Accueil 5 Apprendre la drague 5 5 clés pour détruire définitivement ta peur de l’approche (par Sam)
peur de l'approche

5 clés pour détruire définitivement ta peur de l’approche (par Sam)

À propos de l'Auteur

Ceci est un article invité rédigé par Sam. 

Il est le fondateur du blog Guerrier Pacifique. Et chaque semaine, il partage ses articles inspirants et motivants pour passer à l’action.

La peur de l’approche est « l’étape » la plus discutée sur les forums et sites traitant de drague.

Paradoxalement, c’est la phase la plus simple de la « séduction » !

Pour tout te dire, la phase d’approche n’a rien à voir avec de la drague. C’est une phase sociale : il s’agit simplement de parler à une femme.

C’est une façon pour toi de savoir si tu as tes chances avec cette jolie demoiselle, que tu viens juste de croiser dans le métro. Rien de plus !

Malgré tout, beaucoup de débutants restent cantonnés à cette peur initiale.

Je vais t’expliquer en 5 points comment vaincre la peur de l’approche… définitivement !

1) L’approche est l’étape la plus simple

Cela ne semble toujours pas évident pour toi malgré le nombre de fois que Chrys l’a répété sur Drague Académy ?

La séduction est une question de nombre ! Plus tu abordes, plus tu as de résultats.

Si tu restes coincé à la première étape (la peur d’aborder), tes résultats seront proches du néant.

Et j’ai un truc à te dire…

La réelle difficulté dans la drague de rue, ce n’est pas aborder. C’est d’être constant !

Aborder des dizaines et des dizaines de femmes en prenant régulièrement des rejets demande beaucoup de courage et d’abnégation.

La peur de l’approche va vite te paraître ridicule quand tu comprendras réellement ce qu’est la drague !

2) Assumer le caractère « bizarre » d’une rencontre dans la rue

Ce qui bloque beaucoup de débutants est le caractère « bizarre » d’une rencontre dans la rue.

Je ne vais pas te donner un conseil cliché du genre « sois naturel », « reste toi-même », « ai confiance en toi ». Cela n’aurait aucun intérêt.

En réalité, tu dois apprendre à aimer le caractère étrange d’une rencontre spontanée.

Si tu refuses cette caractéristique de la drague de rue, tu vas vouloir en faire trop. Tu vas alors dissiper la tension qu’il y aura naturellement.

Hors, comme Chrys te l’a appris, la tension sexuelle est une arme que tu dois savoir utiliser à ton avantage.

La tension existe dès la phase d’approche et tu dois dès lors l’entretenir et la ressentir pleinement.

C’est aussi cela qui fait le charme d’une approche à froid et qui te permet de sortir du lot : tu es le mec qui « assume ».

A force de pratiquer, tu trouveras cela de plus en plus naturel d’aborder.

La femme en face de toi le ressentira, et malgré la tension, vous trouverez la situation très naturelle et authentique.

3) Une erreur que tout le monde a fait

Lorsque tu navigues en ligne sur ton site de séduction préféré, tu te sens gonflé à bloc, et motivé par tant de savoir « secret ».

Quand viens le temps de sortir dans la rue et d’aborder, cette motivation s’envole instantanément.

Je me rappelle encore de mes débuts en drague de rue, et les excuses de poule mouillée que j’osais sortir.

« Je n’aime pas ses cheveux », « la prochaine je la laisse pas passer ! », « je le sens pas trop… », « elle a l’air énervée », blablablabla…

Nous avons tous un jour sorti des excuses farfelues pour nous éviter de bouger nos fesses !

Pour certains, faire une seule approche permet de les décoincer et provoquer un déclic en eux (« ce n’est pas si dur en fait »).

Pour d’autres, il faut des dizaines et des dizaines d’approches pour que les excuses disparaissent d’elles-mêmes.

Rappelle-toi toujours quels sont tes objectifs quand tu es sur le « terrain ».

Quand ta motivation est plus forte que tes excuses, c’est à ce moment là que tu passes à l’action… Et que tu as des résultats.

4) Se préparer mentalement à prendre des rejets

La plupart des sites Internet et des vidéos de séduction sur Youtube te vendent du rêve.

Le coach que tu glorifies, le mec que tu penses être un vrai Casanova, qui enchaîne les numéros sans aucun râteau…

En vérité…

Ce mec là se prend au moins 60% à 70% de « rejets ».

Toi aussi, tu vas te prendre des rejets. Beaucoup de rejets même !

Cependant, mon expérience et celle de beaucoup d’autres sont unanimes…

Dans le Monde réel, les rejets sont bien plus « doux » que ce que l’on pourrait croire.

90% des filles que tu aborderas vont accueillir ton approche avec, au choix :

  • Un large sourire
  • Te remercier pour le compliment
  • Prises au dépourvu et rougir

Donc, qu’elle te « rejette » ou non, la fille t’accueillera quasiment toujours de façon positive.

5) Au début c’est difficile et désagréable. Après, cela devient agréable et automatique.

Commencer une nouvelle activité dans ta vie peut-être perturbant.

Quand tu prends la résolution de faire du footing, de la musculation, à lire des livres régulièrement etc… Tu as une sensation désagréable.

La sensation de te forcer à faire quelque chose.

En fait, c’est quelque chose de normal, que tout le monde éprouve.

Par la suite, le processus d’aborder et séduire deviendra agréable et automatique. Je parle de ce principe ici plus en détails.

