Accueil 5 Apprendre à draguer 5 Revoir une femme : les mythes VS ce qui solidifie VRAIMENT un numéro
revoir une femme fille les femmes filles phone game conseil séduction drague

Revoir une femme : les mythes VS ce qui solidifie VRAIMENT un numéro

Je l’ai dit maintes fois sur mon blog et dans mes bouquins : aucun numéro de téléphone n’est « solide ». Vous pouvez avoir une discussion agréable, ressentir un bon feeling, éprouver une forte tension sexuelle, mais ne jamais revoir la fille.

C’est d’abord parce qu’il n’y a pas de logique : une action X (par exemple : une interaction longue, drôle et excitante) ne donne pas forcément un résultat Y (revoir la fille) — contrairement à ce que font croire beaucoup de « gourous » du Game.

C’est aussi parce qu’on a tendance à confondre l’impression que la rencontre nous laisse, avec celle qu’elle laisse aux filles. Vous pouvez ressentir un très bon « feeling » après la rencontre sans que ce soit la même chose dans l’autre sens.

  • Si elle ressemble à la femme de vos rêves, alors que vous n’êtes que peu attirant pour elle…
  • Si vous êtes needy et recherchez éperdument une copine, alors qu’elle est détachée du résultat…
  • Etc., etc.

… L’interaction pourra être agréable de part et d’autre, mais elle ne laissera pas du tout le même impact émotionnel a postériori.

Vous ne pouvez absolument pas deviner si la rencontre lui laissera une bonne impression. Vous pouvez seulement faire le boulot pour optimiser les chances !

Peut-être qu’elle vous aura oublié dans une demi-heure ?… Mais l’euphorie du résultat et la subjectivité empêchent d’y voir clair et, quand la fille ne répond pas, vous tombez des nues et vous vous demandez pourquoi.

Temps et phases imaginaires

Il y a 2 idées reçues concernant la solidité du numéro.

  • « Le temps solidifie le numéro »

À mes débuts, j’ai appris comme tout le monde que le temps était censé augmenter ses chances de revoir une femme. Que rester le plus longtemps possible à discuter avec une fille était une bonne chose, et que partir après une poignée de minutes seulement en était une mauvaise.

Cela est tout à fait faux. Il suffit d’un peu de pratique pour s’en apercevoir. Vous pouvez converser 3 minutes, 10 minutes ou 2 heures, cela n’influe pas sur le résultat. Le temps passé n’est pas gage de solidité. Je dirai même plus : investir plus de 5 minutes sans escalader (à savoir : demander le numéro ou proposer l’instant-date) est généralement une perte de temps !

Plus vous restez et moins vous devenez intéressant — la qualité de l’interaction a tendance à faner après les quelques premières minutes. Et puis, si la fille est prête à continuer : pourquoi rester sur ce foutu trottoir à bavasser !?

Allez dans un café, sur un banc, dans un coin d’ombre, peu importe ! Mais bougez dans un endroit plus propice à la séduction. Là, vous aurez peut-être des chances de « solidifier » le numéro, en allant au-delà de la conversation cordiale sur le lieu de rencontre.

  • Les phases imaginaires…

Un jour, c’était à peu près un an après mes débuts, j’ai rencontré 2 dragueurs de la communauté — expérimentés… en théorie.

J’avais abordé et pris un numéro sous leurs yeux, et, en revenant, ils m’ont fait remarquer tous deux que, je les cite : « Je n’avais pas fait suffisamment d’attract et de confort », parce que la fille est restée légèrement sur la défensive ; que, donc, mon numéro n’était pas solide.

En fait, il s’avère qu’elle était intéressée. Elle avait simplement été peu expressive. Je n’ai pas conclu avec elle (de ma faute : je n’ai pas escaladé quand il fallait…), mais je l’ai revue, facilement en plus !

C’est la première anecdote qui me vient en tête, mais j’ai rencardé beaucoup d’autres filles sans les avoir quittées à moitié pliées de rire, ou avec un large sourire aux lèvres. Ça en dit long sur leur théorie…

En réalité :

  1. Une fille peut-être très intéressée mais peu expressive, ou très expressive mais pas intéressée ! À vrai dire, les filles les plus attirées sont souvent celles qui se sentent les plus intimidées par nous — donc, elles restent réservées.
  1. Le « confort » est un concept à rayer de son vocabulaire ! Si vous voulez tomber dans la friendzone, faites du « confort » — mettez les filles aussi à l’aise que possible. Aucun problème. Mais si vous voulez baiser, assurez-vous qu’elle ne soit jamais trop à l’aise, ou jamais trop longtemps. L’interaction doit être à la fois assez confortable, mais aussi assez inconfortable.

