Accueil 5 Conseil sexe 5 Pourquoi et comment se protéger contre les MST et IST ?
Sexe se protéger contre IST MST relation sexuelle protection préservatif

Pourquoi et comment se protéger contre les MST et IST ?



Au moins pour cette fois, j’ai envie d’évoquer un sujet un poil plus sérieux que d’habitude.

Si vous appliquez mes conseils avec brio depuis un certain temps, votre vie sexuelle est sans doute plus active qu’auparavant.

C’est tout le mal que je vous souhaite.

Mais vous n’êtes pas sans savoir qu’avec l’augmentation du nombre de partenaires sexuels, les risques d’une infection ou maladie sexuelle s’accroissent eux aussi.

Bien sûr, ces risques sont plus ou moins élevés en fonction d’une conjonction de facteurs.

Par exemple, celui qui chasse de la party girl débauchée s’exposera davantage que celui qui aborde de jeunes étudiantes/actives avec une vie banale… Du moins en théorie.

Mais quoi qu’il en soit, si vous avez des rapports sexuels réguliers, les chances que vous tombiez un jour sur une fille porteuse d’une IST/MST sont élevées.

En tant que « player », vous devez prendre les précautions nécessaires, et cela même si vous triez vos partenaires sur le volet.

Ne faites JAMAIS confiance aux femme

Tout d’abord, ne faites pas la bêtise de croire que, parce qu’une fille paraît sérieuse, elle est forcément clean

Toutes les filles peuvent potentiellement être infectées, pas seulement celles plus dévergondées que les autres.

Je ne dis pas cela parce que je suis un affreux misogyne notoire ; je ne suis pas le genre à faire des allégations sur des préjugés idiots.

Je le dis pour des raisons que j’estime tout à fait valables…

Premièrement : il est TRÈS facile de coucher avec une fille sans préservatif !…

Quelle que soit la fille.

Aucune n’aime le préservatif, tout comme nous.

Et, dans l’excitation du moment, la plupart n’exigeront pas que vous en portiez un ; ou alors, elles céderont facilement si vous insistez pour ne pas en porter.

C’est un constat que vous pouvez faire par vous-même.

La prochaine fois que vous êtes sur le point de coucher avec une fille pour la première fois, faites comme si vous vouliez la pénétrer sans préservatif.

Vous verrez…

  • Environ une fois sur trois, la fille ne va absolument rien dire et vous laisser faire !
  • Une autre fois sur trois, elle va protester légèrement, mais vous laisser faire quand même, sans opposer aucune résistance physique.

Autrement dit, au moins 2 fois sur 3 (et probablement plus encore !), si un mec a envie de coucher avec une fille sans préservatif, il le fera sans trop de difficulté.

C’en est presque flippant !

Avec tout le respect que j’ai pour le sexe opposé, on ne peut JAMAIS être sûr que le mec qui est passé avant n’était pas quelque peu « allergique au latex. »

Deuxièmement : même celles plus précautionneuses n’exigent plus de protection après quelques rapports sexuels seulement.

Si vous couchez avec une fille à quelques reprises et qu’ensuite vous n’avez aucun préservatif sur vous, ou ne voulez pas en mettre (peu importe la raison), le plus souvent elle sera d’accord pour un rapport sexuel non protégé.

Quelques-unes diront peut-être non la première fois, la seconde fois, voire la troisième fois.

Mais ensuite, elles auront l’impression que ce n’est plus indispensable (beaucoup d’hommes raisonnent de cette façon aussi.)

Et ne faites pas l’erreur de croire qu’avec vous c’est différent.

Vous n’êtes pas spécial.

Si elle est prête à le faire avec vous, elle a pu le faire avec d’autres – probablement même qu’elle l’a déjà fait.

Troisièmement : même en admettant qu’elle ait pris ses précautions avec son ex-copain, en passant un test de dépistage avant de retirer le préservatif, etc., qui peut garantir que celui-là n’est pas allé voir ailleurs après ?

Un tas de couples se transmettent des IST de cette manière.

Si un mec trompe sa copine, il préféra presque toujours prendre le risque de lui refiler quelque chose, plutôt que de se griller auprès d’elle.

Et, dans ce domaine, les hommes ne sont pas plus fiables que les femmes.

Quatrièmement : beaucoup d’infections ou maladies peuvent (1) être asymptomatiques pour certains, et pas pour d’autres, ou (2) ont une période d’incubation assez longue.

Il peut arriver qu’une personne découvre qu’il a une IST ou MST dès mois, voire des années après avoir été infectée.

En d’autres termes, une bonne partie des filles infectées l’ignore complètement.

Elles n’auront pas conscience qu’elles peuvent vous contaminer ; et, comble du comble, elles peuvent vous accuser de la lui avoir transmise !

Tout cela donne assez de raison d’être vigilant.

Le préservatif

Pour les premières fois au moins, utilisez TOUJOURS un préservatif.

  • Peu importe à quel point ça atténue le plaisir.
  • Peu importe à quel point c’est difficile de bander avec.
  • Peu importe à quel point la fille paraît digne de confiance.

