Comment draguer une fille dans la rue : les 5 piliers du daygame

comment faire pour draguer une fille dans la rue

En dépit de ce que prétend la société, les médias et certains hommes qui s’y sont essayés sans succès, draguer dans la rue – et dans l’espace public en général – est un bon moyen pour rencontrer une fille de qualité.

C’est aussi le plus agréable à mon avis.

En tout cas, à titre personnel c’est de loin le mode de rencontres qui me laisse les meilleurs souvenirs !

Bien sûr, je ne dis pas qu’il est facile et sans inconvénient.

Déjà, il y a une barrière d’entrée qui s’appelle la peur du rejet et qui est difficile à franchir !

Ensuite, il faut aussi certains prérequis :

  • Une bonne intelligence sociale (indispensable) ;
  • Une apparence au moins correcte – pas besoin d’être super beau gosse pour draguer dans la rue, mais il faut être présentable et n’avoir aucun gros défaut physique (être très petit, obèse, avoir une malformation génétique ou autre).     

Cela étant dit :

  1. Chaque mode de rencontres a ses inconvénients.
  2. Vous pouvez potentiellement rencontrer des femmes de meilleure qualité que sur internet ou en nightgame (en tout cas pour une relation amoureuse).
  3. Vous y trouverez bien plus d’opportunités qu’au sein de votre cercle social – et avoir plusieurs opportunités en même temps est important !
  4. Ce mode de rencontres vous fait aussi progresser personnellement : apprendre à draguer dans la rue vous aidera notamment à développer des compétences pour séduire une fille dans n’importe quel autre contexte.

C’est un savoir-faire très utile pour améliorer sa vie sexuelle et sentimentale.

Sur la base de mes 15 ans d’expérience, il y a UN TAS de choses que je pourrais vous expliquer sur la drague de rue.

Je ne peux évidemment pas tout regrouper ici, dans ce seul article. 

Je vais donc essayer d’être le plus concis possible, en vous décrivant les 5 principaux piliers à maîtriser pour bien draguer une fille dans la rue.

1. L’observation : pour bien draguer une fille dans la rue, il faut avoir le coup d’œil !

C’est probablement la chose la moins théorisée par la communauté de la séduction. Pourtant, c’est d’une importance capitale.

Puisque le dragueur est souvent assimilé à un « prédateur » par les féministes, permettez-moi le parallèle suivant…

Dans la nature, les prédateurs passent un long moment (parfois plusieurs heures) à observer leur proie avant de lancer leur assaut.

Ils n’y vont jamais tête baissée !

Ils évaluent d’abord les risques et attendent le bon timing, car attaquer trop tôt ou trop tard pourrait leur coûter leur dîner.

Le dragueur, tel un prédateur, doit bien observer avant de passer à l’action.   

Je ne dis pas qu’il faut attendre 3 heures avant d’y aller non plus !…

Dans la rue, quand on repère une fille qu’on veut draguer, il ne faut généralement pas plus de quelques minutes pour bien observer la situation et trouver le bon timing.

Mais c’est important !

Regardez bien l’environnement qui entoure la fille, la direction qu’elle prend (si elle marche), la manière dont elle attend (si elle est statique), etc.  

Déduisez-en les éventuels inconvénients si vous l’abordez maintenant, et s’il est préférable de patienter encore un peu.

En outre, bien observer la fille (son style, ce qu’elle porte, sa façon de marcher, etc.) peut beaucoup vous aider pour…

  1. Déterminer si elle fait partie de votre marché cible, ou pas…
  2.  Personnaliser votre phrase d’approche (directe ou situationnelle), ce qui n’est JAMAIS une mauvaise idée !…
  3. Alimenter la conversation après l’opener – vous pouvez lui poser une question ou faire un commentaire sur un détail que vous avez observé chez elle.  

2. Le mental : un MUST pour réussir dans ce mode de rencontres.

Le mental est un autre élément dont on ne parle pas assez…

Je ne pense pas seulement à ce qu’on nomme « l’innergame » quand je parle de mental.   

Je pense au fait de ressentir de l’excitation à l’approche (une notion que je développe amplement dans mon bouquin sur la drague en journée).

