Accueil 5 Apprendre à draguer 5 Pourquoi vous avez toujours peur de l’approche (et comment y remédier)

Pourquoi vous avez toujours peur de l’approche (et comment y remédier)

Ne tombons pas dans le cliché du conseil standard : “soit confiant”, “Vas-y, ne réfléchis pas”, “ne te trouve pas d’excuses, fonce”.

Il faut se rendre à l’évidence : aborder une fille fait peur ! Ça VOUS fait peur. Ça ME fait peur. Ça fait peur à tous ceux qui donnent ce genre de conseil.

La peur de l’approche, ou anxiété à l’approche (appelez ça comme vous voulez), est quelque chose que TOUT LE MONDE ressent.



Demain je me lance !

Notre souhait, ce serait que cette peur d’aller parler aux filles disparaisse du jour au lendemain, comme une douleur que l’on ressentait après une bonne séance de sport. Alors on se dit “Aujourd’hui je me sens pas bien. Mais demain, c’est sûr, j’irai aborder !!” .

Peut-être qu’en fait, il ne vous manquait qu’une phrase d’approche à apprendre par cœur, que c’est le fait de ne pas savoir quoi dire qui vous faisait peur…

Mais le jour d’après c’est la même chose. Vous ressentez la même boule d’angoisse au milieu de l’estomac.

Quelle excuse allez vous trouver cette fois-ci ? Votre phrase d’approche n’est peut-être pas adaptée ? Peut-être que vous devez apprendre une histoire ou quelque chose pour rebondir après ? Ou que c’est parce que vous manquez de confiance, et que vous devez lire un tas de bouquins de développement personnel…

Avec ce même état d’esprit, croyez-moi, les jours se suivent et se ressemblent.



La peur de l’approche n’est pas un problème. Pouvoir aborder est une compétence.

Vous-pouvez-rencontrer-n-importe-ou-et-a-tout-momentSi vous demandiez à une partie des coachs quelle est la première compétence que vous devriez acquérir pour avoir du succès avec les filles, la plupart d’entre eux vous diraient d’apprendre une technique de drague ou de développer une partie de votre personnalité.

Personnellement, je pense que la première compétence à travailler, celle qui est essentielle à votre succès, c’est passer à l’action.

Je ne parle même pas de la manière dont vous allez arrêter la fille, capter son attention ou ce que allez lui dire, ni la manière dont vous allez le lui dire. Je parle de ce que vous faites entre le moment où vous voyez une fille qui vous plait et celui où vous l’abordez.

PASSER A L’ACTION = dépasser ça peur de l’approche (ça peut être aussi escalader).

Arrêtez de voir la peur de l’approche comme un problème. Ça n’en est pas un, tout le monde la ressent. Si vous ne savez pas dépasser cette peur, et encore moins lorsqu’il s’agit d’aborder sincèrement, dites-vous que vous êtes comme 99% des autres hommes.

En résumé, vous ne savez pas faire quelque chose que seulement un petit nombre de personnes est capable de faire, et que la plupart des hommes aimeraient pouvoir faire…

Non, nous ne parlons pas de savoir chanter avec justesse, jouer de la guitare comme un pro ou savoir écrire des romans captivants. Nous parlons de passer à l’action, d’aller aborder, de dépasser sa peur de l’approche.

Passer à l’action est une compétence. Lorsque vous êtes devant une fille, que aimeriez l’aborder mais que vous ne pouvez pas, ce n’est pas parce que vous avez un problème, c’est parce que vous ne savez pas dépasser votre peur de l’approche, vous n’avez pas encore acquis cette compétence.

Vous n’essayez pas de résoudre quoi que ce soit, vous apprenez une compétence.

La subtilité de cette différence, c’est qu’on ne résout pas un problème comme l’on apprend une compétence. La plupart des problèmes peuvent se résoudre directement ou par quelqu’un d’autre : si vous avez mal aux dents, vous prenez rendez-vous chez le dentiste, il vous fera un anesthésie, et le problème va disparaitre. Vous avez un problème avec votre voiture, vous allez voir un garagiste, il va vous la réparer. Vous ne savez pas comment installer un logiciel, vous allez sur internet pour trouver un tutoriel et le problème est réglé.

