuf.

Car une majorité de filles vous en opposeront, surtout si l’escalation sexuelle a lieu lors du 1er ou 2e rendez-vous – l’ASD ayant tendance à être assez élevé lors des deux premiers rendez-vous.

Bien.

Maintenant que j’ai introduit le sujet, entrons-y dans le vif !…

Comment gérer le End Game avec une meuf : commencez par l’isolation !

Tout d’abord, parlons isolation.

Avant de pouvoir pousser l’escalation sexuelle vraiment loin, vous devez déplacer la fille dans un contexte plus approprié. Puisque, vous vous en doutez, le lieu de rendez-vous ne sera généralement pas l’endroit idéal pour escalader sexuellement.

Vous pourrez certes caresser discrètement ses cuisses sous la table, mais vous n’irez sans doute pas beaucoup plus loin – et encore moins jusqu’au sexe.

Escalader sexuellement implique d’escalader l’intimité, en isolant la demoiselle dans un lieu plus intime (ou une série de lieux de plus en plus intimes), afin de pouvoir aller plus loin dans l’escalation sexuelle.

La seule exception, c’est si vous vous débrouillez pour que le rencard ait lieu directement chez vous ou chez elle. Dans ce cas l’isolation complète aura déjà été faite en amont, il ne restera plus qu’à faire grimper l’excitation.

Mais dans la plupart des cas, vous vous retrouverez dans un lieu public. Vous devrez donc procéder à une isolation.

Gérer l’isolation d’une meuf

Le premier élément pour réussir à isoler, c’est l’envie de la fille.

Il faut qu’elle ait envie de poursuivre la soirée avec vous et de continuer l’échange physique.

Elle va rarement vous suivre jusqu’à chez vous juste pour votre bon plaisir, ou parce que vous jouez à l’apprenti manipulateur (vous tentez un « Yes Ladder » ou je ne sais quelle technique pour forcer sa compliance).

Il est vrai qu’à ce stade il faut aussi rendre la proposition socialement acceptable. Autrement dit, si vous voulez qu’elle accepte de vous suivre dans un parc désert à côté de chez vous, ou mieux encore : chez vous directement, il vaut mieux bien amener le bouce.

Ce sera mieux de lui proposer une balade dans le parc sympa d’à côté, que de lui dire sans ambages : « Allez viens, je te ramène dans un coin tranquille pour se peloter ! »

Mais ce qui va principalement déterminer sa décision, c’est…

  1. Son désir de poursuivre la journée/soirée avec vous, et…
  2. Son envie (inavoué) d’avoir un échange physique encore plus intime avec vous.

Donc, avant de tenter d’escalader l’intimité, faites d’abord le nécessaire pour qu’elle ait (très) envie de l’un et l’autre.

Isolation en deux temps

La plupart des mecs de la communauté pensent qu’isoler une fille consiste à faire le grand saut entre le lieu de rendez-vous et chez eux.

Mais à moins que la fille ne soit déjà bouillante de désir, il peut s’avérer très difficile de la convaincre. Dans certains cas de figure, ça relèverait même de la prouesse technique !…

Heureusement l’isolation peut être amenée de manière plus subtile, en proposant d’abord à la fille d’aller dans un endroit intermédiaire.

Un endroit plus intime que le lieu de rendez-vous – où vous allez pouvoir vous embrasser et vous caresser avec moins de retenue –, mais qui ne sous-entend pas le « on va baiser !? » que peut sous-entendre la proposition d’aller chez soi.

Néanmoins, cette isolation en deux temps vous permettra :

  1. De vous rapprocher de chez vous (donc : rendre le bounce chez vous encore plus facile) ;
  2. De faire monter l’excitation sexuelle à un niveau plus élevé que si vous étiez restés sur le lieu de rendez-vous, sous le regard inhibant des personnes alentour.

Si vous diminuez la distance à parcourir pour arriver jusqu’à chez vous d’une part, et que la fille est encore plus excitée de l’autre, vos chances de finir chez vous seront bien meilleures.
 

Alors si vous connaissez un endroit à l’écart des regards indiscrets, qui se situe entre le lieu de rencard et votre appartement, plutôt que d’essayer d’amener directement la fille chez vous, ayez plutôt pour objectif de la ramener dans cet endroit d’abord.

Ce peut être un (autre) bar plus intimiste, ou un parc, ou même un quartier très calme.

