Accueil 5 Relation de couple 5 Comment manquer à une fille et entretenir la passion amoureuse
Comment manquer à une fille aux filles femme femmes sa copine

Comment manquer à une fille et entretenir la passion amoureuse

En gentils garçons bien éduqués, nous nous focalisons beaucoup sur les émotions positives à faire ressentir aux femmes. Que ce soit durant le processus de séduction, ou en relation.

  • Les faire rire et les divertir ;
  • Les faire se sentir à l’aise en notre présence (créer du « confort ») ;
  • Les complimenter ;
  • Leur faire plaisir en leur offrant des cadeaux ;
  • Etc.

En revanche, nous avons peur de leur faire ressentir des émotions que nous (les hommes) estimons être négatives.

La plupart d’entre nous évitent autant que possible de faire passer les femmes par ce genre d’émotions. Et c’est une erreur !

Non seulement les émotions négatives sont inévitables, mais elles sont aussi nécessaires pour garder une femme attirée et investie dans une relation.
 

Je vais vous expliquer pourquoi.

Les femmes sont différentes

Vous devez réaliser une chose :

Les femmes sont différentes !

Aussi bien sur le plan physique que psychologique et émotionnel. Elles n’apprécient ni ne désirent les mêmes choses que nous.

L’une de ces différences les plus notables, c’est que tandis qu’un homme recherche en général le confort et la tranquillité dans sa relation, une femme quant à elle recherche à ressentir les montagnes russes émotionnelles. À passer par des émotions fortes, positives ET négatives.

Autrement dit : l’homme veut être pénard ; la femme veut être stimulée.

    • Un homme peut avoir une vie de couple calme et tranquille durant des années, des décennies mêmes ! Il continuera à être relativement satisfait de sa relation. Il perdra certainement de l’intérêt sexuel avec le temps, mais pas son intérêt pour la relation en soi
    • Une femme s’ennuie dans le confort et la tranquillité. C’est pourquoi elle a tendance à « saboter » cette tranquillité par moment, en provoquant des conflits dans la relation.

Des conflits qui, pour la plupart, n’ont aucune raison d’être. Mais à leurs yeux, ça pimente la relation en leur générant des émotions négatives (colère, tristesse, culpabilité, etc.), qui seront ensuite remplacées des émotions positives (réconciliation, sexe intense, complicité retrouvée, etc.)

Elles sont, si on peut dire, un peu « masos » émotionnellement, bien qu’elles ne l’admettront jamais. Peut-être parce qu’elles n’en ont pas conscience elles-mêmes.

Bien sûr, je décris une tendance générale.

Il y a toujours des exceptions dans la nature : des femmes qui sont plutôt à l’aise dans une relation paisibles, ou des hommes qui aiment eux aussi ressentir des émotions négatives.

Mais en général, une femme ne supportera pas la tranquillité à moyen terme dans sa relation et fera en sorte de la saper, tandis qu’un homme fera au contraire tout son possible pour rester ou retrouver une situation paisible.

Les émotions négatives en relation

Pour qu’une relation fonctionne du mieux possible, vous devez trouver une formule « gagnante-gagnante ».

Avoir une relation avec un minimum de conflits, MAIS qui continue à stimuler votre partenaire avec des émotions positives ET négatives.

Évidemment, faire volontairement ressentir des émotions négatives à une femme, c’est jouer avec la dynamite ! Je vous déconseille de faire sciemment ressentir des émotions négatives à une fille quand vous êtes avec elle. Que ce soit en la rabaissant avec des negs, des critiques ou des reproches, ou en installant vous-mêmes du conflit.

Néanmoins, gardez les deux principes suivants en tête :

  1. N’évitez pas les émotions négatives quand elles sont nécessaires.

Si vous appréciez une femme, vous voulez qu’elle se sente bien. C’est tout à fait normal.

Mais vous devez réaliser que :

A. Une femme souffre aussi d’avoir une relation trop tranquille avec un homme à long-terme (Madame Bovary, ça vous dit quelque chose ?) et…

B. Que les émotions négatives sont inévitables et parfois souhaitables.

Je vous donne un exemple simple.

Si vous êtes père, vous aimez probablement votre enfant plus que tout au monde. Vous voulez le voir heureux, avec un sourire béat sur leur visage.

Mais si votre gosse fait des conneries ou se montre désobéissant, vous êtes obligé de le gronder. Même si, à cause de cela, il ressent temporairement de la tristesse et de la colère.

C’est nécessaire parce que si vous ne faites pas, il risque de devenir capricieux, paresseux, intolérant à la frustration, etc. Un tas de défauts qui le desserviront dans la vie et qui le rendront, non pas malheureux à court terme, mais à long terme !

Vous ne voulez pas cela pour votre enfant. Alors vous acceptez de lui faire ressentir des émotions négatives pour le punir, quand c’est nécessaire.

De même, si vous acceptez et tolérez tout en relation pour éviter de fâcher ou rendre triste votre partenaire, elle va finir par ne plus vous respecter du tout, pensez que vous manquez de caractère, à ne plus apprécier la relation. Et alors tout le monde sera perdant !

C’est pourquoi vous ne devez pas hésiter à vous affirmer face à une fille (gentiment, mais fermement) ni à la recadrer si son un comportement est désagréable.

J’ai déjà mis des filles à la porte, j’en ai laissées d’autres en plan, et j’en ai ignorées temporairement. Non pas parce que j’apprécie faire ce genre de chose. Comme la plupart des hommes, j’aime les relations agréables, toujours positives. Mais parce qu’il fallait qu’elles comprennent qu’elles ne pouvaient pas tout se permettre.

Et la plupart du temps elles sont devenues plus agréables et respectueuses ensuite.

  1. Certaines émotions « négatives » sont positives pour la relation !

La jalousie, par exemple, est un bon d’aphrodisiaque en relation. C’est à manier avec précaution, mais un peu de jalousie de temps en temps stimule les femmes et leur désir pour vous.

Aussi, une certaine frustration est positive.

Beaucoup de femmes ont un désir de contrôle sur leur partenaire. Elles veulent dicter ses comportements et ses actions, décider ce qu’il doit faire et ne doit pas faire.

