[Annonce] Mon nouveau cours en ligne sort bientôt

Comme je l’ai brièvement évoqué sur le blog, je suis sur le point de lancer une série de cours en ligne dans les prochains mois.

Il y a quelques idées qui me viennent spontanément en tête et qui pourraient faire de bons sujets : la drague online (c’est en prévision), l’approche, améliorer son attractivité, le rencard, la gestion de relation.

Mais pour ce premier cours, j’ai décidé d’aborder ce qui constitue peut-être la principale difficulté pour la plupart d’entre vous, quel que soit le mode de rencontre : la conversation.

Mon prochain cours en ligne vous apprendra à mieux la gérer, et ce dans un but précis…

Créer un rapprochement émotionnel avec les femmes que vous draguez.

Car savoir soutenir une conversation, en soi, ce n’est pas suffisant.

Avoir des conversations platoniques, qui restent cordiales du début à la fin, ne mène nulle part – sauf peut-être à la friendzone, dans le meilleur des cas.

Le but n’est pas seulement de tenir une conversation. C’est de parvenir à passer du statut de « mec lambda » dans l’esprit de la fille, à celui de « mec cool avec qui elle flirte » grâce aux échanges que vous avez.

Le but est de faire progressivement évoluer l’ambiance de l’interaction.  

Bien sûr, je ne dis pas que ça marche à chaque fois.

Mais si vous suivez mes conseils, appliquez les bonnes attitudes, les stratégies et techniques que j’enseigne, ça marchera plus souvent et plus vite !

Par exemple : au lieu d’installer un bon feeling avec une fille sur vingt que vous rencontrez (que ce soit dans la rue ou dans votre vie de tous les jours), peut-être que vous parviendrez à installer ce feeling avec une fille sur cinq

Ce serait déjà un énorme progrès !

Car, bien qu’installer un bon feeling avec une fille ne vous garantisse pas de la séduire à tous les coups, plus vous serez capable d’avoir des connexions émotionnelles avec les femmes, plus vous aurez de réussite.

Disons que c’est comme pour l’attractivité…

Ce n’est pas parce qu’une fille vous trouve très attirant que vous allez conclure avec.

  • Peut-être qu’elle a un copain et qu’elle est fidèle…
  • Peut-être qu’elle ne vous « sent » pas…
  • Peut-être que vous allez foirer votre opportunité en vous y prenant comme un bourrin…
  • Peut-être qu’elle va rencontrer un autre mec…

Par contre, plus les femmes (en général) vous trouvent attirant et plus votre succès auprès d’elles augmente. C’est logique !

Eh bien, c’est pareil pour votre capacité à créer un bon feeling. 

Plus vous parvenez à le faire souvent, mieux c’est.    

Ce que vous allez découvrir de différent dans ce cours ?

Comme à mon habitude, j’expliquerai un certain nombre de choses à contre-courant de ce qu’on peut lire ou entendre ailleurs.

En voici 2 (histoire de vous mettre un peu l’eau à la bouche) :

1. L’élément le plus fonda-mental n’est pas le contenu.

L’une d’entre elles, c’est qu’apprendre à gérer la conversation nécessite avant tout une amélioration sur le plan mental.

La plupart des coachs en séduction vous conseillent d’améliorer vos compétences sociales (en particulier votre répartie et votre humour).

Ou alors, d’apprendre des « routines » et techniques verbales à répéter aux filles, pour savoir quoi dire le moment venu.

Pour moi, le problème ne se situe pas vraiment dans le manque de compétences ou de préparation sur ce qu’il faut dire.

Le problème, du moins dans la vie réelle (c’est légèrement différent sur le net), c’est que vous êtes trop mal à l’aise sous la pression.

C’est-à-dire que, lorsque vous commencez à interagir avec une fille qui vous plaît, vous sentez que vous DEVEZ lui faire la conversation.

Vous ne pouvez pas seulement rester à côté sans rien dire, ce serait bizarre !