Bien sûr, s’il est évident que la fille est motivée pour aller directement chez vous, oubliez cette étape intermédiaire et isolez-la tout de suite !

Mais le plus souvent, ce sera plus facile et moins risquer de passer par un endroit intermédiaire. Ainsi une bonne moitié du chemin sera déjà faite et vous serez dans un bien meilleur contexte pour la chauffer, jusqu’à que son excitation lui fasse un peu oublier son ASD.

Comment proposer à une meuf d’aller chez vous ?

Sauf s’il semble évident que la fille assume pleinement son désir pour vous, il est préférable de rendre la proposition socialement acceptable avec un prétexte.

Je vais vous en donner quelques-uns field-testés…

  • Le « quelque chose à emporter »

Si le rencard est prévu en début soirée (entre 17 et 19 heures), vous allez venir tout deux venir sans avoir mangé et, après 1 à 3 heures passées ensemble, vous tomberez en plein dans l’intervalle horaire où l’on a l’habitude de dîner.

Vous pourrez donc lui proposer de commander quelque chose – des sushis, une pizza ou n’importe quoi d’autre – à manger dans votre salon en toute convivialité.

  • Le quelque chose à lui montrer

Autre petite astuce, qui peut être complémentaire à celle ci-dessus, c’est d’avoir au moins un truc ou deux d’originaux, cool et/ou funky dans votre appartement.

    • Votre aquarium avec vos deux poissons rouges (Bob et Dylan) ;
    • Les tableaux que vous avez peints vous-même et que vous exposez fièrement dans votre salon ;
    • Votre chat siamois qui louche ;
    • Les petites tomates cerises que vous faites pousser dans votre petit bout de jardin ;

Bref. Vous avez saisi l’idée.

Il suffit d’avoir quelques trucs un peu spéciaux dans votre appart et d’en faire mention plusieurs fois au cours de l’interaction.

Ils vous donneront un bon prétexte, en plus d’attiser sa curiosité.

Vous pourrez ainsi lui proposer de monter chez vous pour prendre un thé/café et les lui montrer.

Encore une fois l’idée paraît simpliste, voire un peu conne !

Pourtant ça marche très bien.

Si vous faites bien le boulot en amont et qu’elle a envie de se retrouver seule avec vous, vous n’aurez pas besoin d’employer une technique ou stratégie plus compliquée.

Rappelez-vous : la plupart des filles ne veulent pas donner l’air de venir « pour coucher », alors il suffit de leur donner un bon prétexte qui sous-entend que vous la ramenez pour autre chose.

Comment gérer une meuf après l’isolation ?

Une fois que vous serez parvenu à isoler complètement la fille, attendez-vous à plusieurs cas de figure possibles.

Pour cette partie du processus aussi, on peut reprendre la fameuse typologie des OUI, NON et PEUT-ÊTRE.

Mais pour éviter toute confusion, et parce que je trouve les termes suivants plus évocateurs, nous parlerons plutôt de « Chaudes », « Froides » ou « Tièdes ».

  •  Les Chaudes

Certaines filles seront bouillonnantes de désirs quand vous les amènerez chez vous (ou quand elles vous ramèneront chez elles). Si bien qu’une simple étreinte accompagnée de quelques baisers suffira à allumer la mèche.

Avec celles-ci, n’attendez pas !

Attrapez-les par la taille, embrassez-les, caressez-les. C’est tout ce qu’il faudra pour démarrer les préliminaires.

Avec elles l’escalation sexuelle sera rapide et facile une fois isolés.

À peine une ou deux minutes après avoir franchi le seuil de la porte, vous pourrez retirer ses vêtements et commencer à lui faire l’amour sans même prendre le temps d’aller jusqu’à la chambre ou déplier le clic-clac !

Et souvent cela offre une partie de jambe en l’air intense et débridée.

C’est génial de tomber sur ce genre de fille !

  • Les Tièdes

Mais les filles que vous ramènerez chez vous ne seront pas toutes chaudes…

Certaines seront tièdes, c’est-à-dire qu’elles ne seront pas prêtes à coucher avec vous, du moins pas tout de suite, tandis qu’elles ne seront pas non plus totalement hermétiques à l’escalade sexuelle.