Certes les deux sont liés, un peu comme les deux faces d’une même pièce.

Si vous voulez prendre du plaisir à draguer dans la rue, vous devez avoir un minimum de réussite. Ne serait qu’une majorité de bonnes réactions, et des numéros de temps en temps (une fois toutes les 3, 4 ou 5 approches).

Et sans un bon innergame, c’est peu probable.

Si un mec est convaincu qu’il ne plaît pas aux femmes et qu’elles n’apprécient pas qu’on vienne leur parler, il va créer sa propre prophétie autoréalisatrice.

Ce sera ensuite difficile pour lui d’avoir de bon feedback !

Et, par extension, ce sera aussi très difficile pour lui d’apprécier interagir avec des filles, alors qu’il pense aller au casse-pipe à chaque approche et que ça se matérialise ensuite…

Au contraire : le mec qui croit en sa capacité à plaire et qui perçoit son approche comme un compliment (ou qui pense au moins qu’elle est susceptible de plaire à certaines filles) aura de biens meilleurs retours et appréciera draguer dans la rue.

Toutefois, c’est possible d’avoir un excellent innergame mais ne pas ressentir de plaisir à draguer.

Ça peut arriver dans certains contextes. Je pense notamment lorsqu’on ressent de la lassitude, à la suite d’une longue période à aborder sans faire de break, ou après avoir rencontré une fille qui vous plaît beaucoup.

Dans ces contextes-là vous pouvez, en dépit d’un très bon innergame, ne plus prendre plaisir à draguer les filles dans la rue, ne serait-ce que pour un temps.  

Et c’est une mauvaise nouvelle.

Pour bien draguer dans la rue, il ne faut pas le faire seulement par nécessité ou parce que vous en ressentez le devoir…

Ce n’est peut-être pas du pur hasard si les Anglo-saxons appellent ça le dayGAME… Ça doit être stimulant, ludique !

Et si vous ne prenez pas (ou plus) plaisir à draguer les filles dans la rue, ç’aura une conséquence sur vos résultats, bien plus que vous ne l’imaginez.

Et à moyen terme, ça nuira aussi à votre innergame.

Moral : prêtez vraiment attention à votre mental.

Pas seulement à votre état d’esprit, mais à ce que vous ressentez globalement quand vous draguez.

Essayez à la fois d’améliorer (a) votre innergame et (b) votre excitation à l’approche.

C’est très important.   

3. L’approche : le moment le plus déterminant du pick-up !

Comme pour tout, faire une bonne intro est crucial pour bien draguer une fille dans la rue.

Si j’écrivais un article avec une intro merdique, vous cesseriez de me lire après seulement deux ou trois phrases…

Quel que soit la qualité des conseils qui s’en suivraient, si le début est pompeux et sans intérêt, vous ne perdriez pas votre temps.

Pour la drague de rue, c’est la même chose !

Certes, l’approche ne fait pas tout.

Faire une bonne approche ne vous garantit pas de repartir avec le numéro, même si celle-ci plaît à la fille.

Mais elle peut tout de même en faire beaucoup !

Si vos 30 secondes de drague sont réussies, ça peut largement jouer sur l’intérêt initial de la fille et faciliter toute la suite du processus.

En outre, ça peut aussi vous donner une bonne impulsion pour la suite…

Comme je l’ai déjà écrit maintes fois sur ce blog : on finit souvent comme on a commencé !

Si vous démarrez bien (avec la bonne attitude, énergie, etc.), vous avez de bonnes chances de continuer sur votre lancée.   

En somme, s’il y a bien une phase à maîtriser lors de la rencontre initiale, c’est celle-ci !

Pour plus de conseils pour réussir cette phase, (re)lisez le long article que j’ai écrit sur le sujet en 2019 : Comment aborder une fille dans la rue : 20 conseils pour mieux briser la glace.

4. Projeter des qualités : indispensable pour bien draguer une fille dans la rue.

Les femmes sont attirées par l’apparence et le statut social. Ça, tout le monde le sait !  

Mais les femmes sont aussi attirées par ce qu’un homme projette.