Mais quand elles se rendent compte que vous n’êtes pas du genre « domptable » et que vous refusez de vous plier à ses règles stupides, cela la frustre (émotion négative), mais c’est positif pour votre relation ! Il en ressort plus de respect et d’attraction pour vous.

Un léger sentiment d’insécurité est également positif.

Quand une femme a la sensation que vous n’êtes jamais tout à fait « conquis », qu’il y a un risque que vous puissiez partir si elle relâchait ses efforts, cela la stimule beaucoup. Ça rend la relation 10 fois plus désirable à ses yeux.

Mais s’il y a bien UNE émotion négative que les femmes ADORENT éprouver, qui les stimule et leur permet de ressentir une forte passion pour vous, c’est LE MANQUE.

Ce qui nous amène (enfin) à notre sujet principal… Comment manquer à une fille ?

Manquer à une femme : un ingrédient important

J’aime quand un homme me manque et que je pense à lui sans arrêt. Ça me rend dingue !

C’est ce que m’a dit un jour une sexfriend, lors d’une confidence sur l’oreiller.

Une confidence qui ne m’a absolument pas surprise, puisque mon expérience m’avait déjà montré que lorsque je laissais le manque s’installer plusieurs jours dans une relation, la fille avait tendance à se montrer plus agréable, énergique et sexuellement ouverte lors de mon « Comeback ».

Contrairement à ce que l’Honorable société nous incite à croire, les filles ne désirent pas d’une relation paisible et agréable 100% du temps. Pas plus qu’elles ne désirent un petit copain 100% gentil et docile.

Ce que les femmes désirent dans leur for intérieur, c’est ressentir de la passion ! Avec son lot d’émotions fortes, positives ET négatives.

Imaginez : vous avez passé un super week-end avec votre copine.

  1. Vous avez fait l’amour plusieurs fois, avec une forte intensité.
  2. Vous avez fait pas mal d’activités ensemble : balade en centre-ville, pique-nique et rigolade au bord d’un lac, cinéma, soirée intime, etc.
  3. Vous avez été de bonne compagnie : confiant, taquin, charmeur et de bonne humeur !

Bref, le week-end fut chargé en émotions POSITIVES pour elle. Vous avez su lui donner ce qu’elle voulait.

Puis après cela, vous allez manquer à la fille tandis qu’elle reprend le cours de sa vie normale. Durant plusieurs jours elle va se remémorer et se sentir nostalgique des bons moments que vous venez de passer ensemble.

Mais pensez-vous que cet état émotionnel la fait souffrir ? Qu’elle déteste ça ?

Non. AU CONTRAIRE !

Elle prend du plaisir à « souffrir » du manque qu’elle ressent pour vous.   

Peu importe ce qu’elle vous dit, « J’ai tellement envie de te voir », « j’en ai marre de ne pas être avec toi », bla-bla-bla, elle se complait dans cet état émotionnel. La relation lui offre des émotions NÉGATIVES et elle aime ça ! La valeur de cette relation grimpe en flèche.

Pour beaucoup d’hommes, c’est difficile à comprendre.

Le manque met l’homme dans l’inconfort et il DÉTESTE ça.

C’est pourquoi c’est généralement l’homme qui s’arrange pour voir sa copine le plus souvent possible au début d’une relation. Une erreur qu’il paiera plus tard, car une mauvaise gestion du temps passé ensemble tue l’intérêt romantique et sexuel du couple.

Si vous passez de super moments avec une fille, mais que vous la revoyez très vite après, vous n’allez pas lui manquer.

Par conséquent…

  1. Vous n’allez pas lui faire éprouver d’émotion négative, et elle ne va pas se sentir véritablement passionnée.
  2. Comme tout se passe trop bien, que la relation est trop tranquille, elle risque de provoquer elle-même des émotions négatives. Par une grosse dispute par exemple.

Manquer à une femme n’est pas seulement bon pour augmenter votre valeur à ses yeux, c’est aussi essentiel pour que la relation reste la plus positive possible.

Au risque de me répéter, une femme veut éprouver les montagnes russes émotionnelles : de fortes émotions positives à un moment, puis négatives à un autre.

En évitant de lui manquer, vous jugulez une partie des émotions qu’elle veut ressentir, et la relation n’atteint pas l’intensité émotionnelle qu’elle voudrait qu’elle atteigne.

En fait, moins vous vous arrangerez pour manquer à une fille, en passant un max de temps avec elle, plus la relation la laisse indifférente.

Et quand la relation la laisse indifférente, son comportement change. Elle devient moins agréable, moins enthousiaste, moins accommodante, moins sexuelle. En résumé : moins passionné. Un tas d’hommes qui emménagent avec leur copine font rapidement ce constat.

Oui : les femmes sont pleines de paradoxes…

  • Les femmes veulent un homme sérieux (surtout quand elles approchent la trentaine), mais elles n’aiment pas être avec un mec sérieux.

Les hommes sérieux ne les stimulent pas.

  • Les femmes veulent se marier, mais elles n’aiment pas être mariées.

Combien de couples restent des années ensemble sans être mariés, et subitement, à peine un an ou deux après leur mariage, ils se séparent ? (Séparation très souvent initié par la femme.)

L’impression d’avoir l’homme pour acquis ne les stimule pas.

  • De même : les femmes veulent être tout le temps avec leur copain, mais elles n’aiment pas passer tout leur temps avec leur copain.

Passer tout leur temps avec lui ne les stimule pas.

Je ne dis pas ça parce que je suis un affreux misogyne (loin de là !). Je dis parce qu’elles le démontrent sans arrêt. N’importe quel homme lucide sur les relations hommes-femmes peut s’en apercevoir.

Évidemment, je ne dis pas que vous ne devez jamais emménager avec une femme.

A titre personnel, j’envisage d’emménager avec une femme dans l’avenir – peut-être dans les 5 ans qui viennent. Et même d’avoir des enfants à plus long terme.

Seulement :

  1. Vous devez avoir conscience des conséquences : ça va dégrader, au moins un peu, la passion dans la relation (l’objectif est de faire en sorte de limiter les dégâts au strict minimum).
  2. Et, même si vous vivez sous le même toit, vous devez vous arranger pour limiter le temps que vous passez ensemble (moins de quantité, compensée par plus de qualité) et garder la relation la plus libre possible.