Une fille que vous isolez peut se montrer tiède pour une ou plusieurs raisons :

  • Soit parce qu’elle ne veut pas avoir l’air trop facile (malgré son envie de coucher avec vous) ;
  • Soit parce qu’elle est un peu nerveuse (elle a besoin que vous la mettiez un peu à l’aise d’abord) ;
  • Soit parce qu’elle n’a pas encore totalement pris sa décision de coucher avec vous ou non : elle veut d’abord vous tester un peu, voir comment vous allez vous y prendre
  • Soit parce que, l’excitation étant retombée durant le bounce, elle ne sait plus trop si elle en a encore envie ou non.

Quoi qu’il en soit, si je sens qu’une fille est tiède en arrivant chez moi, je ne vais pas « l’attaquer » directement, comme je le ferais avec une chaude.

Je vais plutôt prendre la mettre à l’aise d’abord, puis escalader subtilement.

Par exemple, si l’isolation a été faite chez moi je vais…

  1. La débarrasser des vêtements superflus à l’entrée : manteau, chaussures, écharpes, etc.
  2. Lui faire une visite rapide de mon appartement.
  3. L’installer sur mon canapé et lui proposer à boire (thé, café, soda, vin… je m’équipe toujours avant au cas où !)
  4. Mettre un fond de musique (car laisser son appartement totalement silencieux à tendance à les rendre moins à l’aise).
  5. Enfin, me mettre à côté d’elle et réinstaller l’échange physique, en y allant doucement au départ : je vais l’embrasser et la caresser calmement… je me montrerai presque

En somme les 10-20 premières minutes vont surtout servir à la mettre à l’aise avant de commencer à la chauffer.

Pour certains d’entre vous, ces 10-20 minutes pourraient sembler futiles, puisque vous ne faites pas directement avancer le processus.

Mais ne vous fiez pas aux apparences : ces 10-20 minutes de « confort sexuel » peuvent vous faire gagner beaucoup du temps en vous évitant bien des résistances par la suite.

Cela va vous permettre de mettre la fille dans de meilleures dispositions mentales pour l’escalation sexuelle. C’est une stratégie bien plus efficace pour réussir l’escalade sexuelle que de lui sauter tout de suite dessus comme un Cro-Magnon.

Mais bien sûr, ne laissez surtout pas la tension sexuelle se dissiper durant tout ce temps.

Gardez une attitude non-réactive, sensuelle, charmeuse.

Et surtout ne faites pas le clown en espérant la mettre plus à l’aise !…

Elle n’a pas besoin de vos blagues Carambar pour se sentir moins nerveuse, et vous risqueriez de « tuer » votre aura sexuelle – en plus de son excitation.

Puis, après ces 10-20 minutes de « confort sexuel », quand la fille se sentira plus à l’aise et rassurée, vous pourrez vraiment commencer à la chauffer.

Pour ça vous avez deux armes fatales : les baisers et les kinos.

Faites grimper crescendo l’intensité des deux, et vous avez de bonnes chances d’aller au bout.

Par exemple :

    • Commencez par des baisers langoureux, déposés légèrement sur sa bouche et son cou, pour progressivement en arriver à des baisers fougueux !
    • De même, commencez par des petites caresses le long de son bras, de sa cuisse ou du dos, puis allez progressivement vers des parties du corps plus intimes (les seins, les fesses, ses entrejambes…), que vous malaxez avec énergie.

Installez progressivement de l’intensité, du désir, de la fougue dans vos échanges physiques. Vous verrez : vous allez faire grimper l’excitation sexuelle comme jamais !!

Et, s’il n’y a pas de résistance, commencez à la déshabiller.

  • Les Froides 

Enfin, quelques femmes vont accepter l’isolation sans la moindre intention de coucher avec vous.

En fait, elles viendront plutôt avec la ferme intention de vous stopper si vous tentez quoi que ce soit !

Souvent, c’est parce que vous avez mal calibré :

    • Soit vous leur avez proposé trop tôt d’aller chez vous, et elles n’ont pas osé vous dire « non ».
    • Soit vous n’auriez tout simplement pas dû les emmener chez vous – ou tout du moins les emmener dans l’intention d’escalader sexuellement –, parce qu’elles pensaient que vous les invitiez en « tout bien tout honneur ».

Isoler trop tôt…

Il y a quelques années, j’ai voulu tester quelque chose : inviter les filles directement chez moi sans passer par la case rencard.