Appelez ça la vibe, l’aura, l’attitude, la personnalité ou comme vous voudrez !

Toujours est-il que, dans vos interactions avec les femmes, vous pouvez dégager un ensemble de qualités qui vont influer à la fois sur l’attraction qu’elle éprouve pour vous et sur sa sympathie à votre égard.

C’est d’ailleurs quelque chose qui est aussi vrai dans l’autre sens, au moins à un certain niveau…

  • Qui ne s’est jamais senti deux fois plus charmés par une fille, parce qu’en plus de sa beauté elle se montrait douce, féminine, agréable et souriante ?
  • Qui n’a jamais ressenti un fort désir (sexuel) pour une fille, en dépit qu’elle soit moyennement attirante physiquement, parce qu’elle s’est montrée sensuelle et aguicheuse ?

Je ne dis pas que projeter de bonnes qualités va faire des miracles. Mais ça peut assurément vous faire gagner des points !

Parfois vous pouvez passer du stade du mec « moyennement intéressant » à ses yeux, à « très intéressant » grâce à ce que vous projetez.

Ces qualités-là, vous les projetez non-verbalement, sans rien avoir à dire de spécial. Ça ne sert à rien de vouloir les « sous-communiquer » à travers du storytelling.

Au lieu de ça, voilà une meilleure méthode :  

  • D’abord, sachez quelles qualités vous voulez que les femmes remarquent.

Lorsque vous discutez avec une fille, qu’est-ce que vous voulez qu’elles pensent de vous !?  Quels adjectifs vous concernant voudriez-vous qu’elles vous attribuent ?

Choisissez bien !

Si c’est gentil et généreux, pourquoi pas… mais ça n’attirera que sa sympathie.

Si c’est couillu et sexué… Okay, mais ça n’augmentera que du désir sexuel, que la plupart des femmes ont l’habitude de refouler – du moins avec les inconnus.

Mieux vaut un équilibre des deux, suivant si vous avez en général plus de difficulté à attirer ou à sympathiser.

  • Une fois que vous avez au moins 2 ou 3 adjectifs en tête, faites les efforts nécessaires pour les développer et les projeter.

Si vous voulez qu’on vous trouve avenant, humble et sexué par exemple :

  1. Essayez d’être le plus cool possible, de faire preuve d’humilité et d’avoir une présence sensuelle à chaque fois que vous draguez une fille.
  2. Habillez-vous de sorte à projeter ces qualités à travers votre image – avoir de bonne fringue à la mode (cool), qui donne l’air décontracté et masculin (sexué), mais sans être extravagantes (humble).
  3. Visualisez-vous avec ces qualités.  

Puis persévérez jusqu’à ce qu’elles s’imprègnent dans votre perception de vous-même et votre manière d’être. Jusqu’à ce que vous n’ayez plus d’effort conscient à faire pour les projeter.

5. Le « close » : alias le moment de vérité

Après une rencontre dans la rue, il y a plusieurs scénarios possibles.

  • Soit la fille ne semble pas intéressée, et dans ce cas vous partez voir ailleurs…
  • Soit elle semble intéressée, et dans ce cas vous devez capitaliser

Si vous avez tous les deux du temps devant vous et envie de prolonger la rencontre, vous pouvez lui proposer une « instant-date ».

Mais la majeure partie du temps, draguer dans la rue consiste à récupérer des numéros, puis les relancer plus tard pour obtenir des rendez-vous avec certains d’entre eux.

Ensuite, il s’agira de conclure avec un max de ces rendez-vous. C’est ce que j’appelle le tunnel de séduction (qui ressemble plutôt à un entonnoir en réalité).

comment faire pour bien draguer une fille dans la rue

Si vous voulez avoir de bons résultats dans ce mode de rencontres, vous devez devenir un « serial numcloseur ».

Pour ce faire, vous devez maîtriser les 4 autres piliers décrits précédents, mais aussi apprendre à bien amené le numéro. 

N’oubliez pas que vous êtes en train de draguer dans la rue, ce n’est pas un endroit où une fille est censée laisser son numéro…

Donc, même si la rencontre se passe bien, un petit rien peu provoqué sa résistance.