Comment manquer à une fille ?

Après avoir vu que les filles étaient différentes, qu’elles désiraient (consciemment ou non) éprouver des montagnes russes émotionnelles dans leur relation et qu’une bonne manière, sinon la meilleure, de les leur faire ressentir était de leur manquer, voyons comment appliquer correctement cette stratégie dans nos relations.

Les conseils du net pour manquer à une fille

Après avoir rédigé la première partie de cet article, j’ai tapé « comment manquer à une fille » sur Google, histoire de jeter un coup d’œil sur ce que préconisaient les quelques sites web en haut du moteur de recherches.

Je n’ai pas été si surpris de constater qu’on y donnait toujours le même genre de techniques…

  • Souffler le chaud et le froid ;
  • Jouer le « hard-to-get » ;
  • Se montrer distant ;
  • Etc.

Du vu et revu.

Alors oui : si vous ne soufflez rien du tout, si vous vous montrez « easy-to-get » ou trop accessible… vous n’allez probablement pas manquer à une fille. Sans doute que vous n’allez même pas l’intéresser en première instance.

Mais faire l’extrême opposé de ce qu’il ne faut pas faire n’est pas toujours la bonne solution.

Ce n’est pas parce qu’être pauvre rend malheureux et réduit l’espérance de vie qu’être riche permet forcément d’être heureux et de vivre très longtemps.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez oublier ces subterfuges pour manquer à une fille. Le manque est un ressenti qui s’installe naturellement à partir du moment où vous faites bien le boulot en amont !

Si vous passez un bon moment avec une fille durant une période suffisamment longue, vous allez naturellement lui manquer ensuite, juste avec un break de quelques jours sans se voir.

En somme, la meilleure technique (si on puis dire) c’est :

  1. Faire en sorte de passer un moment intense avec elle.
  2. Faire un break d’au moins 3 jours, pour lui laisser le temps de repenser et digérer à ce bon moment passer avec vous.
  3. Recommencer à l’étape 1.

Une dynamique de push & pull va naturellement se mettre en place.

Pas besoin de « souffler le chaud et le froid » verbalement. De se montrer particulièrement distant.

Croyez-moi : juste en vous focalisant sur la qualité du moment que vous passez avec elle, le manque va se pointer de lui-même.

C’est quelque chose de tout à fait humain et naturel.

Moi-même, après avoir passé un très bon moment avec une fille, je ressens une touche de nostalgie qui me donne envie de la revoir très vite. Pourtant je suis loin d’être fleur bleue.

Si une fille passe de bons moments en votre compagnie, vous pouvez être certain que vous allez lui manquer, au moins un peu. En tout cas vous aurez plus de chances de lui manquer qu’en jouant les « hard-to-get » ou autre.

Vous pouvez me croire, c’est exactement comme ça que je gère mes relations depuis 10 ans, parfois dans des conditions compliquées et défavorables pour la fille (longue distance + non-exclusive).

Ça fonctionne très bien !

Si bien que le manque est quasiment la seule émotion « négative » que j’ai besoin de faire ressentir dans mes relations. Les querelles sont rares.

Fidélisez-les d’abord, faites-les vous manquer ensuite

Mais avant que cette dynamique puisse se mettre naturellement en place, vous devez faire naître une connexion dans un premier temps.

C’est peut-être l’étape la plus difficile.

Vous ne pouvez pas manquer à une femme sans qu’il n’y ait une bonne connexion à la base. D’où l’intérêt de passer par une phase de fidélisation.

J’ai déjà parlé de cette phase dans plusieurs articles, notamment pour installer des relations sexfriends.

  1. La fidélisation est la phase qui vient après la séduction.

On sort de la phase de séduction pour entrer dans celle de fidélisation lors du premier rapport sexuel.

Le but de la séduction est d’amener la fille à avoir un rapport sexuel avec vous. Après avoir mis la saucisse au four (quelle belle métaphore !), tout ce que vous faites ou ne faites pas contribue à donner envie à la fille de continuer à vous fréquenter en tant que partenaire sexuel – copain ou sexfriend.

  1. C’est aussi celle qui crée réellement la connexion.

Avant d’être fidélisée, une femme peut se sentir attirée par vous… éprouver du désir à votre égard.

Elle peut se sentir intéressée par vous… avoir envie qu’il se passe quelque chose entre vous.

Mais elle ne se sentira pas véritablement connectée à vous… du moins c’est très rare.

Vous pouvez ressentir une connexion avec une fille lors de la rencontre initiale ou du rendez-vous. Mais tant que vous ne l’avez pas fidélisée et que vous gardez le statut de simple « prétendant » dans son esprit, cette connexion est éphémère. Elle peut disparaître en l’espace de quelques jours.

Pour installer une connexion forte et durable, vous devez la fidéliser d’abord.

  1. Vous pouvez considérer qu’une fille est « fidélisée » quand vous avez deux rapports sexuels d’affilée ensemble, à condition que (a) ce deuxième rapport se fasse dans court laps de temps après le premier et (b) sans résistance de la part de la fille.

Si vous avez un premier rapport sexuel avec elle, puis un second quelques jours après sans qu’elle ne montre aucun signe d’ASD, vous pouvez considérer la phase comme accomplie.

En revanche, si vous lors de la deuxième rencontre elle résiste à l’escalade sexuelle, ne considérez pas qu’elle est « fidélisée », même si vous parvenez quand même à coucher avec elle.

Tant qu’elle montre des signes potentiels d’hésitation ou d’ASD, une fille n’est pas fidélisée.

  • Ça veut dire qu’elle ne vous considère probablement pas tout à fait comme son partenaire sexuel.

Quand il s’agit de coucher avec un homme qu’elle considère officiellement comme son partenaire sexuel (copain, sexfriend ou autre) une fille ne ressent pas d’ASD.

  • Ça veut dire qu’il y a encore quelques risques de buyer’s remorse. Autrement dit qu’elle regrette d’avoir couché avec vous a posteriori.

Si vous parvenez à coucher avec une fille plusieurs fois, les chances qu’elle continue à vous fréquenter sont bonnes. Mais il peut arriver que la fille couche 2 ou 3 fois avec vous, tout en restant hésitante quant à votre liaison, puis cesse subitement de vous répondre ou vous envoie un SMS du type « je préfère qu’on en reste là ».