Si vous ne gardez pas la conversation en vie, vous allez devoir vous éjecter. Ce serait renoncer à séduire. Alors vous vous sentez obligé de lui faire la conversation, et ça vous met une certaine pression sociale sur les épaules.

Mais malheureusement, ça ne s’arrête pas là.

Cette pression est accentuée par ce que j’appelle la « pression de la performance ».

Autrement dit : non seulement vous ressentez la nécessité de faire la conversation à la fille, mais aussi de dire des choses intéressantes ou drôles, pour qu’elle apprécie votre compagnie, plutôt que vous trouver barbant !

Et le problème, c’est que (a) plus vous êtes sensible à la pression, plus vous ressentez de l’anxiété ; et (b) plus vous ressentez d’anxiété, plus vous vous sentez paralysé !

Vous avez le cœur qui bat à 1000 à l’heure, vous tremblez de partout, vous êtes en panique totale !

Ces deux solutions ci-dessus, qui sont généralement proposées, ne règlent absolument pas ce problème.

Votre sensibilité à la pression reste la même, avec ou sans celles-ci.

Pire encore : ces solutions, qui paraissent utiles en théorie, deviennent tout à fait inutiles quand vous êtes dans le feu de l’action…

  1. Vous êtes incapable de réciter une seule de vos routines sans balbutier (vous avez même l’impression de les avoir toutes oubliées !).
  2. Votre répartie et humour, que vous pourriez avoir en temps normal (quand n’êtes pas anxieux), disparaissent.

Vous pouvez connaître 1000 routines par cœur, être le meilleur boutentrain de votre groupe d’ami, tant que la pression vous paralysera vous resterez un type qui a peur et qui ne sait pas quoi dire en face d’une fille…

C’est pourquoi le mental est fondamental.

Vous DEVEZ vous sentir suffisamment à l’aise dans vos interactions pour que l’anxiété n’inhibe pas votre capacité à discuter avec une fille.

Apprendre à mieux gérer ses conversations passe NÉCESSAIREMENT par une amélioration de votre mental en amont. Tenez-le-vous pour dit !

2. Parler aux filles ≠ discuter avec les filles

Voici une seconde notion importante à comprendre, que je développerai dans mon cours.

Améliorer votre tchatche ou apprendre des histoires et punch-lines par cœur ne va pas nécessairement rendre vos conversations plus faciles. C’est une idée reçue !

Ça va au mieux vous aider à garder l’interaction en vie plus longtemps, avec les filles qui s’investissent peu.

En réalité, la difficulté à gérer une conversationdépend très peu de vos compétences sociales, de votre « game plan », ou même de votre niveau d’énergie.   

Il dépend essentiellement de la fille en face de vous. Si elle a envie d’échanger avec vous, ou pas !

C’est BEAUCOUP plus facile de converser avec une fille qui :

  1. Vous donne pleinement son attention,
  2. Rebondit sur ce que vous lui dites et relance elle-même la conversation ;
  3. Répond de bon cœur à vos questions, en donnant des réponses détaillées, sur lesquelles il est facile de rebondir…

…qu’avec une fille qui :

  1. Participe à peine à la conversation, si bien que vous devez prendre 90% du temps de parole ;
  2. Donne des réponses courtes et froides – « Oui. », « Non. », « Okay. », « J’ché pas ». 
  3. Vous retire son attention au moindre petit silence qui s’installe.

Avec des filles qui participent, des compétences sociales ordinaires suffisent.

Vous pouvez avoir une conversation fluide et agréable, qui vous amène à ressentir un bon « feeling » l’un pour l’autre, sans avoir un bagout exceptionnel.  

Avec celles qui s’investissent peu, en revanche, vous devez avoir une répartie d’enfer pour espérer tenir plusieurs minutes sans avoir l’air relou… Et malgré cela, ça mène rarement à un échange très agréable. Et je fais preuve d’euphémisme !

Voilà où je veux en venir…

Plutôt que de focaliser votre attention et vos efforts sur vos compétences sociales (humour et répartie) ou sur des répliques à apprendre par cœur pour le répéter le moment venu, vous devriez plutôt chercher à inciter les filles à s’investir dans la conversation.