Deux choses sont importantes quand vous demandez un numéro : le bon timing et la bonne formulation.

Le bon timing :

Si vous demandez trop tôt, la fille peut penser que vous voulez juste chopper son numéro (et accessoirement son cul plus tard…)

Donc, il vaut mieux montrer qu’on s’intéresse à elle d’abord et créer un peu de rapprochement émotionnel, par une petite phase de rapport de quelques minutes. Puis demander le numéro.

Cela étant dit, vous pourriez aussi demander trop tard

  • Soit après une longue discussion trop cordiale, qui aura fait faner toute l’attirance qu’elle ressentait initialement pour vous ;
  • Soit parce que vous n’avez pas pris en compte une contrainte de temps (elle attendait le bus, des amis la rejoignent, whatever) et vous avez réagi trop tard !

Donc, veiller à trouver le bon timing !

  • S’il y a une contrainte de temps, faites au plus vite !

Si possible, échangez votre prénom avec elle, éventuellement une poignet de mains et quelques mots, puis utiliser la contrainte de temps pour demander le numéro rapidement.

Parfois moins d’une minute suffit.   

Et dans un contexte comme celui-ci, demander tout de suite le numéro ne paraîtra pas trop précipité.

  • S’il n’y a pas de contrainte de temps, un petit échange d’au moins 3 à 5 minutes est préférable !

Si la conversation est fluide et que la fille semble apprécier parler avec vous, vous pouvez rester encore un peu plus longtemps si vous le voulez.

Contrairement aux idées reçues, ça ne consolidera pas le numéro.  

Mais ça peut éventuellement faire baisser légèrement sa résistance à vous le laisser, et c’est toujours agréable d’avoir une discussion sympa avec une fille participative.  

Attention toutefois à ne pas en abuser !

Car :

  1. Si la conversation reste trop cordiale durant de looongues minutes, vous pouvez prendre la direction de la friendzone, et…
  2. On ne sait jamais quel évènement peut arriver, qui pourrait vous empêcher de récupérer son numéro – si un ami la rejoint, ou si elle reçoit un coup de téléphone important, vous pourriez vous retrouver dans une situation où il serait plus compliqué de lui demander le numéro.

Donc ne tardez pas trop.

La bonne formulation :

Si l’approche est la phase où vous devez le mieux vous appliquer quand vous draguez dans la rue, le numéro est le moment où vous devez êtes le plus persuasif !

Quand vous demandez le numéro – ou le Snap, ou ce que vous voulez – vous devez démontrer de l’assurance et installer une frame rassurante.

Vous pouvez dire quelque chose comme : « Écoute, on échange nos numéros ? Comme ça on pourra s’envoyer quelques textos plus tard, et éventuellement prendre un verre dans la joie et la bonne humeur ! »

Pas besoin de vendre du rêve à la fille, en lui promettant de lui faire découvrir le meilleur bar de la ville ou je ne sais quoi d’autre (c’est try too hard…)

Pas besoin non plus d’être autoritaire, en disant « Vas-y, donne-moi ton numéro ! ».

Soyez juste à l’aise quand vous proposez, et prenez un ton sympa et détaché (ça rassure).  

Et si la fille est hésitante, PERSISTEZ !

(NB : J’ai dit « hésitante » ; si elle refuse catégoriquement, ça ne sert à rien !)

Si vous sentez qu’elle est tentée, mais qu’elle craint de laisser son numéro, vous pouvez vous montrer un peu plus directif et rassurant.

Dire par exemple : « Promis, y’aura pas de dickpic, pas de déclaration d’amour, pas message bizarre à 2 heures du matin, et pas d’insistance si tu décides de ne pas me répondre – à vrai dire je serai sans doute déjà passé à autre chose. » (faire un peu d’humour dans ce contexte précis peut beaucoup aider.)

La plupart des mecs ne persistent pas, et ils ont tort !

Près d’un tiers des numéros que je prends sont dus à la persistance.

Et il n’y a pas de différence entre un numéro pris avec et sans persistance.