En revanche, quand une fille se montre tout à fait ouverte sexuelle après le premier rapport sexuel, vous pouvez la considérer comme fidélisée. Et l’étape suivante peut commencer.

  1. Les deux piliers de la fidélisation sont (a) le sexe et (b) l’après-sexe.

Si elle adore le sexe avec vous, vous chances de la fidéliser doublent, voire triplent !

Évidemment si vous avez zéro chance de la fidéliser à la base, parce qu’elle veut juste un coup d’un soir, ça ne vous avance pas rien.

Mais si vous n’aviez que 30% de chances (elle vous apprécie mais vous n’êtes pas vraiment son genre), vous passez à 60% ou plus. Et là ça devient intéressant !

L’après-sexe est aussi important. Les femmes analysent toujours la manière dont vous vous comportez après le sexe.

Si la rencontre initiale est la « bande-annonce » de la séduction, l’après-sexe est quant à lui la bande-annonce de la relation… Cela lui donne un bon aperçu du genre d’homme que vous serez en relation.

  • Est-ce que vous devenez distant, froid, sans enthousiasme ?
  • Ou est-ce que vous vous montrez décontracté, agréable, playfull ?

Si elle se sent bien avec vous et passe un bon moment après, ce sera pris en compte dans l’équation.

Quand vous êtes avec elle

Maintenant que la fille est fidélisée, le travail peut commencer.

Voici une liste de recommandations à suivre lorsque vous êtes avec une fille, qui vont permettre de fortifier la connexion au point de lui manquer après.

Plus forte est la connexion quand vous la quittez, plus vous avez de chances de lui manquer.

  • Du sexe intense, dominant et passionné.

Le sexe est l’ingrédient #1 pour conforter/renforcer une forte connexion.

  • Le sexe est l’expérience la plus forte et la plus intime qu’une femme puisse partager avec un homme (en tout cas si celui-ci lui fait bien l’amour). Elle surpasse de loin celles de s’amuser, d’échanger des SMS le soir ou d’aller au cinéma ensemble (les femmes peuvent faire toutes ces choses avec leur ami.e.s).
  • A un niveau biologique, le sexe, et tout particulièrement l’orgasme, permet de sécreter des hormones qui rendent les femmes plus attachées à vous [*].

Dans l’idéal, faites l’amour avec votre partenaire à chaque fois que vous vous voyez. Et même plusieurs fois si vous en êtes capable.

Évidemment, ce ne sera pas toujours possible. Vous pouvez oublier de racheter des capotes ; elle peut avoir ses règles ; l’un d’entre vous peut tomber malade. La vie est pleine de vicissitudes. Il faut faire avec.

Mais plus le sexe est fréquent et de qualité, plus la connexion a de chances d’être forte.

Si vous voulez en apprendre davantage sur le sexe et comment bien faire l’amour, j’ai écrit un livre sur le sujet, Le Manuel du Bon Coup.

  • Sortez-là !

En tant qu’homme, nous sommes plutôt disposés à préférer rester tranquillement à la maison avec notre nana, à nous prélasser avec elle dans le lit toute la journée ou regarder Netflix.

Il n’est pas interdit de passer du temps chez soi, tranquille avec sa copine. Ça fait même partie des petits moments de couple agréables. Mais ça doit constituer quelque chose comme 30 % maxi du temps passé ensemble.

Le reste du temps, vous devez bouger votre cul et lui proposer autre chose. Quelque chose de plus actif.

Ça peut être aussi simple qu’aller vous promener dans un parc, prendre une glace en centre-ville, faire un tour en moto (si vous en avez une) ou un tour de vélo, aller au ciné, pique-niquer au bord d’un lac, aller à la fête foraine, whatever !

Vous n’avez pas nécessairement besoin de faire des activités coûteuses ou sophistiquées. A vrai dire c’est même mieux si la relation reste relativement « low cost ».

Plus vous vivrez différents contextes et expériences ensemble, mieux ce sera pour la connexion.

Mais entendons-nous bien : ça ne veut pas dire que vous devez jouer au mec hyperactif et la tirer par le bras pour faire mille et une choses ensemble.

Ayez juste le sens de l’initiative et proposez-lui régulièrement de sortir, ça suffira.

  • Cassez son « train-train » quotidien.

Plus vous cassez la routine d’une fille et la faites sortir de leur zone de confort et mieux c’est.

Par exemple :

  • C’est préférable de passer du temps chez vous ou dans endroit neutre plutôt que chez elle.
  • C’est préférable de l’amener dans des quartiers qu’elle ne connait pas, ou passer le week-end dans une ville/région où elle n’est jamais allée, ou lui faire faire des choses qu’elle n’a jamais faites.

La plupart des femmes n’aiment pas leur routine de vie.  Le métro, boulot, dodo, c’est chiant et prévisible.

Alors plus l’écart entre son train-train quotidien et le temps qu’elle passe avec vous est grand, plus elle va associer votre compagnie à une échappatoire temporaire de leur routine. Et mieux ce sera.

  • Mettez-vous dans « la même équipe ».

Toute activité dans laquelle vous vous mettez dans la « même équipe », vous aidera à fortifier la complicité et la connexion.

Je ne parle pas d’activité comme aller au ciné, vous balader ou manger au resto. Certes, ce sont des activités où vous êtes ensemble, mais pas que vous faites réellement ensemble.

Je parle plutôt d’activités où vous êtes « coéquipiers ».

Un bon exemple : quand je passe le week-end avec une fille, je l’emmène toujours faire des courses au supermarché !

On choisit ensemble ce qu’on va manger le soir, de l’entrée jusqu’au dessert, pour le petit-déj qu’on prendre le lendemain. On cherche les articles en rayon ensemble, etc.

C’est une activité très basique de la vie quotidienne, mais durant ce temps-là elle devient ma coéquipière, mon acolyte. On fait un travail d’équipe !

Faire la cuisine ensemble est aussi une bonne activité d’équipe.

Avertissement toutefois : il faut que l’activité reste légère, bonne enfant. Surtout pas stressant !