Vous n’avez presque rien à faire, les solutions sont là.

Par contre, l’on apprend pas une compétence simplement en lisant un livre ou en allant voir un expert. Ça demande de la pratique. Ça demande d’épouser un processus d’apprentissage.

Vous n’apprenez pas à jouer d’un instrument de musique simplement en écoutant les conseils de votre prof. Vous devez en plus les appliquer encore et encore, jusqu’à ce que ça devienne facile.

Il y a une sacré différence entre considérer quelque chose comme un problème ou comme une compétence. Lorsque l’on pense compétence, on pense à un apprentissage,  à de la pratique et du temps, on parle de processus. Lorsque l’on pense problème, on pense à une solution qu’on prend et qui résout ce problème, on parle d’un évènement.

Événement vs. Processus

Le problème, c’est que pour apprendre à « passer à l’action » les mecs sont à la recherche d’un évènement : c’est à dire d’une technique de séduction directement applicable, d’un coaching en séduction ou d’un exercice sur la confiance en soi…

Pendant des mois, voire des années, ils vont être à la recherche du « truc » qui va faire disparaitre cette peur (mes amis, si vous en faites partie, voyez cet article comme votre thérapie Clignement d'œil).

Ce dont vous avez besoin, c’est de vous faire à l’idée que vous allez passer par un processus d’apprentissage, et de pratiquer encore et encore, jusqu’à ce que ça devienne facile pour vous. C’est comme ça qu’on prend davantage confiance en soi, c’est comme ça qu’on apprend quoi dire pendant et après.

Passer à l’action est LA compétence pour apprendre à aborder une fille.

Avant même de savoir utiliser telle ou telle technique de drague, faites d’apprendre à “passer à l’action” votre tout premier objectif.

Vous devez apprendre cette compétence avant tout autre chose. Procédez dans l’ordre : on apprend toujours le code avant la conduite, n’est-ce pas ?

De tous les séducteurs de l’histoire de l’humanité, certains ont séduit en récitant des poèmes, d’autres en “neggant”. Certains grâce à la persistance, d’autres avec la distance. Certains avec leur statut social, d’autres avec leur personnalité. Mais j’en suis sûr, tous avez au moins cette même compétence en commun : ils savaient aller aborder les filles, ils savaient saisir les opportunités de rencontrer une femme.

Passer à l’action est une compétence qui demande à être apprise. Et surtout si votre objectif est d’avoir des résultats au dessus de la moyenne, vous devrez l’acquérir et  l’entretenir (c’est une compétence qui malheureusement se perd rapidement lorsqu’on arrête de pratiquer).

Ma solution à la peur de l’approche : l’impulsion

 Laissez moi vous introduire un concept dont vous n’avez sans doute jamais entendu parler : L’IMPULSION.

J’appelle l’impulsion, une série de mêmes actions répétées dans un court laps de temps qui permettent de créer un conditionnement, une habitude.

Pour qu’un vélo se mette en équilibre sur ses 2 roues, il faut une forte impulsion au début : vous devez mettre quelques coups de pédales au début. Puis une fois le vélo en équilibre, vous n’avez plus qu’à pédaler jusqu’à ce que vous arriviez à destination. Cependant, si vous ne mettez qu’un seul coup de pédale, le vélo ne va pas rester en équilibre plus d’un mètre et vous n’allez plus avancer.L-impulsion-pour-apprendre-a-passer-a-l-action-photo-jfgornet

Apprendre à passer à l’action, c’est la même chose. Vous devez faire l’effort de répéter l’approche régulièrement, jusqu’à ce que ça devienne une habitude, quelque chose que vous faites facilement. Lorsque vous abordez une fille, c’est une action isolée. Mais lorsque vous commencez à en aborder 2, puis 3, puis 4 à la suite, vous créez une impulsion.