Quel que soit la difficulté que vous avez eue à obtenir le « close », vous avez tout autant de chance de revoir la fille que de ne pas la revoir.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

21 plusieurs commentaires

  1. Article sympa, j’ai également pu lire ta réponse à ma question sur le précédent article concernant les filles étrangères. Intéressant également !! Merci Chris

  2. Hello chrys
    Tres bon article une fois de plus.
    Je suppose que c’est probablement ce qu il faut faire…
    Mais il faut être doué…
    Toutefois c est intéressant à lire car cela peut s adapter a d autres contextes.

  3. Si je peux me permettre je rajouterai un point, qui est la capacité à créer une connexion rapidement, ou du moins installer une conversation intéressante pour la fille. Je sais bien qu’il faut être deux pour avoir une conversation, mais tout de même certaines personne ont cette compétence sociale de pouvoir créer du lien…si t’es pas ultra bg tu es obligé de compensé avec ça.

    Sinon j’aurai une question, j’ai un pote à moi qui m’a présenté deux filles…et les deux n’ont pas été intéressés. La premiere a mentionnée qu’elle préferait les mecs avec des cheveux et l’autre lui a dis que j’étais mignon mais que j’étais pas son style.
    Est ce que tu penses que ce sont des tests (peut être qu’elle dis ça pour se protéger) ? Est ce qu’en persistant un peu, on peut changer la balance ? Ou c’est mort et qu’il vaut mieux passer à autre chose.
    Je te remercie

    • Salut Alex, ma question en lisant ton commentaire, c’est 2 filles que ton pote t’a présenté, est-ce que l’une des deux ta plu a toi ? Parce que ça compte également. Et si les deux te sorte une excuse comme les cheveux ou autres, ta deux solutions soit continue jusqu’à que est la la faveur d’une ou les deux, soit passé à autre chose rapidement. Pour ma part des que une fille mes dit qu’elle préfère telle ou telle mec, ou me dit qu’elle n’aime pas les cheveux, ou la taille ect.. Je zape parce que sauf exception elle ne sera jamais attiré par toi. Quoiqu’il arrive.. Mais évidemment parfois on peut se mettre avec des femmes qui n’était pas notee genre au début, et inversement..

      • oui les deux étaient pas mal phyqiuement(6 à 7 / 10).
        Je sais pas justement si c’est une excuse pour ne pas faire les filles acquises, pour voir si je suis vraiment intéressé et dans ce cas là elles partent du principe que je persisterai…ou alors c’est vraiment un râteau. mais je reste étonné car les filles ne s’arrêtent pas toujours au physique, surtout que j’ai une apparence plutôt agréable, sans pourtant être ultra BG. mais apparemment mon début de calvitie dérange.
        et puis il y en a une troisième que j’ai rencontré dans une soirée et avec qui j’ai discuté une bonne demi-heure, mais elle a raconté qu’elle n’avait pas eu le coup de coeur…enfin bref ça me saoule. il y a que les femmes qui me plaisent pas que j’attire, en gros des 5/10 ou moins.

    • Si je peux me permettre je rajouterai un point, qui est la capacité à créer une connexion rapidement, ou du moins installer une conversation intéressante pour la fille. Je sais bien qu’il faut être deux pour avoir une conversation, mais tout de même certaines personnes ont cette compétence sociale de pouvoir créer du lien…

      À mon avis, c’est plus la vibe que tu dégages que le contenu de la conversation qui compte. Faut voir la conversation sous une perspective plus globale. Parfois j’ai des discussions qui ne volent pas haut verbalement parlant, mais ça accroche quand même avec la fille.

      Tu peux me dire que ça peut être uniquement physique. Mais je ne pense pas. Du moins pas seulement. Je pense que les trucs comme être un peu enjoué sans être un clown, humble et assumer la familiarité aide.
      J’envisage de faire quelques enregistrements audio de mes rencontres à partir d’octobre, sur un espace membre (faut juste que je cotise pour acheter un bon micro). Tu auras l’occasion qu’au niveau verbal, c’est pas forcément flamboyant (même si c’est jamais mauvais non plus).