Je voulais vérifier si le rencard était indispensable, ou s’il était possible d’amener et séduire une fille chez soi tout de suite après la phase du téléphone.

Pour ça j’avais un plan bien rodé : je donnais rendez-vous aux filles à deux pas de chez moi, puis lorsqu’on se retrouvait je leur proposais d’aller à mon appart en prétextant que c’était « une option plus économique et conviviale pour prendre un verre ».

Aussi surprenant que cela puisse paraître, j’ai eu très peu de refus. Ce qui m’a amené à une première conclusion intéressante :

Si une proposition est bien formulée et dite avec conviction, généralement les filles l’acceptent – ou du moins n’osent pas la refuser.
 

L’autre constat que j’ai pu tirer de cette expérience, c’est que ramener une fille directement chez soi est une stratégie à double tranchant.

En effet, j’ai eu l’occasion de faire quelques fcloses extrarapides (<15 minutes).

J’ai aussi réussi à conclure avec quelques filles tièdez, même si cela m’a pris plusieurs heures.

Toutefois, bon nombre de filles que je ramenais se mettaient en mode « alerte rouge ! » et se fermaient comme des huitres à marée basse.

Elles me sentaient venir à des kilomètres !…

Certaines de ces filles avaient l’air réellement intéressées. Et je suis convaincu que si j’avais suivi le protocole classique, en passant par la case rendez-vous, j’aurais pu les ramener chez moi plus tard – peut-être quelques heures après, ou au rencard suivant – et conclure.

Mais en les ramenant trop tôt, elles se sont dit : « Attention : ce mec veut juste me baiser » et ça les a complètement refroidies.

C’est très souvent ce qui arrive quand on isole une fille trop tôt, comparé à la vitesse à laquelle elle nous permet de la séduire.

Cela n’arrive pas seulement lorsqu’on isole les filles immédiatement.

Parfois, une fille peut avoir un niveau d’ASD supérieur à la moyenne et se montrer froide si vous la ramenez chez vous dès le premier ou deuxième rendez-vous. Et ce, même si vous avez déjà passé plusieurs heures avec.

Isoler quand ça ne sert à rien…

Des mecs peuvent ramener une fille chez eux et tenter d’escalader alors qu’elle les a mis depuis longtemps en friendzone ou qu’elle n’est pas intéressée.

Si vous prétendez être son ami, ou si l’isolation arrive « comme un cheveu sur la soupe » alors qu’elle ne vous a même pas laissé l’approcher physiquement, ne soyez pas surpris si elle n’est pas réceptive à votre escalade sexuelle une fois chez vous.

Et AUCUNE technique ne vous permettra d’augmenter (comme par magie) l’intérêt sexuel d’une fille froide. Avec celles-ci, vous perdez votre temps.

Persistance en End Game : comment gérer les résistances d’une meuf ?

Je dis souvent que se montrer sympa avec les filles n’est pas un défaut. Que ça peut aider à construire du rapport, de la confiance, et par extension de la compliance.

Mais lorsqu’il s’agit de chauffer une fille jusqu’à coucher avec, vous devez mettre définitivement de côté le « Nice Guy » qui est en vous.

À ce stade vous ne pouvez plus vous permettre d’être vraiment sympa. Vous devez penser à votre intérêt avant tout, ne plus trop vous soucier du confort de la fille et de ce qu’elle risque de penser de vous.

Remémorez-vous les efforts que vous avez fournis pour en arriver là…

  • Aborder la fille (malgré l’anxiété) ;
  • Entamer la conversation ;
  • Demander le numéro (en passant outre sa peur du rejet) ;
  • Relancer par texto, puis échanger à distance ;
  • Proposer un rencard, et peut-être devoir le reprogrammer une fois ou deux ;
  • La charmer et l’escalader, jusqu’à l’isolation complète.

Vous êtes allé trop loin pour être (trop) sympa et prendre le risque de ne pas conclure – ce qui parfois signifie un retour à la case départ.

Alors oui : vous pouvez vous permettre de ne pas être très persistant à l’approche, ou pour obtenir son numéro… Parce que les enjeux ne sont finalement pas si importants.

Si ça ne marche pas, vous pouvez toujours réaborder une nouvelle fille plus compliante quelques minutes plus tard. Et même si ça marche, au mieux vous aurez un numéro ; finalement pas grand-chose : prendre le numéro d’une fille ne signifie rien.