Votre impression ne compte pas… La SIENNE si !

Il y a, bien entendu, des facteurs qui augmentent vos chances…

J’ai écrit que votre impression à la fin de la rencontre n’avait pas d’importance. Et, en effet, elle n’en a pas la moindre ! Quand vous dites « wow j’ai eu un super feeling avec cette nana, je vais la revoir à coup sûr ! » ce n’est ni plus ni moins que de la masturbation mentale.

Cependant, celle de la fille l’est, et si son impression « post-rencontre » est mauvaise, vous n’avez aucune chance (ou très, très peu) de la revoir !

C’est pourquoi je recommande de :

  • Ne pas « baratiner » pendant la conversation ;
  • Ne pas être « sexuel » (juste « sexué ») : pas de kino osé, pas de Kissclose ni de tentative (du moins sur le lieu de la rencontre) ;
  • Ne pas se rapprocher brutalement pendant l’interaction (d’où l’intérêt d’être prêt dès le début) ;
  • Amener le numéro le plus subtilement possible, pour qu’elle ait l’impression que l’échange a été mutuel.

Faire les erreurs ci-dessus peut sembler anodin, aussi bien pour vous que pour la fille – sur l’instant… En fait, elles peuvent même les apprécier ! Vos logorrhées peuvent la faire ricaner, elle peut trouver votre présence très excitante, elle peut se sentir attirée quand vous lui demandez son numéro avec autorité…

Mais, si vous connaissez les femmes et leur psychologie, vous devriez arriver à comprendre qu’a posteriori, leur impression peut changer. Vous étiez le mec amusant ou sexy sur l’instant ; quelques heures plus tard, l’excitation redescendue, elle a refait le film de la rencontre plusieurs fois et vous n’êtes plus qu’un queutard sidatique qui fait son numéro de charme à toutes les autres.

En règle générale, sauf si vous optez pour l’instant-date, une impression agréable et sobre est préférable. Remémorez-vous les pick-up qui ont abouti à un rendez-vous : vous vous apercevrez que la plupart étaient dans ce registre.

Le temps ne compte pas pour revoir une femme… mais l’escalade si !

Le temps investi n’est pas gage de solidité. Que vous passiez 3 minutes à discuter sur un trottoir, ou 30… ça ne changera rien en soi. Vous restez un inconnu, un mec qu’elle a rencontré dans la rue. Son envie de vous répondre sera proportionnelle de l’impression post-rencontre qu’elle gardera, pas au nombre de minutes passées avec vous.

Cependant, il y a des facteurs qui augmentent les chances de solidifier (plus ou moins) le numéro.

  • Se déplacer.

Peut-être parce qu’interagir dans plusieurs contextes différents ajoute l’impression de connaître davantage une personne (?), il s’avère que lorsque vous vous déplacez du lieu de rencontre pour aller autre part (dans un magasin par exemple), vous avez plus de chance de la revoir !

Mais attention : il faut l’accompagner, ou mieux encore : la faire vous accompagner, jamais la suivre ! Vous saisissez la différence ?

Faites preuve de calibration. Si vous abordez une fille et qu’elle vous dit qu’elle doit aller à un magasin un peu plus loin, voyez si elle semble pressée, apprécie votre approche, etc. Si les signaux sont au vert, proposez-lui de l’accompagner un instant. Sinon, utilisez ce prétexte pour amener le numclose.

Encore mieux : si c’est vous qui vous rendez quelque part (pour faire quelques emplettes ou autre), suggérez-lui de vous accompagner rapidement à l’intérieur du magasin après avoir discuté brièvement — et si elle semble prête à accepter bien évidemment.

On peut qualifier cela de « micro-escalade » facultative.

  • Le rendez-vous instantané (=instant-date)

J’ai quelques réserves à propos de l’instant-date. Beaucoup pensent qu’elle solidifie le numéro… Moi, je pense que c’est à double tranchant !