Par exemple, je pourrais participer à des cours de danse avec une fille, pour la rigolade, mais surement pas pour de la compétition !

Si c’est une activité stressante, elle pourrait déverser sa négativité sur son coéquipier (en l’occurrence : moi). Ça endommagerait, ne serait-ce qu’un peu, l’ambiance de notre relation.

Élever des enfants ensemble, même si c’est un beau « travail d’équipe », c’est fatiguant, stressant, et c’est une source régulière de disputes.

C’est juste un autre exemple. Je ne dis pas qu’il faut éviter d’avoir des enfants avec une femme (en revanche, il faut impérativement bien sélectionner la « coéquipière » en s’assurant qu’elle est suffisamment tolérante au stress et à la fatigue pour rester relativement agréable dans cette situation).

Donc, faites régulièrement des activités d’équipe légères, divertissantes, sans prise de tête ensemble, ça contribuera à vous sentir plus proche l’un de l’autre. Mais éviter ce genre d’activités si c’est stressant. Ce serait contreproductif.

  • Soyez de bonne compagnie.

C’est évident que vous devez être de bonne compagnie à chaque fois.

J’entends par là que vous gardiez un comportement attirant et positif, dans la même veine que celui que vous aviez lors de la phase de séduction.

Restez non-réactif, détaché du résultat, confiant, agréable, souriant, drôle (mais sans faire le comique de service) et de bonne humeur.

Meilleure sera votre compagnie, plus vous parviendrez à maintenir (voire renforcer) l’attirance et une connexion, et plus vous allez manquer à la fille ensuite.

  • Passer un moment suffisamment long ensemble (mais pas trop long)

L’expression « ce qui est rare est précieux » n’est pas tout à fait exacte quand il s’agit de relation.

Il y a un juste milieu à trouver.

D’après mon expérience, le manque a tendance à être plus fort après un moment relativement long passé ensemble, plutôt qu’un moment court (quelques heures seulement).

Déjà parce que ça vous donne davantage l’occasion de suivre certains des conseils ci-dessus à chaque fois :

  • Faire l’amour plusieurs fois ;
  • Sortir et, par la même occasion, la faire sortir de sa zone de confort ;
  • De faire des choses « en équipe ».

Ensuite parce que plus vous passez de temps ensemble plus elle s’accoutume à votre présence, ce qui rend votre absence encore plus tangible par la suite.

Bien sûr, le temps que vous consacrez à une fille dépend aussi de la nature de votre relation et du contexte.

Si vous passez trop de temps avec une fille que vous commencez à peine à fréquenter, sans avoir préalablement défini le cadre de la relation, elle pourrait vous classer dans la case « petit copain traditionnel », puis exiger de vous que vous respectiez un certain nombre de règles de relation par la suite : exclusivité absolue ; vous voir plus régulièrement, ou même les jours, puis vite aborder le sujet de l’emménagement ; etc.

Si vous voulez une relation libérée d’un maximum de ces contraintes traditionnelles – ce qui, selon moi, est le seul moyen de se sentir vraiment satisfait dans une relation à long terme –, vous devriez éviter.

Commencez par passer l’après-midi ensemble, puis au fur et à mesure que la nature de la relation devient plus claire dans son esprit, vous pouvez allonger ce temps à toute journée, ou sur deux jours (elle vient chez vous le soir et repars le lendemain matin), ou un week-end entier.

Aussi, même dans une relation sérieuse vous devriez éviter de passer plus de quelques jours d’affilée ensemble. Si vous voulez passer le vendredi soir, samedi et dimanche avec votre copine, c’est okay (en partant du principe que vous ne la voyez qu’une fois par semaine). Mais pas plus de 2 nuits, sauf circonstances exceptionnelles.

Les seules raisons pour lesquelles je passe plus de 2 nuits d’affilée avec une fille sont :

  • Si on passe un petit séjour quelque part ensemble (ce qui arrive deux ou trois fois par an).

Ou…

  • Si nous ne pouvons pas nous voir chaque semaine.

Par exemple : si je suis dans une relation longue distance qui me contraint à voir seulement 2 fois par mois ma partenaire, alors je vais passer un peu plus de temps avec elle.

Quelque chose comme 3 ou 4 jours, si c’est techniquement possible, pour fortifier la connexion au maximum et lui donner la sensation qu’on passe quand même suffisamment de temps ensemble, malgré la faible récurrence de nos rencontres.

Quand vous n’êtes pas avec elle

Franchement, en dehors de la qualité du temps que vous passez avec une fille, vous n’avez pas grand-chose à faire pour lui manquer.

Quand vous semez de bons moments, vous récoltez de l’attachement et du manque. 

Assurez-vous juste de la relancer assez régulièrement, pour assurer une certaine présence virtuelle.

  • Écrivez-lui ou appelez-la chaque lendemain de séparation, si elle ne le fait pas elle-même. Privilégiez le soir, quand elle n’est pas occupée.
  • Puis relancez-là tous les 2-3 jours maximum.

N’en faites pas davantage. Ne soyez pas trop absent à distance, mais ne soyez pas trop présent non plus.

Au pire, si elle veut correspondre plus souvent, elle n’a qu’à prendre l’initiative de vous écrire ou de vous appeler elle-même. Quant à vous, gardez votre « aura » de mec indépendant, qui ne fait pas de la relation sa grande priorité.

  • Remuez le couteau dans la plaie

En option, vous pouvez de temps en temps faire en sorte d’exacerber son manque et son désir de vous voir.

Quand vous discutez avec elle par téléphone ou SMS, vous pouvez faire des projections…

  • Des projections de ce que vous lui auriez fait si vous avez été ensemble en ce moment – avec un petit scénario érotique, pour souffler sur les braises de son désir
  • Des projections de ce que vous allez lui faire quand vous vous reverrez.

Peut-on manquer à une fille qu’on N’a PAS séduite ?

Une dernière chose pour finir…

Vous l’aurez remarqué : j’ai répondu à la question comment manquer à une fille ? Mais seulement dans le cas où vous l’avez déjà séduite.

Et je dirai même : quand on a, ou qu’on envisage d’avoir, une relation amoureuse, quelle que soit la forme qu’elle prend.