      Sinon j’aurai une question, j’ai un pote à moi qui m’a présenté deux filles…et les deux n’ont pas été intéressés. La premiere a mentionnée qu’elle préferait les mecs avec des cheveux et l’autre lui a dis que j’étais mignon mais que j’étais pas son style.

      Est ce que tu penses que ce sont des tests (peut être qu’elle dis ça pour se protéger) ? Est ce qu’en persistant un peu, on peut changer la balance ? Ou c’est mort et qu’il vaut mieux passer à autre chose.
      Je te remercie

      Comme toujours, ça dépend surtout du contexte…

      Si elle te dit que tu n’es pas son style ou qu’elle fait une remarque sur ta calvitie devant TOI, avec le sourire, c’est souvent un test pour voir ta réaction.

      Quand c’est dit à froid, au pote qui t’a présenté, en général c’est mauvais signe.

      Je ne peux pas te le garantir à 100%, mais je pense en effet que c’est pas loin d’être mort – en tout cas c’est mal parti.

      Si c’est une rencontre en cercle social, mis à part si tu as la réputation d’être un quetard, je ne pense pas qu’elles disent ça pour se protéger.

      La première a le profil d’une « Tinder girl », le genre de fille qui a tellement de prétendants sur internet qu’elle se met à avoir des exigences précises sur les détails physiques pour filtrer les mecs. Genre : pas moins d’1’80, pas blanc/noir/…, pas chauve, etc.

      C’est un truc que, malheureusement, on rencontre de plus en plus.

      Pour la deuxième, je ne pense pas que ce soit un mauvais feeling physique, mais peut-être plus personnel (si tu l’as rencontré et que la discussion est restée plate), ou simplement qu’elle ne se projette pas vraiment avec toi en relation, et qu’elle en cherche une (du moins avec les mecs qu’elle rencontre en cercle social).

      Pour celle-ci, je pense que c’est faisable de retourner la situation si tu la rencardes en one-to-one. Mais compliqué.

      Peut-être vaut mieux passer à autre chose. Ca c’est à toi de voir.

      • Oui c’est exactement ça, elle l’a dis à mon pote qu’elle préfèrait les mecs avce des cheveux.
        La deuxième elle m’a dit devant moi qu’elle était exigente… et tu es tombée dans le mille car c’ est une fille qui va souvent sur Tinder.
        Tu as raison sur ça.

        Et pour la troisieme, non la discussion était pas sympa, fun mais j’ai pas du tout sexualisé…peut être ça qu’il fait qu’elle s’est pas projeté avec moi.

        Sinon intéressant pour les audios, hate de voir ça ^^
        Par contre qu’est ce tu appelles « assumer la familiarité »? Tu veux dire simuler le fait que tu la connaisses déjà ? En tutoyant, taquinant…etc

        • Par contre qu’est ce tu appelles « assumer la familiarité »? Tu veux dire simuler le fait que tu la connaisses déjà ? En tutoyant, taquinant…etc

          J’en ai parlé dans mon sur comment gérer une conversation : c’est plutôt une attitude, se montrer amical et chaleureux d’emblée, comme si on connaissait déjà, qu’un bon rapport existait déjà.

      • Sympa pour les audios! Hate de voir ça ^^
        Sinon qu’est ce tu appelles « assumer la familiarité »? Tu veux dire faire comme si tu la connaissait déjà en tutoyant, taquinant…etc?

        Sinon oui tu as raison, la première fille l’a dis à mon pote, qu’elle préférerais les mecs avec des cheveux.
        La deuxième m’a dis devant moi qu’elle était exigente…et c’est bien une Tindergirl, elle m’a raconté quelques histoires… Donc forcement elle doit coucher qu’avec des mecs ultra BG.
        Pour la troisième, je pense que c’est parce que j’ai pas sexualisé et du coup elle s’est peut-être pas projeté avec moi. Au final comme tu dis, vaut mieux passer à autre chose.

  4. C’est parce que les hommes aiment les femmes, mais les femmes n’aiment pas les hommes. Les femmes aiment ce qu’un homme peut leur offrir.

    Les hommes sont des objets de réussite pour les femmes. C’est pourquoi les femmes sont attirées par les hommes avec de belles voitures, un statut social élevé et beaucoup d’argent. Ils utilisent les hommes pour accomplir leur nature hypergame.