Et si vous le faites sur plusieurs jours, vous renforcez tellement l’impulsion que vous n’avez plus d’effort à faire.

Aller aborder est une compétence facile à acquérir. Cela ne vous demande que d’installer l’impulsion. Si vous abordez une fois tous les mois, c’est comme si vous donniez un coup de pédale toutes les 5 minutes sur en bas d’une pente. Ça ne suffit pas pour créer l’impulsion nécessaire à développer la compétence. Si vous vous arrêtez, vous allez repartir en arrière et régresser.

La plupart des mecs manquent de constance, c’est pour ça qu’à chaque fois qu’ils se forcent à aborder, ils vivent ça comme une véritable torture.

Si vous abordez “par-ci, par-là” , par exemple vous faites 3 approches en un seul jour, puis plus rien pendant 1 mois, vous n’en aurez jamais fini ! C’est comme si vous appuyez sur un ressort et que vous le relâchiez, il va retrouver sa forme initiale.

Ce que vous devez faire, c’est éviter cet “effet ressort” et créer un effet exponentiel, où chaque approche sera plus facile à faire.

Comment créer l’impulsion à l’approche ?

1) Adopter le bon état d’esprit

La base de tout c’est votre état d’esprit. Vous devez partir du principe que vous voulez développer une compétence (et non résoudre un problème). Et pour ça, il va falloir 2 choses :

y consacrer du temps (toute compétence demande du temps)

rester constant jusqu’à atteindre votre objectif (les compétences s’acquièrent par une répétition constante)

Vous allez partir du principe qu’il va vous falloir faire des efforts et pratiquer régulièrement pendant plusieurs semaines (après, la pratique ne sera plus une question d’effort, mais d’envie/de plaisir Clignement d'œil)

2) Pratiquer

– Commencez à sortir le plus souvent possible (quotidiennement si vous le pouvez) pour aller aborder.

Fixez-vous un objectif  quantitatif (X nombre d’approches) chaque jour.

Personnellement, lorsque j’arrête pendant un moment, je fais au moins 3 approches par jour pour me remettre sur une bonne impulsion (appelons ça une remise en forme Sourire).

Comme j’ai déjà acquis la compétence, ça revient rapidement (en général au bout d’une semaine, je peux à nouveau aborder sans hésitation à chaque fois que je vois une fille qui me plait). Mais si aborder vous a toujours foutu la frousse, je vous conseille de vous fixer un nombre d’approches journalier sur 30 jours. C’est le nombre de jours conseillé par certains spécialiste pour ancrer une nouvelle habitude.

Aussi, fixez-vous des objectifs suffisamment faciles à réaliser. Si vous vous fixez comme objectif 10 approches par jour alors que vous êtes à peine capable d’en faire une, vous n’arriverez jamais à tenir le rythme.

Cependant, cela doit être tout même assez difficile pour rester motivant et que l’apprentissage soit le plus rapide possible.

Je recommande 3 approches/5 fois par semaine,  car c’est suffisamment facile à réaliser, ça demande en général moins d’une heure par jour (maxi 5 heures par semaine) si vous choisissez les bons lieux et les bonnes horaires. Ça donne un total de 60 approches à la fin des 30 jours, et pour la plupart des mecs avec un look et des compétences sociales convenables, c’est largement suffisant pour trouver une copine, voire, à leur plus grande surprise, peut être 2 ou 3 (c’est la phase ou beaucoup s’aperçoivent que leur véritable obstacle c’est qu’il n’aborder pas assez ! La drague est aussi une affaire de statistique Clignement d'œil)

3) S’entretenir

Une fois que vous aurez acquis la compétence (disons entre 15 et 30 jours de souffrance Sourire), vous n’aurez plus qu’à maintenir cette impulsion en abordant de temps en temps (mais suffisamment), jusqu’à obtenir les résultats que vous souhaitez. Si c’est une copine que vous cherchez, vous n’aurez pas à faire l’effort bien longtemps : je suis sûr que peu importe qui vous êtes, vous aurez l’occasion de rencontrer au moins une fille à qui vous plairez avant même la fin des 30 jours, surtout si vous appliquez tous les nombreux conseils  de ce blog ;-).