Accompagner (ou se faire accompagner) une fille dans un magasin n’engage à rien. Vous pouvez rester 2 minutes avec elle, prendre le numéro, et partir. Quand vous proposez ou acceptez une instant-date, le plus souvent vous signez pour rester plusieurs dizaines de minutes. Et, si après au bout de celles-ci vous êtes resté au même stade (celui de la conversation), il y a des chances que l’excitation du début ait fané, et que vous repartiez sur une (beaucoup) moins bonne impression que celle sur laquelle vous auriez pu rester en partant après quelques minutes seulement. Au lieu d’augmenter vos chances, vous pouvez les ruiner.

Pour moi, un rendez-vous instantané doit être appréhendée comme un premier rendez-vous, pas comme une sorte de « phase intermédiaire » dans laquelle vous vous cloisonnez à une discussion.

Si vous proposez l’instant-date, c’est pour escalader ! Allez aussi loin que possible ! Point.

Si vous faites une instant date d’une demi-heure, et qu’il ne se passe rien d’autre qu’une discussion banale, la plupart du temps vous avez MOINS de chances de revoir une femme qu’en la quittant après 3 minutes de conversation.

Par contre, si vous réduisez la distance, installez de la tension, …, alors là, en effet, vous pouvez démultiplier vos chances. Et si, une chose en entraînant une autre, vous l’isolez chez vous (ou ailleurs) et couchez avec, vous les démultipliez encore.

Bien sûr, il n’y a rien de garanti. Mais, si ma mémoire est bonne, j’ai revu toutes les filles avec qui j’ai couché suite à un rendez-vous instantané (sauf une, mais c’était une touriste…).  Et j’ai revu la plupart de celles que j’ai embrassées.

En dehors de cela :

  • Quand l’instant-date se passe très bien, mais sans escalade physique, ça a le même effet que de se déplacer ailleurs :  cela augmente légèrement les chances.
  • Quand elle est moyenne, ça les réduit, et vous avez (peut-être) perdu une occasion et (sans doute) plusieurs dizaines de minutes. Du temps que vous auriez pu investir pour rencontrer/numcloser d’autres filles.

Vous avez apprécié cet article ? Génial ! Vous pouvez aller encore plus loin :

  1. Vous pouvez Laisser un pourboire à Chrys pour financer le développement de son blog et ses futurs projets. Toute somme est bienvenue : de 1 centime à 1 million d'euros.
  2. Si vous voulez découvrir les meilleurs conseils de Chrys, allez consulter ses excellents guides.
  3. Si vous voulez des conseils honnêtes et améliorer votre réussite rapidement, Chrys est disponible par consultation téléphonique et dispense des coachings individuels.

À propos Chrys

Je suis l’auteur de autour de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

13 plusieurs commentaires

  1. Salut Chrys !

    « Un jour, c’était à peu près un an après mes débuts, j’ai rencontré 2 dragueurs de la communauté — expérimentés… en théorie.

    J’avais abordé et pris un numéro sous leurs yeux, et, en revenant, ils m’ont fait remarquer tous deux que, je les cite : « Je n’avais fait suffisamment d’attract et de confort » »

    ça n’a pas changé en 2017, ce mythe du temps reste toujours aussi présent chez certains coach

    Pour les flakes j’ai toujours pensé que c’était quasi inesquivable peu importe ce qu’on fait , je suis ravi d’apprendre qu’il y a quelque petites astuces qui permettent d’augmenter les chances de réponses ,hors rendez vous instantané

    Très bon article : )

  2. Salut chrys !

    Très bon article et content que tu en ecrives pas mal en ce moment , c est un plaisir de les lire , même si malheureusement les femmes sont toujours indifférentes. ..le tel en lui même est presque devenu un mythe…de croire que parceque on a les numéros on a gagner le gros lot…en général arracher ces coordonnées relèvent de l exploit…et en plus arriver à convaincre la personne a se revoir est une performance. …c est plutôt silence radio…ou le minimum syndical. …et comme tu dis l impression que l on semble laisser peut être totalement erronée…d ou la difficulté de savoir ce qui pourrait bien séduire…

    • Très bon article et content que tu en ecrives pas mal en ce moment

      Merci, je vais essayer d’écrire un article par jour ou presque (en dépit du fait que cela me coûte plus que ça ne me rapporte pour le moment.)