Et même si elle vous dit qu’elle est vierge, portez-en un quand même !

Respectez la règle à 100%.

Sinon très vites l’exception deviendra la règle.

Si vous dites « tant pis pour cette fois » à une reprise, vous serez amené à vous dire la même chose 2 fois, 3 fois, 10 fois, etc., jusqu’à l’accident.

Donc, notez cette règle comme absolument non dérogative : toujours porter un préservatif les quelques premières fois.  

Puis, afin de ne pas s’exposer à la tentation, ayez toujours une abondance de préservatifs.

Chez vous ; sur vous.

Conservez-les au frais, dans un endroit sec, et assurez-vous que la date de péremption ne soit pas dépassée.
 

Cela diminuera aussi les risques d’accident.

Je vous recommande également d’avoir des préservatifs sans latex.

Certaines femmes peuvent vous dire qu’elles sont allergiques.

Si tous vos préservatifs sont en latex, elle peut refuser de les utiliser.

C’est assez rare, mais ça peut arriver.

Et probablement que, sous l’effet de l’excitation, vous préférez prendre un risque plutôt que de renoncer à coucher avec elle.

Le problème c’est que ne serait probablement pas le seul à faire cela avec cette fille…

Alors ayez des capotes sans latex.

Ainsi, si elle vous dit qu’elle n’apprécie pas le latex, prenez celles-là.

Et si elle vous répond que ce sont en fait les préservatifs qu’elle n’aime pas, c’est une raison supplémentaire pour en utiliser un !

Des problèmes pour bander avec un préservatif ?

La principale raison pour laquelle tant d’hommes préfèrent prendre des risques plutôt que de porter une capote n’est pas parce que ça diminue le plaisir… mais à cause de la performance !

Le préservatif peut réduire l’érection, voire la faire perdre.

Et entre « l’avoir molle » avec ou l’avoir dur sans, le choix est vite fait.

Sauf qu’il faut la porter quand même !

J’ai écrit un article sur le sujet.

Il y a un tas de choses que vous pouvez faire pour améliorer votre érection.

  • Abstinence à la masturbation et au porno ;
  • Acquérir de la confiance sexuelle ;
  • Avoir une hygiène de vie irréprochable (ou au moins plutôt bonne), ainsi qu’une diète qui favorise la testostérone (je vous recommande mon livre Viril & Charmant à cet effet.)
  • Utiliser des compléments alimentaires : le Yohimbine par exemple, donne une putain de gaule ! En plus, c’est un complément d’origine naturelle, donc sans ordonnance ni d’effets secondaires importants comme pour le Viagra ou le Cialis.

Aussi, assurez-vous de faire le bon choix de capote.

Parfois, une capote peut vous empêcher d’avoir une bonne érection, tantôt parce qu’elle n’est pas à la taille adéquate, tantôt à cause d’un taux de benzocaïne trop élevé.

Quand peut-on coucher avec fille sans préservatif ?

Maintenant, voyons dans quel contexte on peut (enfin) retirer le préservatif pour coucher avec une fille…

Y’a, selon moi, 2 règles à respecter :

  1. Faire un test de dépistage.

C’est la seule manière d’être sûr de pouvoir retirer le préservatif sans aucun risque.

Faire le test vous permettra de mieux profiter du sexe en sachant que ni vous ni votre partenaire n’avez d’IST ou MST.

Et, de manière générale, si vous avez l’habitude de papillonner en plurirelation, vous devriez vous habituer à faire des tests régulièrement — comme une à deux fois par an.

Vous pouvez passer par votre médecin traitant, pour qu’il vous prescrive une ordonnance avant d’aller en labo.

C’est remboursé par la sécu à 70% (si vous vivez en France), et le reste est en général couvert par votre mutuel.

Vous pouvez aussi aller dans un centre anonyme.

Dans ce second cas, il faut parfois attendre un moment avant d’obtenir un rendez-vous et/ou les résultats des analyses, mais c’est totalement gratuit.

Du reste, le test en soi est très rapide.

  1. Vous vous rendez dans le labo, idéalement sans avoir uriné depuis au moins 2 heures.
  2. On vous donne un flacon à remplir.
  3. On vous fait une prise de sang.

Le tour est joué !

Il y en a à peine pour 15-20 minutes.

  1. Se mettre d’accord sur un moyen de contraception

Enfin, vous devriez aussi vous mettre d’accord sur un moyen de contraception.

Vous avez envie d’être papa par accident !…

La pilule est généralement la solution qui s’impose d’elle-même, mais, MAIS :

  1. Elle n’est pas 100% fiable – les médicaments ne sont pas une science exacte, il suffit qu’une personne soit du mauvais groupe sanguin, ait un régime alimentaire particulier ou autre, pour que les effets escomptés ne se produisent pas.
  2. Elle flingue l’équilibre hormonal de votre partenaire — ce qui peut avoir des répercussions sur sa santé et son humeur.

La contraception est un bien vaste sujet, qui mériterait sans doute un article entier, donc je ne vais pas trop rentrer dans les détails.

Sachez juste qu’il existe plusieurs autres possibilités, plus fiables et/ou meilleures pour elle.

