image qui illustre l'article comment devenir un bon séducteur

Comment devenir un bon séducteur

Je sais : il y a déjà mille et un articles sur le net qui promettent de vous expliquer comment devenir un bon séducteur…

Sans doute avez-vous déjà lu plusieurs d’entre eux.

  • Certains vous ont expliqué quels comportements adopter auprès des femmes pour devenir séduisant ;
  • D’autres vous ont donné les principaux conseils et techniques de séduction en vogue.

Et ça vous a peut-être aidé à devenir un peu meilleur en séduction, mais pas davantage…

Alors il est possible que vous vous demandiez ce que j’ai de différent à vous proposer ? 

Ça tombe bien : proposer du contenu différent, c’est justement ma spécialité !

Voyez, mon blog est un peu tapi dans l’ombre de certains autres…

Je ne m’en plains pas. Je n’ai jamais eu pour ambition de toucher un maximum de monde. Prodiguer des conseils basiques – et souvent bidons – à la masse, ça ne me fait pas bander. Mais alors pas du tout !

Du coup lorsqu’un nouveau lecteur atterrit sur mon blog, je sais que pour l’accrocher je ne peux pas me permettre de lui expliquer plus ou moins la même chose que ce qu’il a déjà lu maintes fois ailleurs, sur des blogs de séduction qui, bien que différents, relayent à peu près les mêmes conseils !

Il faut que je lui propose autre chose : un contenu plus original, pratique, sincère, de meilleure qualité. 

Dans cet article, je vais rester sur cette même ligne.

Je vais vous expliquer comment vous pouvez devenir un bon séducteur, mais avec une approche différente de celle qu’on trouve ailleurs ; peut-être celle qui vous manquait pour vraiment progresser…

Je ne vais donc pas vous donner de conseils « techniques » du type : fais ceci, dis cela, etc.

Des conseils pour avoir un meilleur jeu de séduction, j’en ai déjà donné une pléthore. Et je fais preuve d’euphémisme en disant cela !!

Suffit de fouiller un peu dans les 10 années d’archives de Drague Academy pour les trouver.   

Au lieu de cela, je vais plutôt vous conseiller un processus à suivre pour progresser.

C’est celui que j’ai personnellement suivi pour m’améliorer en drague en journée, mais aussi en drague en ligne, en rendez-vous, et pour bien d’autres choses.

Je le préconise aussi lors de mes coachings.

Et le gros avantage, c’est qu’il est TRÈS simple à appliquer, étant donné qu’il se résume en 2 phases seulement.

Comment procéder pour devenir un bon séducteur ?   

Ce que je vous conseille très, très fortement de faire si vous voulez atteindre votre plein potentiel en drague/séduction, c’est de suivre les 2 phases suivantes :

  1. Accumuler de la pratique.
  2. Vous perfectionner.

Autrement dit…

Dans un premier temps, votre objectif doit essentiellement être d’accumuler de l’expérience pratique, et ensuite (seulement ensuite) de parfaire vos compétences sociales et de séduction.

Il est ABSOLUMENT primordial de respecter cet ordre !

Et c’est là où le bât blesse…  

La plupart des apprentis séducteurs (appelons-les comme ça) ont naturellement tendance à faire l’inverse, c’est pourquoi ils ne progressent pas, ou trèèès peu.

Progresser, c’est d’abord pratiquer

La plupart des hommes, lorsqu’ils apprennent la séduction, sont hyper perfectionnistes. Ils vont concentrer leur attention sur chaque petit détail du processus.

Quand j’ai commencé à fréquenter des membres de la communauté de la séduction – c’était au milieu des années 2000 – j’ai même rencontré quelques types qui se prenaient la tête pour savoir quel « intruder » ils devaient utiliser ou éviter pour adresser la parole aux filles…

Pour ceux qui l’ignorent, ce que l’on appelle un intruder dans le jargon de la séduction, c’est le premier mot qu’on sort dans sa phrase d’approche. « Salut ! », « Excuse-moi » ou « Bonjour » sont des intruders

Ces mecs-là, donc, se prenaient la tête à se demander s’il valait mieux commencer par « bonjour ! » ou « salut ! »

Et comme cette question (parmi tant d’autres) n’était pas résolue, ils ne se lançaient pas…

C’était comme s’ils avaient besoin de tout savoir avant de passer à la pratique !