    Vous ne verrez jamais une femme médecin épouser un serveur, mais un homme médecin épousera certainement une serveuse. Intéressant non ?

    • Ce n’est pas tout à fait juste dans les faits…

      Effectivement, c’est plus facile pour un médecin de chopper une serveuse, que pour un serveur de chopper un médecin (tout chose égale par ailleurs, car encore faut-il le physique et l’attitude). Car le médecin a plus de valeur social, donc plus d’attrait.

      Pour la validation sociale, c’est mieux de sortir ou d’épouser un médecin qu’un serveur, donc les filles se projettent plus facilement avec un mec quand elles savent qu’il est médecin.

      Mais, et la plupart des études stats le monde, l’écart social entre les couples n’est jamais énorme.

      En général, un type de la haute bourgeoisie va rarement épouser une fille du prolétariat. On ne voit pas PDG avec des coiffeuses… C’est ce qu’on appelle l’homogamie ! Et c’est plutôt ça, la règle.

      Après, au sein d’un même groupe social, il est vrai que l’homme est généralement mieux payé. Mais y’a un tas de raisons, notamment de stabilité. Homme ne tombe pas enceinte, il a tendance à tolérer plus facilement faire le même boulot chiant pendant 20 ans sans burn out, etc., etc.

  5. Les femmes aiment Beaucoup ce qui va augmenter leurs narcissisme
    ..a part elles-mêmes..elles n aiment pas grand-chose…
    Donc un homme avec une haute valeur sociale va être du bonus pour une femme…elle ne n aimera pas pour lui…mais pour l image de prestige qu il apportera.
    Et tu as raison Benji on ne verra jamais une femme médecin épouser un serveur…ce serait indigne d elle…
    Encore le syndrome de la princesse gâtée…

    • Et tu as raison Benji on ne verra jamais une femme médecin épouser un serveur…ce serait indigne d elle…

      Là encore, c’est à nuancer.

      Plus la société évolue et plus les femmes (qui n’ont plus besoin des hommes financièrement, ou même pour leur valeur sociale puis elles peuvent elles-mêmes être médecin, etc.) adoptent des comportements masculins. A savoir, se rincer l’oeil dans les boites de streap tease, se taper des beaux mecs qui n’ont rien dans la cervelle.

      Je pense que, justement, l’hypergamie moderne tend à se baser sur le physique et non sur le statut social !

      C’est de plus en plus dur de plaire sans avoir une bonne apparence.

      J’ai de plus en plus de témoignages de mecs qui me disent être pourtant pas mal physiquement, avoir du mal à séduire. Et tous ont un bon boulot, etc.

      Par contre, ça n’a pas l’air d’être dur de baiser quand on est étudiant, chômeur, ou au smic, quand on est physiquement avantagé (grand, beau, baraqué).

      Le problème c’est qu’on compare des sociétés traditionnelles à celles d’aujourd’hui en pensant que le comportement humain est figé quelque soit le contexte. Alors, oui, dans une société traditionnelle, où la femme a BESOIN de l’homme, elle va avoir tendance à préférer son statut. C’es évident.

      Mais dans une société comme la nôtre, ça l’est moins.

      • La première a le profil d’une « Tinder girl », le genre de fille qui a tellement de prétendants sur internet qu’elle se met à avoir des exigences précises sur les détails physiques pour filtrer les mecs. Genre : pas moins d’1’80, pas blanc/noir/…, pas chauve, etc.

        C’est un truc que, malheureusement, on rencontre de plus en plus.