Comme pour les compétences sociales, c’est une aptitude qui se développe. Mais elle est bien plus bénéfique.

Un simple exemple : juste en améliorant votre apparence et votre hygiène, vous pouvez inciter les filles à s’investir 4 fois plus !

Si vous paressez terriblement négligé et avez mauvaise haleine, vous donnerez peu envie aux filles de parler avec vous – même si vous avez une tchatche de malade !

En tout cas ce sera beaucoup plus facile si vous êtes beau, bien habillé, bien coiffé et (légèrement) parfumé !

Mais heureusement il n’y a pas que l’apparence qui incite les filles à s’investir davantage.

Ce que vous dégagez par le biais de votre attitude et de votre état émotionnel joue un rôle très important. Plus que ce que vous dites en réalité.

Enfin, il y a aussi des choses à faire et à NE PAS faire, qui permet de les inciter à vous donner pleinement leur attention et participer.

En outre, si votre objectif est de leur faire ressentir un bon « feeling » avec vous, c’est d’autant plus important de savoir inciter une femme à participer.

Monopoliser la parole, c’est utile quand on veut garder une interaction en vie le plus longtemps possible avec les filles qui ne s’investissent pas. Mais concrètement, parler 20 secondes ou 10 minutes avec ce genre de fille ne change rien. C’est même une perte de temps !

Le bon feeling ne vient jamais quand vous êtes le SEUL à vous investir, même si vous faites rire les filles à gorge déployée.

Il vient après que l’échange se soit mutualisé.

Voilà ce que je vous montrerai dans mon cours en ligne : une manière différente (et surtout plus efficace) de gérer la conversation.

Je vous en dirai plus dans quelques jours 😉

A très vite,

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

9 plusieurs commentaires

  1. Hello Chrys
    approche tres interessnte de la conversation et vraiment lucide.
    le relationnel se fait à deux et pas à sens unique.

  2. plus ou moins d’accord avec ca mais cet article ne dit aps les choses suivantes

    – dans certains milieux c’est les skill (competence) ou statut social (pas toujours basé sur le fric qqfois des gars fauchés ont un haut statut dans certains milieux) qui compte. par ailleurs on est quand meme une societe ou la valeur des gens est basé sur le fric/apparence (modele US).

    – il faut une attraction a la base (le physique/look, style d’homme, niveau social etc). attention car dans certains milieux un jeune bogoss aura peu de succes car correspond pas a ce que les femmes recherchent.

    pour le 2 c’est que la fille est interessé et facilite le travail du mec. la seduction ca se passe a deux, on l’oublie trop souvent. les femmes ont des techniques d’approche (les coaches en parlent pas bizaremment ??) mais c’est nettement plus indirect bien sur

    – il faut choisir ses targets dans certains milieux j’ai vu des gars s’acharner sur des targets avec lesquelles il avaient aucune chance, lesbienne par ex (elle prefere les filles, les mecs sont pas assez subtils pour le voir, mais en plus si tu connais tout le monde tu le sais), fille maquée 100% (tu as ta chance en theorie mais le niveau d’exigence est beaucoup plus elevé). par contre une nana en manque, meme un mec lambda a sa chance

    – il faut choisir les endroits ou vous sortez en fonction du public, age , ratio H/F
    a mon avis certains gars se plantent a cause de ca. ce point est malheureusement trop peu abordé par lec coachs, je crois que c’est parce que c’est de la socio et ils maitrisent pas ou sont mal a l’aise avec ce sujet

    • Salut Luc,

      Alors déjà je tiens à précisé qu’il ne s’agit pas d’un article.

      C’est une simple annonce.

      Elle sert à donner un aperçu de mon cours. Je ne peux pas TOUT expliquer dedans.

      Et elle est déjà bien trop longue par rapport à la longueur qu’elle devrait avoir.

      dans certains milieux c’est les skill (competence) ou statut social (pas toujours basé sur le fric qqfois des gars fauchés ont un haut statut dans certains milieux) qui compte.