Mais quand vous êtes parvenu à l’isoler, vous NE pouvez PLUS être frileux avec la persistance. Vous devez même être borderline si nécessaire.

Préférer rester dans votre zone de confort et laisser sa peur de déplaire prendre le dessus est une GRAVE erreur.

Vous devez cesser de trop vous soucier du confort de la fille et de ce qu’elle va penser de vous. Vous avez beaucoup à perdre (l’investissement en temps + efforts), et beaucoup à gagner (coucher avec elle + débuter une éventuelle liaison).

Persister n’est pas dévalorisant !

En outre, la facilité à laquelle vous parvenez à coucher avec une fille n’a pas toujours à voir avec la facilité que vous avez à la fidéliser/sortir avec elle après.

    • Vous pouvez coucher facilement avec une fille, sans qu’elle ne montre aucune résistance, puis ne JAMAIS la revoir.
    • Vous pouvez devoir persister avec une autre durant 2 heures pour parvenir à coucher avec elle, puis elle se montre accommodante et motivée par la suite.

Autrement dit : les efforts de persistance que vous déployez pour conclure ne réduisent pas nécessairement vos chances de revoir une fille (tout dépend de la manière dont vous persistez).

Parfois les filles résistent juste parce qu’elles ont peur de passer à l’acte, puis elles se sentent soulagées ensuite.

En revanche, ne pas coucher avec une fille quand vous en avez l’opportunité réduit vos chances.

Vous pensez peut-être que ne pas persister lui montre que vous n’êtes pas intéressé par le sexe et/ou que vous la respectez. Et que cela vous fait gagner des points dans son estime.

Mais la dure réalité c’est que les femmes s’accrocheront BEAUCOUP plus à vous si vous parvenez à la faire céder.

Les femmes peuvent flirter avec des dizaines de gars, même quand elles sont en couples et n’ont aucune intention de tromper leur copain. Ce n’est pas un exploit de flirter avec une femme et de choper des signes d’intérêt… Vous n’êtes un gars en orbite autour d’elle, parmi une dizaine d’autres.

Mais quand vous devenez son partenaire sexuel vous entrez à un tout autre niveau de rapport.

Vous avez partagé une expérience intense et intime, qu’elle ne partage peut-être avec aucun autre homme (du moins à ce moment-là). Alors il y a bien plus de chances qu’elle s’accroche à vous.

En dépit de ce qu’elles prétendent, il vaut mieux être le « mauvais garçon » qui ne lâche pas l’affaire jusqu’à avoir eu ce qu’il veut, que le « gentil garçon » qui patiente (et qui risque de patienter trèèèès longtemps…)

Une fois que vous aurez isolé la fille, vous n’aurez peut-être qu’une seule occasion de conclure.

Faites de votre mieux pour la saisir !

Comment désamorcer les résistances ?

Tout d’abord, il faut distinguer deux types de résistance : celle dite « verbale » et celle « physique ».

  • Les résistances verbales d’une meuf

Les résistances verbales ont très, très peu d’importance à ce stade du processus. Il suffit généralement de les ignorer ou d’acquiescer verbalement (sur un ton amusé) tout en continuant.

Même les filles chaudes, qui sont de toute évidence prêtes à coucher avec vous tout de suite, peuvent lâcher des commentaires comme « J’sais pas si c’est une bonne idée… » ou « on ne devrait pas faire ça… », tout en vous laissant les chauffer et les déshabiller.

Comme dit l’adage :

N’écoutez pas ce qu’elles disent, regardez ce qu’elles font.

Tant que ça ne vous perturbe pas et qu’elle n’oppose aucune résistance physique, vous passerez outre comme si elle n’avait rien dit.

  • Les résistances physiques d’une meuf

Les résistances physiques sont une autre paire de manches…

C’est lorsque la fille vous laisse l’embrasser et la caresser jusqu’à un certain point, mais vous repousse quand vous essayez d’aller plus loin (en glissant votre main sous son jean par exemple).

Évidemment, le réflexe le plus stupide à avoir serait de tenter un passage en force…

Être persistant ne signifie pas être un bourrin sans cervelle.