Je ne m’adresse donc pas une relation sexfriend. Quel serait l’intérêt de vouloir manquer – si ce n’est sexuellement – à sa sexfriend ?

Je m’adresse encore moins aux hommes qui cherchent à manquer à une fille qu’ils n’ont pas séduite ! Puisque ce serait mettre la charrue avant les bœufs.

Comme je l’ai expliqué ci-dessus, avant même d’espérer manquer à une fille, il faut d’abord installer une bonne connexion. Ce qui, à de très, très rares exceptions, implique de coucher avec elle, puis de la fidéliser.

Par conséquent : ne cherchez pas à manquer à une fille tant que vous n’avez rien obtenu de concret avec elle.

  • Le numéro de téléphone ne compte pas,
  • Les rendez-vous ne comptent pas,
  • Le flirt par SMS ne compte pas,
  • Le kissclose ne compte pas.

On commence à installer la dynamique « chaud et froid » que nous avons vue après la fidélisation, jamais avant.

Les mecs en one-itis

La seule raison valable de se demander comment manquer à une fille, c’est pour entretenir une forte connexion et maintenir la passion dans une relation.

J’entends par là une relation avec un vrai lien romantique et sexuel qui s’est installé. Pas une relation où n’en êtes qu’au stade du flirt, et encore moins une relation amicale.

Beaucoup d’AFC sont en quête de méthodes et techniques pour obtenir l’approbation d’une fille et sortir de la friendzone dans laquelle ils se sont enlisés eux-mêmes.

Leurs requêtes peuvent prendre des tas de formes :

  • Comment plaire à une fille.
  • Comment rendre une fille amoureuse.
  • Comment faire pour manquer à une fille.

Si vous faites partie de ceux qui ont atterri sur cet article dans l’espoir de manquer à une fille qui vous considère comme son ami, ce que je vais vous dire risque de ne pas DU TOUT vous plaire, mais vous avez besoin de l’entendre.

Vous cherchez à manquer à cette fille parce que vous faites un one-itis carabiné dessus !

Et si vous êtes en one-itis, c’est un travail sur votre état émotionnel qu’il faut faire, pas sur votre interaction avec la fille.

Vous NE POUVEZ PAS séduire une fille sur laquelle vous faites une fixette  !

  • Déjà parce que vous lui accordez symboliquement trop de valeur (= loin d’être la meilleure disposition mentale pour la séduire).
  • Ensuite parce que vous n’oserez jamais prendre le risque de lui déplaire. Notamment en escaladant. Et quand bien même vous le feriez, vous seriez tellement nerveux et maladroit que les chances de réussites seraient quasi nulles.

Donc, plutôt que de vouloir savoir comment manquer à cette fille sur laquelle vous êtes à fond, voilà ce que je vous propose :

  1. Prenez de la distance émotionnelle. Dans la communauté de la séduction, on donne souvent le conseil « Go fuck ten other women » aux mecs qui sont en one-itis. Si vous n’êtes pas obligé d’aller jusqu’à coucher avec 10 autres femmes, le principe de base est valable : oubliez cette fille, au moins pour un temps, et concentrez-vous sur les MILLIERS d’autres femmes. Et par pitié ne faites pas une fixette sur une autre fille – à force vous allez finir pédé.
  2. Quand vous aurez pris suffisamment de distance émotionnelle au point où risquer le rejet avec cette fille ne vous pose plus aucun problème, alors revenez éventuellement tenter votre chance. Voyez si vous avez une chance de la séduire (= coucher avec elle), puis de la fidéliser.
  3. Puis, si vous y parvenez, vous pourrez ENFIN commencer à appliquer les conseils que j’ai donnés ci-dessus.

Je sais : ce n’est très certainement pas le genre de conseils que vous auriez aimé lire. Vous aurez préféré une méthode rapide et efficace et/ou quelques techniques de manipulation émotionnelle genre hypnose ou PNL (les mecs en one-itis fantasment sur ce genre de trucs parce que ça rend l’impossible théoriquement possible pour eux). Mais ce sont les meilleures recommandations à suivre eu égard à votre situation.

Suivez-les ou restez dans le déni, peu importe. C’est votre vie sentimentale, pas la mienne.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

11 plusieurs commentaires

  1. merci coach pour l’article. une question; il vous arrive aussi qu’une fille vous parle du mariage pendant la relation? comment peut-on reagir face a cette situation?

    • Non. J’ai déjà des proposition d’emménagement, de relation « traditionnelle » et même une fois (de manière assez vague) d’avoir un enfant, mais jamais de proposition de mariage.

      Si une fille te parle de mariage lors d’une relation, c’est :

      – Soit parce que la relation est déjà traditionnelle et dure depuis un moment déjà. Elle a déjà eu beaucoup d’investissement de ta part, et puisque les femmes sont conditionnées pour en désirer toujours plus, le mariage est l’étape suivante.

      – Soit parce que la fille est très traditionnelle (parce que très religieuse sans doute) et exclue toute possibilité de relation hors mariage.

      Or, je ne mets jamais dans la première situation et je n’accepte jamais les conditions proposées par la seconde.

      Je ne suis pas contre le mariage, mais le mariage dégrade « symboliquement » l’attirance à moyen-terme et n’apporte aucun avantage mis à part respecter la conformité sociale et recevoir de la validation de la part de ses proches à court terme.

      Pour le reste, le mariage est tout à fait facultatif.

      – Tu peux faire des enfants hors mariage,
      – Tu peux échanger des alliances hors mariage, (rien ne l’interdit)
      – Tu peux emménager hors mariage,
      – Tu peux même, éventuellement, faire une cérémonie hors mariage (civique).

      Mais comme dans les grandes villes occidentales on a quelque chose comme 60% de divorce, on a plus d’une chance sur deux de récolter des problèmes à cause de ce choix facultatif. C’est pourquoi je ne compte personnellement pas me marier, sauf éventuellement à un age avancé.