      J’espère qu’en lisant quotidiennement mon blog, ça aidera des types à penser différemment (mieux), se sentir inspirer et augmenter leur « caisse à outils » en trouvant des conseils utiles et pratiques. Et, en toute honnêteté, j’espère aussi que ça me permettra d’augmenter un peu mon trafic et vendre plus de bouquins 🙂

  3. Bonjour Chrys.
    Pour la première fois , mon commentaire ne sera pas sur l’article, mais sur le bouquin.
    Je pense humblement que ce n’est pas une bonne idée. la caractéristique de ton blog , c’est la profondeur des articles que tu rédiges. c’est ce qui fait que des habitués comme moi finissent toujours par revenir jeter un coup d’oeil de façon réguliere, ( semaine etc). Je pense que rédiger des articles courts, pratiques mais peu profond, te prendra déjà plus d’énergie mentale, mais plus de temps aussi et moins de prospect car la réputation du blog sera en jeu. des articles longs car profonds , mais espacés seraient mieux autant pour toi que pour nous …..Cela nous amène donc directement à la question de sujets d’articles profonds: voici une liste non encore abordée je pense: 1/l’importance de se rappeler qu’on approche pour coucher avec des femmes, pas pour des numeros ou des dates 2/ comment les autres types de drague peuvent améliorer nos résultats en day pick up (ex: online améliore le sms et night améliore la voix et la vitesse, bar améliore la résistance à la pression sociale etc) . chacun de ces environnements fait travailler un aspect important utilsé en day pick up mais de façon plus rapide 3/ des périodes à vide de plusieurs mois qu’on peut connaitre 4/ comment mettre un terme à une relation en évitant la casse des deux cotés car la plupart des drageurs ont toujours ca en commun d’avoir eu pour déclic une rupture difficile 5/ le regard d’une fille sur la drague de rue (oui , article d’une fille draguée ) 6: focus sur l’approche de groupe (en video :)) …. pour le trafic je pense qu’il serait plus synthétique pour toi, plus challengeant et plus lucratif d’organiser un webinar .. tu toucherais plus de monde et pas seulement des habitués et en plus ca te sortirait de ta zone e confiance avec les articles rédigés…

    • J’entends ton point de vue, je ne suis pas d’accord avec.

      Je pense que rédiger des articles courts, pratiques mais peu profond, te prendra déjà plus d’énergie mentale, mais plus de temps aussi et moins de prospect car la réputation du blog sera en jeu. des articles longs car profonds , mais espacés seraient mieux autant pour toi que pour nous …

      Déjà, un article court peut tout à fait être profond. Et puis, est-ce que tous les articles écrits ces derniers jours manquaient de profondeur ? C’est bien d’allier la pratique et la profondeur : et n’est-ce pas ce qui fait la force du blog, justement ?

      D’ailleurs, la plupart de mes articles ne sont pas beaucoup plus courts. Le précédent article fait 1800 mots… Et, contrairement à ce qu’on pense (1) j’écris de toute façon au moins 2000 mots par jour. Si ce n’est pas sur drague academy, c’est pour un autre blog ou un projet perso. Et contrairement à ce qu’on peut croire, l’écrire est très similaire à l’approche : plus on écrit régulièrement, plus on écrit facilement et bien.

      Ensuite, admettons que j’écrive un article de 2500-3000 mots 1 fois par semaine, profond, mais sur un sujet qui n’intéresse qu’une petite portion des lecteurs (disons les relations libres), puis un autre la semaine d’après un article sur la drague de rue, puis un autre sur les perceptions, puis sur le sexe, puis sur le phone game – certains vont devoir attendre 3 semaines, voire 1 mois pour trouver un article qui les intéresse (ce qui signifie cessé de revenir le plus souvent, pour aller régulièrement consulter des sites plus « nichés » qui traite de leur problématique plus souvent – même s’il le fait beaucoup moins bien). Si j’écris des articles divers et variés tous les jours ou presque, toutes les semaines maximum, n’importe qui y trouve son compte.

      Enfin, pour le référencement, c’est très important : plus y a d’article et mieux c’est. À moins d’être un grand expert en SEO, et d’écrire pour l’algorithme google.

      Et un webinar ne sert à rien pour le trafic. C’est utile pour vendre formation à plusieurs centaines d’euros à la fin ! À moins de poster l’enregistrement sur Youtube (ce qui, là encore, demande de mettre du contenu régulier pour être visible).

      Bref, on verra bien si le blog y perdra son âme…ou pas.

  4. Salut Chris,

    Merci pour cet article qui est très intéressant…

    Je me posais une question que tu vas peut être trouver inutile ;

    Es-tu d’accord avec l’affirmation suivante: « la fille est en générale dans l’abondance niveau mec et l’homme pas »?