En faisant cela, vous pourriez la faire flipper et peut-être même avoir quelques problèmes avec la justice plus tard…

Au lieu de cela :

  1. Faites-lui un petit sourire lubrique,
  2. Remettez-vous à l’embrasser et la caresser comme avant pour continuer à faire grimper l’excitation.
  3. Et, quelques minutes après, revenez subrepticement à la charge.

Votre réaction à ses résistances est très, très importante.

Si vous réagissez bien, sa résistance prendra des allures de « teasing érotique », et vous aurez l’air d’un bon gros coquin plutôt que d’un crève-la-faim !

C’est une bien meilleure frame à adopter.

  • En étant «coquin», vous l’exciter – elle aura encore plus envie de vous.
  • En faisant «le forceur», vous la refroidissez – elle aura encore plus envie de résister.

Enfin, si après quelques tentatives elle résiste encore, alors faites un break !

Parce qu’après quelques tentatives vous risquez de vous coller la frame du mec insistant.

Au lieu de cela, retournez en mode « confort sexuel » : proposez-lui de regarder un film ensemble, ou de cuisiner, ou d’aller faire une petite balade, ou d’écouter de la musique, whatever, durant quelques dizaines de minutes. Puis revenez à la charge plus tard.

Parfois, la résistance est comme un ordinateur : il suffit d’éteindre et redémarrer pour que ça marche !

Gérer les résistances d’une meuf : le Freeze-out VS faire grimper l’excitation

Pour passer outre les résistances sexuelles d’une femme, beaucoup de pseudo-experts en séduction préconisent d’employer la technique du freeze-out.

Grosso modo, cette technique consiste à « punir » la fille en lui retirant toute votre attention.

Si par exemple vous êtes en train de la chauffer sur le canapé et qu’elle vous résiste, un freeze-out impliquerait de la laisser en plan pendant que vous allez consulter vos emails, ou toute autre chose, sans vous préoccuper d’elle.

Or s’il y a bien deux choses que vous voulez éviter, c’est…

  1. Que la fille refroidisse complètement, et…
  2. Qu’elle remarque/pense que vous êtes déçu parce qu’elle ne veut pas coucher avec vous (parce que vous partez bouder dans votre coin).

Retenez ceci : votre meilleure chance de passer ses résistances est de parvenir à faire grimper son excitation à tel point que son désir va éteindre la petite voix intérieure qui lui dit de résister.

Si vous faites un freeze-out, toute l’excitation que vous avez installée va se dissiper, comme vous la laissez poireauter toute seule.

Au lieu de cela, vous devez d’abord continuer à l’embrasser et la caresser pour faire grimper son excitation.

Et, si malgré plusieurs tentatives vous échouer à faire grimper l’excitation, alors reprenez un peu de distance physique mais tout en laissant de la tension sexuelle – afin que l’échange physique redevienne très excitant lorsque vous le redémarrerez.

Et quand vous faites cela, soyez légèrement enjoué – comme si ses résistances vous faisaient marrer intérieurement.

Cela n’a pas grand-chose à voir avec un « freeze-out ».

Il s’agit plutôt de faire une pause dans l’échange physique, pendant laquelle vous allez continuer à flirter, avant de recommencer à la chauffer. Une manière de reculer pour mieux sauter.

À aucun moment vous ne devez faire un véritable freeze-out.

Si rien n’a marché ?

Si vous avez tout tenté : les conseils et techniques que j’ai donné ici + ceux que je donne dans Drague Minimaliste… alors tant pis !

Attendez le rencard suivant, si toutefois il y en a un.

Peut-être que quelque chose l’a bloqué pour cette fois, mais ne la bloquera plus au prochain rendez-vous. Ou peut-être que vous ne la reverrez jamais… tout est possible !

Quoi qu’il en soit, vous avez fait ce qu’il fallait.

Vous avez peut-être échoué à gérer la meuf – ça arrive même aux meilleurs d’entre nous –, mais au moins vous ne laissez aucun regret. Et c’est le plus important !

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de autour de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

13 plusieurs commentaires

  1. merci pour cette nouvelle article Chrys, je t’attendais impatiemment

  2. Merci Chrys, ça fait longtemps !

  3. Hello chrys !

    Excellent article ! Comme d habitude ! Bien écrit et vivant ! Et en plus tu synthètise très bien le processus,tout en restant réaliste et lucide.