  2. Salut Chrys, très bon article qui nous en apprend un peu plus sur la psychologie féminine quant à leur masochisme émotionnelle! Mais je pense qu il y a quand même deux types d émotions negative! Celle qui font monter la valeur du mec(manque, jalousie, la faire languir) et celle qui font baisser la valeur du mec et donc de la relation (neg, negativité, critique, froideur)…vaut mieux être prudent dans le choix de ses émotions !
    Après la ou je suis pas d accord c est quand tu dis que les femmes n aiment pas réellement les mecs sérieux ou se marier.
    Alors oui peut être que la passion (sexuel) diminue mais son intérêt pour la relation sera tout aussi conservé si il y a des projets et de l ambition commun comme l achat d une maison, voyages et avoir des enfants et puis si le sexe est de bonne qualité aussi !
    Une femme responsable aura des priorités qui différent et ne se laissera moins guider par son plaisir instinctif…
    Si le mec lui apporte bien être et une certaine sécurité (matériel, financiere, être un bon père… Etc), elle y trouvera largement son compte !
    Si il y a beaucoup de séparation qui se font âpres l emménagement, ç est surtout que les querelles sont beaucoup plus suceptible de se produire (ça casse la complicité) et que les défauts des personnes sont beaucoup plus visible !
    Quant au sujet principal de l article, je suis complètement d accord, le manque fait tourner la tete des filles une fois qu elle sont accrochés au mec. D ailleurs on le voit bien avec les bad boys…

    • Mais je pense qu il y a quand même deux types d émotions negative! Celle qui font monter la valeur du mec(manque, jalousie, la faire languir) et celle qui font baisser la valeur du mec et donc de la relation (neg, negativité, critique, froideur)…vaut mieux être prudent dans le choix de ses émotions !

      Dans l’absolu je suis d’accord.

      Toutefois, notons que…

      1. Certaines femmes avec une faible estime d’elles-mêmes « apprécient », ou tout du moins sont attirées par les hommes qui leur donnent ce genre d’émotions négatives.

      2. Les émotions négatives, quelles qu’elles soient, sont préférées à la tranquillité à long terme par les femmes, car ça rend la relation plus « vivante » à leurs yeux et elles peuvent en obtenir de la validation. Une femme à plus de chance de quitter un homme trop « tranquille » parce qu’excessivement gentil et accommodant, qu’un homme absusif.

      Je vais être très politiquement incorrect en disant cela, mais beaucoup de femmes préfèrent les conflits violents, voire la maltraitance, parce qu’elles peuvent en tirer profit en obtenant énormément de validation de la part de leur entourage – débarquer chez la copine pour se plaindre et chialer, être réconforté, etc.

      Il est même possible que certaines femmes développent un « syndrôme de Stockhom » vis-à-vis d’un partenaire abusif, étant donné qu’elles ont visiblement beaucoup de mal à s’en débarrasser (bien plus que de se débarasser de l’homme gentil).

      Mais bien sûr ça ne veut pas dire qu’il faut solliciter ce genre d’émotions négatives – qui sont pour le coup vraiment négatives.

      Après la ou je suis pas d accord c est quand tu dis que les femmes n aiment pas réellement les mecs sérieux ou se marier.
      J’ai dis être avec un homme sérieux (dans le sens docile) et être mariée. Ca signifie ZÉRO challenge, et ça ne les stimule pas.
      son intérêt pour la relation sera tout aussi conservé si il y a des projets et de l ambition commun comme l achat d une maison, voyages et avoir des enfants et puis si le sexe est de bonne qualité aussi !

      Là aussi, ce que tu dis n’est pas faux.

      Mais il y a une chose importante à comprendre : la « phase de nouveauté » de la relation peut en effet être prolongée ou renaître temporairement quand un grand pas en avant dans le processus d’engagement (qui implique du nouveau) est fait.

      Pour donner une idée très approximative :

      – Emménager ensemble = ~2/3 mois de phase de nouveauté en plus

      – Se marier = ~2 mois

      – Avoir un premier enfant = ~3 moins

      – Avoir un second enfant dans la foulée = ~3 moins

      MAIS…

      Ce processus d’engagement a une fin. Donc, cette phase de nouveauté ne peut pas se prolonger éternellement.

      Tout au plus, elle va durer 2 ou 3 ans si le couple, puis l’attirance et la passion vont dégringoler une fois que plus rien de nouveau ne pourra se produire dans le couple.

      Mais comme le niveau d’engagement sera très élevé à se moment, cela va générer de gros problèmes : d’abord des conflits de plus en plus fréquents, puis la séparation, le divorce, les tribunaux, la garde des enfants, la vente de la maison, la pension alimentaire à payer, etc. Et le bien-être (surtout de l’homme) va dégringoler avec tout ça.

      En somme ce sera quelques mois/années de bien-être prolongés, pour des années de souffrances !

      Une femme responsable aura des priorités qui différent et ne se laissera moins guider par son plaisir instinctif…
      Si le mec lui apporte bien être et une certaine sécurité (matériel, financiere, être un bon père… Etc), elle y trouvera largement son compte !

      Le problème c’est que ni les hommes ni les femmes ne sont tout à fait « raisonnables » dans leurs relations amoureuses.

      Les sexes et les sentiments ne sont pas guidés par la raison, mais par les hormones et les émotions.

      Si il y a beaucoup de séparation qui se font âpres l emménagement, ç est surtout que les querelles sont beaucoup plus suceptible de se produire (ça casse la complicité) et que les défauts des personnes sont beaucoup plus visible

      C’est l’un des facteurs en effet.

      Mais plus généralement, le problème principal c’est qu’on tout simplement pas fait pour le modèle traditionnel à long terme.

      Les principes religieux et les mœurs d’une certaine époque la rendaient possible. Et dans une certaine mesure obligatoire. Mais tout cela a disparu en occident aujourd’hui. C’est à présent la passion qui domine les relations hommes-femmes et celle-ci est traite… elle est vouée à disparaître à vitesse grand V dans une relation de ce type, même tu fais tout parfaitement bien.

      Du coup un homme a deux choses :

      – Le nier, puis se conformer en s’investissant dans une relation traditionnelle quand même, parce que c’est ce que tout le monde fait (même si plus de la grande majorité finit par divorcer ou se séparer) ;

      Ou…

      – Refuser la relation traditionnelle, quitte à avoir des relations moins consistantes et accepter l’idée de voir aller et venir les femmes dans sa vie.