Ai-je besoin de préciser qu’aucun d’entre eux n’a jamais vraiment progressé en séduction ?

Je pense même qu’aucun d’entre eux n’a jamais vraiment pratiqué la séduction.

Certes, c’est un exemple extrême ! Mais ça illustre bien le point que je veux souligner…

Quand nous débutons dans un domaine – la séduction ou autre chose –, nous avons tous tendance à nous montrer TROP perfectionnistes : nous voulons avoir les réponses à toutes nos questions, et maîtriser la chose avant même de passer à la pratique.

Et plus passer à la pratique fait peur, pire c’est !

Car ça a évidemment à voir avec la peur du rejet…

Mais voilà le problème : vous pouvez passer 3 mois, 6 mois ou même une année entière à « apprendre » à séduire, ça n’y changera rien : vous n’allez pas devenir un meilleur séducteur. En tout pas sans vous confronter à la pratique.   

Pour progresser, c’est l’inverse qu’il faut faire : vous devez mettre provisoirement votre perfectionnisme de côté pour passer à la pratique !

Tant pis si vous avez la sensation d’y aller à l’arrache. Vous DEVEZ passer à l’action ! 

Il n’y a que comme cela qu’on apprend et qu’on progresse.

Alors, oui, je ne vais pas vous mentir : vous allez vous chier dessus, vous montrer maladroit – voire ridicule – et faire UN TAS d’erreurs !

Mais devinez quoi !? Ç’aurait été exactement pareil si vous aviez passé encore des mois à apprendre théoriquement à aborder !

Parce que tout est difficile avant de devenir facile, et qu’il n’existe ni hack ni solution miracle pour devenir instantanément bon dans quelque chose sans avoir jamais pratiqué.  

C’est cruel, je sais…

Mais la vie n’est pas facile les gars !

C’est à vous de faire les efforts nécessaires pour la rendre plus facile.

Bien sûr, je ne dis pas qu’il s’agit de se lancer à corps perdu dans l’inconnu, sans même prendre la peine d’apprendre quelconques conseils…

Ce que j’essaie de vous faire comprendre, c’est que vous devez accepter l’idée que le plus important au début, c’est la pratiquer. Vous devez mettre le pied à l’étrier rapidement pour progresser, même si vous ne vous sentez pas prêt.

Vous ne vous sentirez JAMAIS prêt de toute façon.

Cela étant dit, n’enterrez pas votre perfectionnisme tout de suite.

Avoir une certaine exigence envers soi-même est important.

La plupart des grands champions par exemple, tout sport confondus, sont/ont été hyper exigeants envers eux-mêmes ! Cristiano Ronaldo, Kobe Bryant ou Mike Tyson sont de bons exemples… Sans leur perfectionnisme, ils n’auraient jamais aussi bien exploité leur potentiel.

Seulement, cela ne devient utile qu’après avoir atteint un certain niveau.

Et malheureusement, c’est justement quand on atteint ce niveau que notre exigence envers nous-mêmes a tendance à s’amoindrir…

Quand la peur du rejet disparaît, elle cesse de stimuler notre perfectionnisme et on devient complaisant !

En bref : Les apprentis séducteurs ont une attitude contraire à celle qu’ils devraient avoir…

  • Ils sont très perfectionnistes quand il est contre-productif de l’être – du coup ils se mettent énormément la pression pour performer et ont des difficultés à acquérir ce dont ils ont le plus besoin : l’expérience pratique !
  • Puis lorsqu’ils atteignent un niveau suffisant pour avoir des résultats corrects, leur désir de devenir de meilleurs séducteurs disparaît, alors que c’est justement à ce moment précis qu’être perfectionniste est nécessaire pour s’améliorer davantage.