    Bravo

  4. Merci beaucoup! Je remarque que les filles que je rencontre pas dans la rue mais plutot dans d’autre milieu où c’est pas vraiment conseiller d’etre direct(cercle social,eglise,biblioteque……) pendant le rendez-vous, elles veulent d’abord que je puisse devoiler mon interet verbalement avant de commence l’escalade physique? Il y na meme qui on commencer pas me demander par ex: au faite pourquoi tu voulais me voir? Que pensez vous coach! C’est de ma faute ou c’est normal? Merci d’avance

    • Est-ce qu’elles veulent que tu « verbalises » ton intérêt ?…

      Ou est-ce qu’elles veulent sentir que tu es intéressé ?? (Je pense que c’est plutôt ça).

      Si tu séduis correctement, une fille n’a pas besoin que tu verbalises tes intentions toutes les 5 minutes pour te laisser escalader physiquement.

      Elle va sentir qu’elle te plaît.

      Quoi qu’il en soit, si elle ne sent pas qu’elle te plait, c’est qu’il n’y a pas de flirt. Donc : pas de tension.

      C’est difficile d’initier l’escalade physique sans tension. Parce que la tension, c’est ce qui provoque ce fameux désir d’échange physique – ce n’est plus qu’une « technique de séduction » ou je ne sais quoi.

      Je pense que c’est ce que tu dégages, ta « vibe », qui n’est pas bonne (trop distance/amicale). Si tu parviens à avoir une présence plus sensuelle, tu n’auras plus ce problème-là.

      Il y aura encore des filles qui te testeront en te demandant ce que tu recherches – relation sérieuse ou non. Mais elles ne se poseront plus la question de savoir si elle t’attire et pourquoi tu les invites. Elles te percevront comme une véritable « option sexuelle ».

  5. Salut Chrys !

    Toujours de bon conseils 🙂

    J’ai beaucoup de femme Aussi qui me demande ce que je recherche comme relation sur site ou autre avant même la rencontre j’aimerais savoir comment bien répondre à cette question sachant que je ne veux pas me caser avec toutes les femmes que je rencontre

    Passe une bonne soirée : )

  6. Les nanas, surtout sur le net, ont déjà ÉNORMÉMENT de propositions sexuelles. C’est normal qu’elles recherchent un homme qui peut lui apporter une plus-value outre le sexe : une compagnie agréable notamment. Donc cette question est plutôt un test pour te dire : « qu’est-ce que tu proposes ? »

    Quand elle te sort ce genre de questions, c’est en réalité davantage pour éjecter les hommes qui recherchent exclusivement du sexe que pour trouver un homme qui cherche une relation sérieuse.

    Je sais… la nuance est peut-être subtile. Mais elle est importante !

    Parce que lui faire comprendre que tu ne recherches pas QUE du sexe va généralement suffire à la rassurer pour poursuivre l’interaction (si elle est/reste intéressée évidemment).

    Autrement dit : tu n’as pas forcément à dire/prétendre que tu veux une « relation sérieuse », exclusive, traditionnelle, pour passer ce test.

    Tu peux par exemple dire :

    « Pour tout t’avouer, je furète dans l’espoir (insensé peut-être ??) de rencontrer une acolyte avec qui partager de bons délires, et aussi passer le rude hiver qui s’annonce devant netflix avec une boisson chaude 🙂 »

    Quand tu donnes ce genre de réponse, tu ne dis pas « je veux m’engager dans une relation sérieuse ».

    Tu dis « tu recherches une fille avec qui passer de bons moments (et pas uniquement sexuel) ». Les autres disent « sex » ou « sex & engagement », toi tu dis « sex & FUN » !

    Mais tu ne précises pas le type de relation exact. Ce peut être une partenaire exclusive… Ou non-exclusive.

  7. Super Article, je l ai déjà lu au moins 5 fois.^^
    Il tombe vraiment à pic.

    Concernant les deux possibilités mentionnées dans l article, comment fais tu pour faire le bon choix, excepté la logistique.ç est quand même compliqué de connaitre le niveau asd de la fille !
    Pour ma part j ai toujours du mal à calibré, à déterminer si ça vaut le coup d aller plus loin.
    Sur mes 4 derniers rencard, j ai embrassé la fille et même aller un peu plus loin mais j ai pas couché avec elle et malheureusement je les jamais revu, peut être lié à leur asd ou au fameux buyer s remorse…
    Et je me dis que j aurai même pas du les embrasser et carresser !