À titre individuel, je suis partisan de la bonne vieille méthode de se retirer avant.

Je ne suis pas médecin, mais d’après ma compréhension, il n’y a pas de sperme dans le liquide préséminal — qu’on confond avec le liquide séminal, d’où un tas d’idées reçues à ce sujet —, sauf si des spermatozoïdes d’une précédente éjaculation sont restés bloqués dans l’urètre.

Dans ce cas, ils peuvent être transportés par le liquide.

Pour éviter cela, il suffit de bien uriner après chaque rapport.

L’urine ayant pour fonction d’éjecter le sperme et les germes qui sont restés ; voilà pourquoi on a souvent envie d’aller aux toilettes après.

Cependant, je vous recommande UNIQUEMENT de bien vous renseigner sur le sujet d’abord !

Pas de faire « tout comme moi… »

Parce que vous pourriez :

  1. Mésinterpréter mes propos.
  2. Manquer de contrôle ou mal connaître votre corps (et risquer de faire une boulette.)
  3. Ne pas être rassuré par cette méthode et préférer d’autres moyens médicaux — implant contraceptif (Neplanon), dispositif intra-utérin, etc.

Sachez qu’il existe aussi plusieurs jours dans le mois où une femme ne peut pas tomber enceinte.

Mais là pour vous décrire les raisons exactes et comment déterminer ces jours, cela demanderait un autre article entier.

En attendant, prenez soin de vous, et de votre santé 😉

Questions ? Remarques ? Suggestions ? Laissez un commentaire ci-dessous. Si cet article vous a plu, faites un petit tour dans Ma Librairie, vous y trouverai tous mes livres numériques. Je propose aussi des coachings individuels et des consultations par téléphone. N’hésitez pas à Me Contacter si vous avez des questions.

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 250 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

10 plusieurs commentaires

  1. Chrys tu à pas parlé des fellations et des cuni sont ou avec protection.

  2. Il existe également des IST comme le HPV qui sont extremement contagieuses. Le preservatif est peu efficace face à ce virus.
    C’est l’infection la plus repandue avec les chlamydaes.
    Les traitements sont longs et fastidieux, avec de nombreuses recidivives.
    Une vraie galère!
    Pour info:http://dermato-info.fr/article/Les_condylomes

  3. Au niveau du sexe oral, y’a peu de souci à se faire. Les chances sont vraiment minuscules : il faudrait que la bactérie ou virus puisse aller jusqu’au système sanguin, ce qui nécessite (1) une coupure, un aphte, ou quelque chose du genre, et (2) qu’elle parvienne à survivre dans la salive – qui est un antiseptique naturel. Eviter de « lécher » les garages à bite (excusez l’expression) peut quand même être préférable.

    Pour le papillomavirus, c’est un peu plus préoccupant, parce que c’est une IST qui s’attrape par le contact de la peau (tout comme l’herpès). Ca signifie que même avec une capote on peut en attraper. Pour ça, la seule chose qu’un puisse faire, c’est éviter les filles « suspectes » (prostituées, nypho, droguées, etc.). Ca n’annule pas les risques, mais ça les réduit.

  4. Excellent article Chrys et très important.
    Perso, j’opte pour le préservatif féminin, il est sans latex, pas de problème de panne aussi. Il est plus facile à mettre, il n’y a pas cette coupure qui gâche la relation sexuelle. Mais il est plus cher.

    • Ouais, le préservatif féminin est une autre alternative intéressante. Par contre, il faut un petit temps d’adaptation. Ça fait un peu bizarre les premières fois !… Mais c’est au moins à tester.

  5. Salut chrys j’ai es que tu a remarqué que les femmes sont plus passif quand l’homme fait le premier pas en l’abordent alors que quand la rencontre est provoqué par elle ou le hasard elle le sont moins .c’est peut’etre pas clair ce que je veux dire et j’ai aussi remarque que les femmes ne mate pas les hommes en tout cas beaucoup moins c’est pour ça que les hommes ne se sent pas beaucoup valoriser par les femmes ils suffi de voir le nombre d’hommes qui se retourne quand une belle femme rentre dans une pièce et quand c’est l’inverse aucune femme ne se retourne. c’est l’un de mais amis qui me l’affait remarqué.

    • Oui. La validation et l’affection féminine s’obtiennent moins facilement. Pour obtenir de l’amour (au sens large) quand on est un homme, c’est plus difficile. Les hommes en distribuent facilement aux femmes, les femmes s’en distribuent facilement entre elles, mais les hommes très, très peu entre eux, et les femmes en donnent aux hommes uniquement dans des contextes sépcifiques (relation, les quelques heures après le sexe.)

  6. Je voulais aussi te dire merci depuis je lis t’ai article j’ai abordé si j’ai bien conte 15 je vie dans un petit pays donc très difficile de rencontrer des filles la j’ai plus peurs d’abord l’article ou tu dis que les hommes sincères et sur d’eux aborde directement ma fait un électrochoc mais j’ai toujours peur d’escalade physiquement . encore merci j’espère un jour te rencontrer.

  7. En Guyane française je pense pas que tu connais c’est département outré mer

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*