La pratique a des limites

Progresser en séduction (comme dans beaucoup d’autres domaines) est d’abord une affaire de pratique.

Mais ce N’EST PAS qu’une affaire de pratique !

La stratégie qui consiste à accumuler autant de pratique que possible est excellente, mais rencontre des limites…

Après un certain temps – généralement une année ou deux de pratique régulière – votre progression sature.

C’est là que devenir perfectionniste devient important !

C’est là que vous devez commencer à être plus attentif aux détails, à chercher à mesurer ce qui marche le mieux, à développer et/ou peaufiner certaines compétences, etc., pour améliorer votre taux de réussite et/ou la qualité des femmes que vous séduisez !

C’est ce que la plupart des mecs ne font pas… Y compris les mecs qui sont très perfectionnistes quand ils débutent !

Ils préfèrent rester dans leur zone de confort. Ils n’ont pas envie de faire les efforts nécessaires pour continuer à progresser.  Ils se contentent des résultats plus ou moins corrects qu’ils obtiennent.   

Continuer à progresser

Il existe une expression anglaise qui dit : « practice makes perfect » (traduction : la pratique rend parfait).

C’est faux.

La pratique rend meilleur ; elle « rode ».

Mais elle ne rend pas nécessairement bon, et encore moins parfait !

De nombreuses études scientifiques qui ont étudié les performances humaines ces dernières décennies sont toutes arrivées à un même constat :

La pratique « naturelle » aide à progresser durant les premiers temps, mais ensuite il vous faut une pratique plus ciblée pour continuer votre progression.

Durant les quelques mois ou années, vous allez progresser en vous exerçant régulièrement.

Ensuite vient un point de rupture où la pratique naturelle ne vous fait plus progresser, peu importe à quelle fréquence et en quelle quantité vous pratiquez.

Pire encore, vous contenter de pratiquer peut même vous faire régresser… 

Tout simplement parce qu’ayant atteint un certain niveau, vous vous reposez sur vos acquis et vous développez de mauvaises habitudes, qui vous rendent moins efficace.

C’est une erreur dont j’ai moi-même été fautif :

  • Ne plus persister quand une fille hésite à me laisser son numéro – alors qu’il fallait plutôt que j’apprenne à mieux persister, sans paraître ni me sentir insistant.
  • Moins m’appliquer lorsque j’aborde, ou pour dégager une présence attirante quand j’interagis avec une fille.   
  • Etc.

Si vous voulez plus d’abondance et/ou avoir la possibilité d’avoir des partenaires de meilleure qualité, ce que vous devez faire c’est identifier tous les points sur lesquels vous avez une bonne marge de progression.

  1. Prenez un quart d’heure de votre temps libre, et essayez de trouver 10 points qui, si vous les améliorez, vous permettront de devenir un meilleur séducteur.
  2. Ensuite priorisez-les : quel est le plus important, celui qui vous apportera le plus bénéfice à travailler ? Puis le second plus important, et ainsi de suite.
  3. Enfin, travaillez ce premier point, jusqu’à ce que vous soyez suffisamment satisfait de votre progression (ne soyez pas trop perfectionniste non plus, vous pourrez éventuellement le retravailler plus tard), puis passez au suivant.

Pour améliorer chacun de ces points, faites de la pratique délibérée.

Par exemple : si vous voulez améliorer votre éloquence pour séduire, focalisez votre attention dessus à chaque fois que vous draguez une fille.

Vous pouvez aussi faire des exercices annexes :

  • Tâcher de mieux vous exprimer de manière générale, dès que vous prenez la parole, peu importe dans quel contexte.
  • Faire régulièrement le test de Stroop (des études ont montré que ça permettait d’améliorer son expression orale).
  • Etc.