    Concernant les résistances des filles ç est quand même assez compliqué de les gérer ! Être détaché totalement de ce qu elle dit verbalement ou non verbalement et persister à plusieurs reprise ç est pas facile.
    La pluspart des seducteurs prennent ça pour des tests mais moi ça me refroidi Quand la meuf résiste trop et j ai l’impression d être un forceur. Un peu comme un vendeur qui te lâche pas la grappe lol.
    C est pour ça je kiffe les filles qui n oppose pas trop de résistance ! En général l Interet est sincèrement réciproque et ç est beaucoup plus passionnel

    • Concernant les deux possibilités mentionnées dans l article, comment fais tu pour faire le bon choix, excepté la logistique. Ç’est quand même compliqué de connaitre le niveau asd de la fille !

      Les filles laissent des indices (bien qu’assez subtiles) sur leur niveau d’ASD au cours de l’interaction.

      Il faut une certaine expérience pour les décelé – comme quoi, on en revient toujours à la même chose : sans pratique, c’est TRÈS difficile d’être un séducteur efficace –, mais tu peux évaluer son ASD à son attitude, à sa manière de réagir à ta proximité et à la TS (est-ce qu’elle semble si complaire ou est-ce que ça la rend nerveuse et mal à l’aise ?) et à ton escalade physique.

      Elle peut aussi te dire des choses qui sous-entendent qu’elle est sur la défensive. Par exemple : si elle te sort pléthore de croyance anti-sexe durant le RDV, du genre « pour moi une femme qui couche au premier rendez-vous n’a aucun amour propre », tu peux t’attendras à avoir BEAUCOUP de résistance lorsque tu voudras escalader sexuellement plus tard.

      Sur mes 4 derniers rencard, j ai embrassé la fille et même aller un peu plus loin mais j ai pas couché avec elle et malheureusement je les jamais revu, peut être lié à leur asd ou au fameux buyer s remorse…
      Et je me dis que j aurai même pas du les embrasser et carresser !

      En ce qui concerne le Kclose, ce que je pense c’est que, sauf s’il tu es convaincu qu’il y a gros risque qu’il déclenche un BR, il est préférable d’initier l’échange physique dès qu’on en a la possibilité, même s’il y a toujours un (petit) risque que la fille le regrette ensuite.

      1. Parce que c’est rare que l’ASD d’une fille soit tellement contraignant qu’il lui impose le principe absolu de ne jamais embrasser un homme au premier rencard.

      Au pire des cas, elle peut le regretter un peu plus tard, à froid. Mais si une bonne connexion a été installée et que tu n’as rien sous-communiqué qui puisse lui faire croire que finalement tu voulais davantage la sauter que de faire sa connaissance, le risque de BR est faible.

      2. Parce qu’en réalité tu as bien plus de chances de gâcher des opportunités en n’initiant pas l’échange physique, alors tu en avais l’occasion.

      Comme disait Talleyran : « Les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l’occasion, mais jamais à celui qui la manque. »

      Les filles qu’on ne revoit pas après un premier rendez-vous, ça fait partie du processus. C’est comme les num qui ne donnent rien.

      + : si une fille se prend déjà la tête pour un baiser, ce n’est peut-être pas plus mal si la séduction s’arrête ici.

      À titre perso, je préfère avoir des statistiques un peu moins clinquantes, mais n’interagir qu’avec des filles ouvertes et sans prise de tête.

      Comme dit Paul Janka : « Les filles compliquées restent des filles compliquées », qu’elles soient très intéressées par toi ou pas.

      Et il ne faut pas négliger la partie fun/agréable de la séduction ! Y’a pas que le résultat final qui compte 😉

  8. Hello chrys 😉
    Ca faisait un moment, content de te lire à nouveau!
    A propos de la drague minimaliste, tu ne voulais pas reecrire une version améliorée de l’ebook d ailleurs?
    Avec des field report et camera cachés!
    Tu en avais parlé dans un de tes anciens articles,
    Un peu avant que tu lance le guide du bon coup
    Ebook d ailleur super!

    • A propos de la drague minimaliste, tu ne voulais pas reecrire une version améliorée de l’ebook d ailleurs?

      C’est en cours?.. mais je suis très, très à la bourre sur ce projet.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.