    Je me dis qu’arithmétiquement ce n’est pas possible que la femme soit en surabondance sur l’homme puisque pour former un couple/intéraction/relation …..Il faut un homme et une femme…Et donc sil y a abondance du coté de la femme dans ses relations il y a aussi du coté homme qu’en penses tu?

    Bien à toi,

    • Je me dis qu’arithmétiquement ce n’est pas possible que la femme soit en surabondance sur l’homme puisque pour former un couple/intéraction/relation …..Il faut un homme et une femme…Et donc sil y a abondance du coté de la femme dans ses relations il y a aussi du coté homme qu’en penses tu?

      Ce n’est pas tout à fait juste, parce qu’une fille qui se fait draguer par 10 mecs différents ressentira l’abondance, tandis que le mec qui drague 10 femmes différentes… Pas toujours.

      Cela dit, la plupart des jolies femmes sont en abondance de « prétendant », mais ça ne signifie pas qu’elles soient en abondance au niveau de la qualité des prétendants. Une jeune femme de 19 ans qui se fait draguer par 10 mecs de son âge à moitié immatures pourra se sentir en manque d’opportunité de qualité, tout comme un homme qui couche avec plusieurs 6 pourrait avoir tendance à ressentir un manque de belles femmes quand même.

  5. Je crois que ce qui se passe pour le domaine de la séduction , c est que le domaine s est beaucoup ‘ marketise ‘ les confrères de chris donnent des conférences ou font payer à des prix exorbitants des services qui finalement ne donneront que peu de résultats. ..ou alors au prix d efforts surhumains. ..le site de chrys est facile d accès. ..il est pertinent dans ses analyses , n utilise pas la langue de bois. ….ne promet pas monts et merveilles. ..et touche un public restreint….c est une certaine simplicité qui fait sa force aussi. ..

  6. Pour résumé l’article: si on plait à la fille elle voudra nous revoir si on lui plait pas c mort…

    Par contre je n’aime pas les filles hypocrites qui font genre d’être intéressé pour ce revoir alors quand faites on ne la reverra plus jamais…

    Voilà pourquoi on vois de plus en plus de mecs essayer de KC ou même FC les femmes lors de la rencontre, car il y a une lassitude générale de voir qu’un NC ne donne rien…

    Je suis moi même dans cette hésitation mentale quand j’aborde en SPU:

    -Je tente de mettre tension sexuelle pour la KC

    Ou alors

    -Je vise le numéro en sachant que cela risque de ne rien donner

  7. @Chris, quand tu prend un numéro en SPU, tu ne flirt pas ? Tu ne fait pas apparaitre la tension sexuelle ?

    Si il y a trop attirance lors de la rencontre sa annonce mal pour revoir la fille ?

    J’ai l’impression que trop être sexuelle est mal vue, et que si on ne l’embrasse pas alors qu’il y a attirance pendant la rencontre la fille ne donnera pas suite.

    • @Chris, quand tu prend un numéro en SPU, tu ne flirt pas ? Tu ne fait pas apparaitre la tension sexuelle ?

      Si, mais très sobrement, en assumant mon intérêt (j’explique dans mon livre sur la drague de rue). Et je ne « force » pas la tension sexuelle ; en général elle vient naturellement, du fait d’être direct dans ses intension, sexué, en initiant la proximité et les EC. Et qu’elle soit forte ou légère ne change pas grand chose à l’issue de la rencontre.

      Si il y a trop attirance lors de la rencontre sa annonce mal pour revoir la fille ?

      Non.
      Mais utiliser comme l’effet de la TS est éphémère, si tu l’embrasses ou va loin très vite lors de la rencontre, et sur le lieu du pick-up, la fille a tendance à rationaliser à posteriori, et refuser de te revoir ensuite. En partie parce qu’elle le regrette.

      Non.

      • Justement il y avait la tension sexuelle et je me suis retenu de l’embrasser pour viser le numéro.

        J’ai envoyé deux sms et j’ai jamais eu de réponse..

        Ou c’était un faux numéro (et j’ai été pris pour un con) ou elle est repassé en mode logique et la fille n’assume pas d’avoir été aborder dans la rue (un classique) et donc à eu peur de l’attirance pour un inconnu…

        Voilà pourquoi je pense que finir le travail à la rencontre est peut être mieux, car faire une approche sympa avec connexion et attirance pour ensuite ne pas la revoir c nul.

        Maintenant j’ai le recul suffisant et je suis détaché du résultat, mais il y a encore 1 an j’aurais été dégoûté pendant des jours.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.