Voici quelques exemples de points sur lesquels vous pourriez chercher à progresser :

  • Poser davantage votre voix quand vous interagissez, jusqu’à ce que ça devienne tellement automatique que vous n’avez plus aucun effort conscient à fournir ;
  • Avoir un langage corporel plus confiant et masculin ;
  • Initier plus de proximité et d’EC avec les femmes que vous rencontrez, en paraissant tout à fait naturel ;
  • Trouver une stratégie efficace pour parer un obstacle que vous rencontrez souvent, ou pour escalader plus vite la nature de l’interaction en rendez-vous (ceux qui ont suivi la formation Drague Minialiste savent de quoi je parle).   
  • Mettre en place quelques réformes dans votre phone game pour améliorer votre taux de revoyure ;
  • Etc., etc.

Il y a UN TAS de détails que vous pouvez améliorer. Il y en a toujours !

Moi-même, je pourrais en identifier une dizaine.

Vous pourriez être tenté de vous dire que c’est une prise de tête inutile.  Que, de toute façon, vous pouvez compenser en faisant plus de nombre ou vous contentez de vos résultats actuels.

Soit !

Faites comme vous voulez.

Je suis tout à fait conscient qu’il n’y a pas que les femmes et la séduction dans la vie, et vous pouvez privilégier bien d’autres domaines.

(Cela dit, ce que je viens d’expliquer s’applique aussi à la plupart des domaines).  

Mais sachez une chose toutefois : c’est là qu’un bon séducteur se démarque !   

Tandis que le mec lambda va se contenter de pratiquer, le bon séducteur va s’interroger régulièrement sur les détails qu’il peut améliorer pour devenir meilleur, puis les améliorer un par un. Il ne se repose pas sur ses acquis, qu’il a obtenus grâce à la pratique naturelle.   

En outre, ça peut être aussi un bon « challenge » pour rester motivé : car c’est souvent quand on perd notre perspective de progression que draguer devient blasant !  

Conclusion : voilà comment devenir un bon séducteur !

Si vous pouvez être ce mec qui…

  • Dans un premier temps, s’améliore grâce à une pratique naturelle, sans essayer d’aller plus vite que la musique pour progresser, ni se mettre trop de pression ;
  • Puis, quand il se rend compte qu’il est assez « rodé », continue à faire des efforts pour devenir un meilleur séducteur en identifiant où il peut progresser, et en faisant de la pratique délibérée…

…vous pouvez VRAIMENT devenir un bon séducteur.

Mais ça ne veut pas dire que vous deviendrez un playboy international et que vous choperez un top model 3 fois par semaine…

Ça ne veut même pas dire que vous allez scorer chaque semaine, ou même chaque mois…

Selon moi, être un bon séducteur consiste avant tout à être capable de convertir un maximum d’opportunités.

C’est un peu comme un buteur au football… Il peut être dans une équipe faible, qui défend beaucoup, et ne pas avoir beaucoup d’occasions devant le but. Du coup il ne finira pas meilleur buteur d’une compétition internationale…

Par contre, quand il aura une occase devant le but, il la mettra au fond la plupart du temps. Il ne lui en faudra pas 15 !

C’est pareil pour un bon séducteur.

Ce n’est ni le nombre de conquêtes ni le nombre d’occasions qui compte : vous pouvez être physiquement moyen et/ou ne pas consacrer beaucoup de temps aux rencontres…

Ce qui compte, c’est que vous soyez le genre de mec qui, quand il a une occasion, a de très bonnes chances de « la mettre au fond ».

C’est ça devenir un bon séducteur !

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

8 plusieurs commentaires

  1. Hello chrys
    Encore un très bon article bien résumé et détaillé
    Mais honnêtement c est trop compliqué par moments..il faut être ceci..ne pas être cela..puis ensuite revenir au début…
    Trop d étapes à franchir…ce n est pas Assez naturel..
    Si a chaque fois il faut cocher 150 cases pour arriver à a voir une interaction même simple…
    Par moments on a l impression de passer un concours des grandes écoles pour proposer un café…
    Sinon toujours intéressant de lire tes articles

    • Justement, non.

      Une pratique « naturelle » permet déjà d’atteindre un niveau correct. Peut-être pas de devenir un tueur, mais d’avoir déjà quelques résultats çà et là.