      • je trouve que tu as une vision assez pessimiste et cynique des relations longue durée.J ‘ai des tas d’exemple dans mon entourage et même au delà ou des couples tiennent beaucoup plus que 2 ou 3 ans et qui sont ensemble depuis une dizaine d’années. alors oui la relation est peut être moins passionnel, ils baisent surement beaucoup moins mais ils s’apportent d’autre chose qui fait que la relation tient, comme par exemple l’éducation des enfants, l’attachement, la sécurité, la complicité, l’affection…et encore plein d’autre choses.
        Il y a une part de vrai dans ce que tu dis, les relation sont beaucoup plus volatiles surtout entre 20 et 35 ans mais la passion n’est pas la seul chose qui détermine la solidité d’un couple…

        • je trouve que tu as une vision assez pessimiste et cynique des relations longue durée.

          C’est ton point de vue sur mon point de vue :-).

          Personnellement, je n’y vois rien de négatif ni de pessimiste que la plupart des relations amoureuses ne soit pas éternelles. Que j’ai raison ou non, c’est quelque chose que je conçois sans aucun amertume ou pessimisme.

          alors oui la relation est peut être moins passionnel, ils baisent surement beaucoup moins mais ils s’apportent d’autre chose qui fait que la relation tient, comme par exemple l’éducation des enfants, l’attachement, la sécurité, la complicité, l’affection…et encore plein d’autre choses.
          Il y a une part de vrai dans ce que tu dis, les relation sont beaucoup plus volatiles surtout entre 20 et 35 ans mais la passion n’est pas la seul chose qui détermine la solidité d’un couple…

          Certains couples restent ensemble, c’est vrai.

          Mais sont-ils réellement heureux pour autant ?

          1. Les couples en relation exclusive à long terme (je ne parles pas de 4-5 ans) n’ont plus d’attirance sexuelle l’un pour l’autre. C’est une première chose important : quand tu n’as plus de désir pour ta partenaire (ce qui fini toujours par arriver) et que ta relation est exclusive, tu n’as que 2 solutions :

          – Rester abstinent => ce qui réduit ton bien-être.
          – Tromper ta partenaire => Ce qui réduit ton bien-être (culpabilité, peur de se faire chopper).

          2. La plupart des couples en relation traditionnelle finissent par plus partager d’affection non plus – la faute aux années de cohabitation, de laisser aller et de frustration sexuelle. Tu dois sans doute connaitre un tas de couples (amis, famille, etc.) où l’homme est traité littéralement comme un chien par sa femme à la maison. On sent qu’elle n’a plus aucun respect pour lui. Je ne dis pas que ça finit toujours ainsi, mais il y a bien 1 chance sur 2.

          Bien sûr, c’est comme pour les réseaux sociaux, les couples qui ne sont pas heureux pour l’étaler sur la place publique… Au contraire, ils vont afficher un bien-être de façade.

          A titre perso, je connais aussi des hommes qui paraissaient satisfaits de leur relation, jusqu’à ce qui se séparent de leur partenaire/femme. Puis ensuivent, ils m’avouent se sentir « revivre » depuis leur séparation, quand ils recommencent draguer, coucher et échanger de l’affection avec des jeunes femmes attirantes.

          En bref, pour moi rester ensemble ne signifie pas que la relation fonctionne.

          La relation fonctionne quand elle apporte un plus à son bien-être, pas un moins. Après un certain temps dans une relation, c’est difficile. Mais dans une relation traditionnelle, d’après moi, c’est impossible.

          Vraiment, je le dis sans tristesse ou pessimisme.

          Je ne suis ni accroché à l’idée de mariage, ni à celle de l’amour inconditionnelle et éternelle.

          S’il faut changer tous les 3, 5, 10 ou 20 ans de partenaire pour garder une vie sexuelle et sentimentale épanouie, ça ne me dérange pas.

  3. merci beaucoup! mais moi j’ai 26ans et il m’arriver parfois de rencontrer des femmes de plus de 30ans voir 35ans qui sont tres receptives,il y na meme dans mon cercle social qui ma deja demander quand est-ce-que je vais l’inviter chez moi. mais moi j’hesite parceque je me dit que les femmes de cet age sont exclusivement a la recherche du mariage et quelle veulent que des relations serieuse avec les hommes plus agé. c’est vraiment mon objectif ce dernier temps de reussir a seduire les femmes de plus de 30 a 35 parce que j’ai remarqué qu’elles sont plus feminine,posé et sensuelle voir meme parfois tres cooperative. qu’en pensez vous? merci d’avence coach

    • je me dit que les femmes de cet age sont exclusivement a la recherche du mariage et quelle veulent que des relations serieuse avec les hommes plus agé.

      Oui les femmes plus agées sont (presque) exclusivement à la recherche de relation sérieux – voire mariage si elle plus traditionnelle, AVEC les hommes plus âgées.

      Mais elles peuvent être ouvertes à une relation sexfriend avec un homme plus jeune.

      C’est ce que remarque maintenant que je suis un « jeune vieux » (32 ans)

      Pendant longtemps, j’ai eu des sexfriend plus agées, qui excluaient totalement une relation autre que sexfriend. Et aujourd’hui encore, quand je rencontre une femme de 5-10 ans plus âgée, c’est pareil : elle me voit comme un amant potentiel, mais rien de plus.

      En revanche, quand je rencontre aujourd’hui une fille de 30-35 ans, elle ne veut généralement rien d’autre qu’une relation sérieuse.

      Les femmes ont tendance à nous catégoriser en fonction de notre âge…

      En gros :

      – Plus jeune = sexfriend, le temps de trouver un mec de leur age ou plus vieux pour s’engager.
      – ~leur age ou + vieux = candidat sérieux, mais pas sexfriend.

      Du coup, étant encore relativement jeune, tu peux facilement postuler comme amant potentiel auprès des femmes plus agées. Par contre, elles ne voudront probablement pas de relation « sérieuses » avec toi (sauf éventuellement si elles finissent par tomber amoureuse en te fréquentant comme sexfriend).

  4. salut chrys

    Bon article,mais encore faut il avoir l opportunité d avoir une relation sexuelle avec une femme pour fidéliser la relation et c est très loin d etre simple.

    Meme presque impossible pour un certain type d hommes

  5. Sa va Thierry ? Je t’envoie les dvd quand tu veux

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.