      Si on parle de séduction en contexte social, dans un milieu fermé qu’on côtoie quasi quotidiennement, le social proof (non pas les compétences ou le statut, bien qu’elles aident souvent à l’acquérir) aide à rendre les filles plus intéressées à la base.

      Si tout le monde pense que tu es un mec cool, elles vont le penser aussi !

      Donc elles vont avoir envie de socialiser avec toi – les filles aiment les mecs cool ! La conversation sera beaucoup plus facile à gérer que si tu es un pur anonyme qui arrive de nulle part dans la rue ou en soirée.

      Je n’en parle pas dans mon cours. Je me focalise davantage sur comment gérer la conversation, et expliquer les raisons pour lesquels la conversation peut sembler bien plus difficile pour certains que pour d’autres, et comment la rendre plus facile. Le but est que le mec soit ensuite capable de comprendre de lui-même pourquoi ça marche mieux dans tel ou tel contexte. Parce qu’il sait que certains éléments rendent la rencontre plus facile.
      Mais ce que tu dis est vrai.

      Le social proof peut aider, dans des contextes bien spécifiques.

      par ailleurs on est quand meme une societe ou la valeur des gens est basé sur le fric/apparence (modele US).

      Peut-être, mais chaque individu a ses valeurs propres. Il n’est pas obligé d’adhérer systématiquement à celles véhiculées par les médias.

      Pour la plupart des femmes, l’argent et/ou l’apparence, n’est que modérément important.

      Elles ne sortiront pas nécessairement avec le mec le plus riche ou le plus beau, c’est juste qu’elles disqualifieront les mecs qui ne sont pas assez beau et/ou trop fauché (surtout si elle a en tête de s’engager dans une vie de famille).

      Tu n’as pas besoin d’être au top du top pour plaire à beaucoup de femmes, même très attirantes. Ni avec son « game », ni avec son apparence, ni avec son capital économique. Ça fait 10 ans que j’essaie de l’expliquer !

      – il faut une attraction a la base (le physique/look, style d’homme, niveau social etc). attention car dans certains milieux un jeune bogoss aura peu de succes car correspond pas a ce que les femmes recherchent.

      Oui.

      Ça aussi ça fait 10 ans que je l’explique !

      1. Il faut plaire d’emblée un minimum pour séduire.

      2. On peut attirer une femme, mais ne pas l’interesser – pour une ou plusieurs raisons particulières (trop jeune, d’une autre religion/groupe ethnique, whatever).

      la seduction ca se passe a deux, on l’oublie trop souvent. les femmes ont des techniques d’approche (les coaches en parlent pas bizaremment ??) mais c’est nettement plus indirect bien sur

      Non. Les femmes n’ont pas vraiment de technique d’approche… Et quand elles approches, c’est rarement subtile !

      Sauf quand elles ont un coup dans le nez ou qu’elles sont dans un délire avec leurs copines, n’approchent pas (ou très rarement) : elles INCITENT et INVITENT à l’approche. C’est différent.

      Elles vont mettre une belle robe moulante et attendre au bar que les mecs viennent.

      Elles vont mettre de belles photos (bien retouchées) sur les sites de rencontres pour qu’un max de mecs mordent à l’hameçon.

      Et, si un type lui plait beaucoup et qu’elles ont envie de lui parler, elles vont rester à côté. Et/ou s’arranger pour échanger un regard avec lui. Et/ou lui sourire quand il va la regarder.

      C’est la différence : l’homme chasse, la femme pêche !

      L’homme « attaque » sa proie, c’est pourquoi il s’expose (au rejet).

      La femme attend tranquillement qu’on morde à l’hameçon, et gardent uniquement les gros poissons dans leur filet.