      Après, quand tu te sens à l’aise et naturel dans tes interactions, tu peux focaliser ton attention davantage sur UN (pas 15) élément en particulier, et le travailler aussi en dehors, quand c’est possible.

  2. Bonjour Chrys,

    Je me permets de mettre infra un commentaire posté dans un article un peu + ancien. Je suis preneur de toutes tes observations et je t’en remercie encore par avance :

    Pour info hier (samedi aprem) j’ai fait un petit tour en « ville », histoire de profiter de la fin des soldes pour essayer quelques approches (je sais samedi aprem est pas top mais je n’ai pas 36 créneaux de disponibles).

    Bilan des courses un peu décevant, il m’a semblé qu’il y avait très peu de « cibles » dans mon creneau des MILF de 30-40 ans. Malheureusement toujours pas mal de nanas masquées également et beaucoup de foule et de très jeunes. Ceci-etant, il y en a certainement 2-3 où je me suis trouvé des excuses et/ou je n’ai pas été assez reactif pour aborder.

    En résumé, Je n’ai fait qu’une seule tentative sur une vendeuse en librairie assez calme avec des yeux magnifiques (réponse courtoise négative car déjà casee ) donc je ne sais pas si ca compte vraiment.

    Prochaine étape, arriver à aborder des « cibles » (j’aime pas trop ce terme à vrai dire mais je ne trouve rien d’autre) hors vendeuses et si possible en mouvement.

    Sinon j’ai voulu essayer pendant ma semaine de taf, lors de ma pause repas, mais je me suis senti un peu mal à l’aise d’être grillé par mes collègues de boulot en train d’aborder. Je vais essayer de m’eloigner un peu + de mon bureau sur ma pause repas afin de pouvoir essayer + sereinement.

    Même si c’est a priori pas l’idéal,. Je me reserve aussi le droit de tenter ma chance avec des jolies caissières de mon supermarché, si j’y vais sur un creneau calme et qu’il n »y a pas d’autres clients derrière.

    Voilà en résumé où j’en suis.

    La suite dans les prochains episodes !

    • Salut Shou,

      Pour un tas de raisons que j’ai déjà expliqué, je ne suis pas fan de l’idée d’aborder des femmes sur leur lieu de travail. A quelques exceptions éventuelles (genre, tu choppes un AI ou tu l’as déjà rencontrer ailleurs).

      Normalement y’a suffisamment de fille dans les lieux publics pour s’en passer.

      J’ai pas vraiment de commentaire à faire. Je peux t’aider si tu as besoin d’un avis ou que tu as un problème récurent, mais je peux pas te faire une analyse poussée sur une session… ça n’a pas grand intérêt.

      Sachant tu as toi même remarqué ce que tu devais faire la prochaine fois.

      • Bonjour Chrys,

        Oui tu as 100% raison. A ce stade, il faut surtout que je pratique !

        Merci encore à toi pour tes articles et l’ensemble de ton site.

        A bientôt

        Shou

  3. Shou: perso j avais essayé avec des vendeuses résultat des courses…que des râteaux…toutes casées ou semblant de l être…
    Les serveuses…péniblement j ai un messenger au bout de 2 ans….mais bon…ça ne sert pas à grand-chose…
    Une autre serveuse…un messenger aussi…au.bout de 1 mois…c était plus rapide…mais aussi stérile que la première…
    Pour dire bon courage avec ces approches…

    • Quand on se ramassee beaucoup de rateaux, ou confronté a des femmes tres exigeantes pour ce qu’elles ont a offrir (le phenomene miss princesse gros boudin tres repandu en France), qqfois il faut peut etre aller voir a l’etranger. Les relations sont pas toujours tarifées a l’etranger malgre les medisants alors qu’il y a quand meme pas mal de gars qui payent des escorts assez cher (cfrr temoignages sur sites francais) ou week-end a 2000 eur sur ADS pour pouvoir aborder de la petasse parisienne en compagnie de Selim
      Bien sur les coachs en seduction francais parlent pas de ca, car c’est pas dans leur business, ils sont ciblés sur le marché francais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.