Si votre but est de vous éclater, d’avoir des relations multiples (par exemple, 5 ou 6 copines à la fois), vous devrez faire preuve d’un peu d’auto-discipline à long terme.



Souvenez-vous !

Peu importe qui vous êtes et vos objectifs, votre succès passe par cette compétence. Le nombre d’opportunités saisies est l’essence de votre réussite. Et si vous renoncez à cette compétence, vous renoncez au contrôle de votre vie sexuelle et affective !

Bonne réussite,

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de autour de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

7 plusieurs commentaires

  1. Excellent article !

    J’applique personnellement ce principe de l’impulsion depuis que tu me l’as expliqué. Cela m’a permis de doubler mon nombre d’approche.. Je suis passé de 3 approches à 6 approches par jour sachant que je ressens beaucoup d’anxiété pour approcher. Actuellement je peux aborder une belle inconnue sans même y penser !

    Merci et continue de nous gratifier de tes conseils.

  2. […]Aller aborder est une compétence facile à acquérir. Cela ne vous demande que d’installer l’impulsion. Si vous abordez une fois tous les mois, c’est comme si vous donniez un coup de pédale toutes les 5 minutes dans la montée d’une pente, ça ne suffit pas à créer l’impulsion nécessaire à développer la compétence. Si vous vous arrêtez, vous allez repartir en arrière et régresser[…]

    Très belle métaphore. Je crois que c’est on ne peut plus clair. La messe est dite.

  3. simplement :article écrit par un artiste

  4. J’aime beaucoup la partie que tu consacres à l’impulsion. Je crois que c’est ça mon problème actuellement en fait. J’aborde souvent mais à mon avis, je n’aborde pas assez. En tout cas pas suffisamment pour créer une grosse impulsion comme tu dis. Je vais essayer de faire ce que tu préconises et je te tiens au courant de mon avancement d’ici là. Merci encore.

  5. Whaow !

    Chrys !

    C’est pour moi le meilleur article que tu aie écris à ma connaissance. Il est plein de sens.
    Évènement vs processus. La peur de l’approche n’est pas un problème. Aborder est une compétence… L’impulsion.

    Tu m’as fait rêver !

    Pour moi ce qui fait la différence entre une personne qui réalise ses rêves et celle qui ne les réalisent pas c’est le fait d’agir malgré cette peur. Tout le monde a peur. Ceux qui se démarquent acceptent cette peur comme inhérente au processus et agissent en congruence avec leurs valeurs vers l’atteinte de leurs objectifs permettant de réaliser leurs rêves !

    Ce en quoi nous avons peur, est justement dont nous avons le plus besoin.
    Will Smith : « Je déteste avoir peur de faire quelque chose. »
    Ce qu’il a développé en étant jeune est cette attitude : « Je dois attaquer les choses qui me font peur »

  6. Bonjour,

    Cet article est le plus important de tous. Avant de lire quoi que ce soit sur la séduction, on devrait lire cet article.

    La vérité, et ce fut mon cas, c’est que de nombreux coachs nous font voir l’approche comme un problême. Et j’ai stagné de nombreux mois, à tout lire pour résoudre ce problême. Mais j’avais tort!

    Lorsque j’ai appris la guitare, je ne me suis pas contenter de regarder des vidéos tutoriels ou de lire des paritions, j’ai pratiqué dés la première seconde.

    L’approche c’est pareil sauf qu’il y a la peur en plus, une forme d’égo ou je ne sais quoi. Arretons avec ces conneries et ajoutons une nouvelle compétence à notre arsenal.

    Ton blog est une révélation pour moi.

    Un mot: Merci.

    Jeremy.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.