        Intéressant tu penses vraiment que ça se multiplie ce genre nana ? Tindegirl belle trouvaille

      • Une fois de plus c est totalement ça…
        Des Tinder girls qui ne jurent que par le physique.. il y en a de plus en plus…mais c’est une réalité que pas mal de personnes ne veu6paw voir…parceque cs ssborderait trop leurs commerces de coaching…
        En général quand on a le physique pour…on a aucune difficulté à quoique que ce soit…même sans dire un mot..la plupart des femmes sont déjà acquises…
        Elles un comportement de plus en plus méprisant et élitiste…et certaines l zssument de plus en plus ouvertement…sur des applis…on voit « le physique d d’abord et rien d autre.
        C est vrai que la statut social ne sert plus beaucoup…vu que seule l apparence compte.
        Oui c est vrai les mentalités évoluent mais dans un sens plutôt négatif…

      • complètement d’accord! à cause des réseaux sociaux, de l’accès au BG facilement sur les sites de rencontre, des séries de télé-réalité, de l’ascension de la musculation, de l’importance de bien paraître, les filles deviennent plus exigeantes et veulent en plus de relation épanouissante, connexion passionnante, avoir un vrai désir sexuelle…

        Elles préfèrent rester célibataire et attendre leur tour plutôt que baiser avec des mecs qui la stimule moyennement.
        du coup la règle des 80/20 devient de plus en plus fragrant…

        Malheureusement, si tu es un 6 ou 7 sur 10 ça ne suffit plus. il faut être un 8,9 pour séduire des filles attirantes.
        et certains critères deviennent presque éliminatoire :
        – un look moyen
        – du bide ou trop maigre
        – négligence cheveux / barbe
        – visage sans charme
        – peau moche
        – être trop petit ( < 1.70m) .

        En soi ce ne serait pas un problème si les filles moyennes n'exigerait pas la même chose, sauf que même celle-ci veulent des BG. c'est ça le plus dérangeant

        • Ajouté à cela, il y a aussi une autre catégorie en augmentation chez les filles qui fréquentent les sites de rencontres : je les ai baptisés les « renifleuses », parce qu’elles agissent un peu comme les chiens qui, après avoir renifler un premier passant, viennent vous renifler les pompes 30 secondes, puis vont renifler celles du passant suivant et ne vous calculent plus…

          Y’a des filles qui, à cause de l’énorme choix qu’elles ont + l’accoutumance à la consommation éphémère (qu’elles exportent inconsciemment aux rencontres), vont s’intéresser à toi jusqu’à la rencontre, puis passer immédiatement au mec suivant, parce que le nouveau mec est toujours plus idéalisé que l’ancien qui, puisqu’il devient « réel » lors de la rencontre, est forcément imparfait.

          Et elles passent à autre chose même si le rencard s’est très bien déroulé, qu’il y a eu un bon feeling et tout. C’est juste compulsif, comme le fait d’acheter des paires de godasses : elles laissent celles d’hier au placard après les avoir porté une journée, puis en prennent une autre.

          Je plains ces femmes-là.

          • C est assez féminin comment comportement de délaisser tres rapidement une chose ou une personne…

            Un peu comme un enfant qui casse ses jouets et en veut toujours d autres…

          • Ah d’accord ! Je pensais pas que ce phénomène etait en augmentation.ca doit sûrement être des filles en dessous de 25 ans et qui squatte les sites de rencontres. Je peux pas blerer ce genre de meuf qui n’ont aucun respect pour les mecs et qui sont là juste pour voir si tu vas lui plaîre.encore une histoire d’ego ou de fierté mal placé.
            Toute facon la roue tourne, et il faudra pas qu’elles s’étonnent de se faire avoir par des mecs ultra BG qui seront là juste pour leur culs

        • Oui il n y a plus que le critère de beau gossittude…et quelques soit l l’age…..on est vraiment ignoré comme un intouchable en Inde….

  6. Bonjour Chrys,

    Déjà encore un grand merci à toi pour tes articles réguliers ainsi que l’ensemble de ton site.

    Petite question un peu métaphysique , penses tu que Jean-Paul Belmondo (paix à son âme) est une « figure/modele » de séducteur dont on devrait « s’inspirer » ou « tendre vers » dans nos relations avec la gent feminine ?

    Je voulais avoir ton avis, par pure curiosité, car pour moi ca serait un peu une « reference », du moins ce qu’il dégageait dans ses films (galant mais pas servile, gentil mais viril, couillu et courageux, drole mais pas vulgaire, élégant et beau mec sans être un pur BG comme Alain Delon, etc..)

    Cordialement

    Shou

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.