      – il faut choisir ses targets dans certains milieux j’ai vu des gars s’acharner sur des targets avec lesquelles il avaient aucune chance, lesbienne par ex (elle prefere les filles, les mecs sont pas assez subtils pour le voir, mais en plus si tu connais tout le monde tu le sais), fille maquée 100% (tu as ta chance en theorie mais le niveau d’exigence est beaucoup plus elevé). par contre une nana en manque, meme un mec lambda a sa chance

      – il faut choisir les endroits ou vous sortez en fonction du public, age , ratio H/F
      a mon avis certains gars se plantent a cause de ca. ce point est malheureusement trop peu abordé par lec coachs, je crois que c’est parce que c’est de la socio et ils maitrisent pas ou sont mal a l’aise avec ce sujet

      En un mot, il faut draguer intelligemment. Sélectionner les filles et les contextes, de sorte à ce que la démarche d’aller parler à une fille paraisse plus « rentable ».

      • Hello! J ai pas vraiment compris le format…ce serai des cours de type webinaire ? Ou ça reste quand même des présentations écrites, sous forme de tutoriaux ?
        Thx

        • Salut Alex.

          Bonne question.

          Ce sera en format écrit & audio.

          Ce sera un peut comme une série d’articles, qui s’emboitent les uns aux autres pour donner une suite logique.

          Mais il n’est pas exclu (il est même probable) que je rajoute des vidéos ou podcast en plus.

  3. Le problème vient effectivement dé la conversation mais je crois aussi que c’est plus général…
    Ce n esr pas tant de ne pas arriver à créer avec tel ou tel femme..
    Mais quand c est avec tous les styles de femmes.
    La c est problématique

  4. Hello Chris !!!!

    Un petit moment que je n’avais pas mis de commentaires sur un article..

    Je pense que ton futur programme pourrais aider des mecs comme Thierry qui ont du mal a communiquer avec les femmes autre que pour devenir un ami ou le bon pote.. Mais après je sais qu’il ne prendra pas le programme….

    Sinon, moi j’ai beaucoup plus de base maintenant et donc la communication et autres discussions cela ne pose pas de problème, le mien est toujours le même: Le manque d’opportunités en approche Naturel…

    En gros je ne suis pas au lycée ou à la fac donc forcément j’ai du mal a avoir des femmes dans ma vie

    Parce que pour moi les applications et autres chose virtuels et aborder en masse dans la rue c mort (surtout la avec le Covid les gens avec masque sa me soule vraiment ).

    J’espère pouvoir retourner en Salsa et en salle de sport un jour et avoir des approches naturel et simple ou le feeling passera et cette fois je vais oser invité les femmes à boire un verre ou à isoler pour faire Kiss Close….

    Être en mode sans prise de tête et ne pas choquer en étant direct marche mieux sur les 25-45 ans BCBG qui est mon style de femmes.

    J’ai remarqué qu’elles aiment avoir la sensation que la rencontre avance comme elles veulent et pas avoir à faire à un pauvre mec qui est direct sur le compliment sur le physique car il veut la baiser….

    Une femme séduisante sais qu’elle est séduisante et donc pas besoin de lui dire au bout de 30 secondes de discussion…

    Je remarque aussi que peut importe la discussion si une femme qui est intéressé, elle fera en sorte de rester avec toi, ou même te proposera de venir avec elle (souvent un endroit plus isoler du groupe ou même quitter le lieu que toi et elle).

    J’ai besoin de faire des rencontres déjà juste pour avoir des femmes dans ma vie et un cercle social, et aussi j’ai constaté que cela avait l’avantage d’être vue comme un homme qui aborde du fun et qui attire sans réellement le vouloir, car n’oubliez pas que les femmes savent reconnaître les crevards qui font que des approches direct parce qu’ils sont en manque et veulent baiser (du moins elles le ressentent comme ça) et préfèrent le mec qui s’intéresse RÉELLEMENT à la femme avec qui il parle…

  5. Salut Chrys,

    Très bon choix de sujet surtout dans la façon de l’appréhender !!
    Ces cours en ligne seront sur le site en tant qu »articles » ou seront accessibles via l’espace membre ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.