Il te faudra environ un mois pour commencer à avoir des automatismes, et à apprécier le processus.

6 – Bonus) En séduction comme dans la vie, ton pire ennemi est toi-même.

A chaque fois que quelque chose te fait peur, c’est un signal.

C’est le signal que, de l’autre côté de cette peur, se trouve quelque chose de prometteur !

La peur est pour toi une occasion de progresser et de repousser tes limites.

En vérité, les regrets sont bien plus douloureux à vivre qu’une petite sensation désagréable lors d’une approche.

Vas-tu laisser ta peur contrôler tes actions ?

Ou bien vas-tu te servir de cette peur comme d’un moteur pour agir ?

Sam

Vous avez aimé mon article : Laissez-moi un pourboire sur Tipee. Les pourboires participent à financier mon activité de blogueur et écrivain indépendant.

À propos Drague Academy

15 plusieurs commentaires

  1. « En vérité, les regrets sont bien plus douloureux à vivre qu’une petite sensation désagréable lors d’une approche. »

    Je confirme ! Au moins quand on aborde on sais.

    Ce qui est chiant avec la peur de l’approche c’est que c’est quelque chose qui ne part jamais définitivement, c’est pas un acquis.

  2. le probléme,et meme si je reviens un peu dessus; c est que quand on voit les personnes en géneral dans la rue,le métro,les lieux publics,l impression que personne ne veut etre abordé et quand meme forte,d autant plus que maintenant que de plus en plus de filles ecoutent de la musique ce qui fait que elle n ont absolument pas une attitude ouverte…don c est difficile malgré tout..

    • Thierry, tu te fies trop aux apparences. Les gens sont dans leur pensées, et dans une ville comme Paris, tout le monde fait la gueule !

      Mais ça ne veut absolument pas dire qu’aucune fille ne serait ravie que tu l’approches ! Si tu savais le nombre de filles que j’ai abordé, alors qu’elles tiraient un peu la tronche, et qui m’ont sourient immédiatement après, tu serais surpris.

      Ne te contente pas d’observer, essais !

      • je suis désolé..Chrys..je ne veux pas passer pour le caliméro de service ..mais peut etre as tu raison…et c est moi qui fais une fixette sur le stress ambiant..merci de te réponse en tout cas 🙂

    • « le probléme,et meme si je reviens un peu dessus;… »

      Il n’y a pas de problème ! Les problèmes, nous nous les inventons tout seul, quoi que l’on en dise.
      Tu te trouves des excuses pour éviter de passer à l’action.

      C’est dommage, car ce qui différencie celui qui trouve des excuses et celui qui trouve les solutions, c’est un petit déclic mental à faire, et une habitude dans la vie de tous les jours à prendre.
      L’habitude de voir les choses en terme de possibilités et non en terme d’obstacles.

  3. Je vis à paris, et Chris à raison. personnellement je me préoccupe pas de savoir si la fille et occupé ou pas et la plupart du temps, elles sont dans une routines. . (pensé, tel, fb, ……) donc tu leurs propose de sortir de la…. 1mn,5mn, ou plus..et à paris c’est plus difficile qu’à ailleurs. Je trouve même que c’est pratiquement impossible pour un mec qui porte ses couilles et qui a un minimum de style j’entends par la propre ect. de ne pas faire de rencontre. voilà un avis de parisien. 100% réussite ça n’existe pas! Mais le courage oui. mais je comprends que ca puisse etre dure pour certaines personnes.et cest pour cela que ce site en autre peut aider. merci pour tes articles Chris et de prendre le temps de repondre. Chris tu pense quoi des long échanges de textos avant un premier rdv? je prends des numéros et des que je cale un rencard par rapport à notre emploi du temps que celui ci s’avère être dans une semaine La fille m’écris sans arrêt. et je me pose la question si il peut y avoir un impact ou influencé la fille pour la suite.parce que personnellement je suis pas trop texto.

    • C’est important de maintenir le rapport, notamment entre le moment où tu fixes le RDV, et le jour du rendez-vous, surtout s’il y a plus de 4 jours entre les 2.

      En théorie, sauf si la fille m’envoie des SMS, je prends quelques nouvelles entre les 2, histoire de rester dans son radar. P.e, je fixe un rendez-vous dans 8 jours, je relance 4 jours plus tard.

      Si la fille me relance, je lui réponds. Je ne refuse JAMAIS le rapport. Par contre je ne répond jamais « du tac au tac », sauf parfois le soir, pendant une vingtaine de minutes. En journée j’oublie mon portable et répond de temps en temps seulement.

      Le risque que tu prends, en échangeant beaucoup, c’est de terminer en « Friend zone » ou en « boyfriend zone » (dans le cas où tu ne souhaites pas en faire ta copine).

    • ben sur Marseille..c est les 12 travaux d Hercule à chaque fois..d autant que les filles du sud..plus hautaines tu meurs….

  4. erreur, à Paris ce n’est pas plus difficile qu’ailleurs. selon mon expérience. abordé une femme c’est pas comme si on aller à la guerre 🙂 faut relativisé

  5. bonjour,cet article me donne envie de me lancer dans la drague de rue car je n’ai pas beaucoup d’experience,mais j’ai aussi cette peur comme tu l’a decrit,d’autant plus que quand j’entend qu’il y’a des filles qui se font limite agresser sexuelement dans la rue ca craint,donc elle sont plus sur la defensive,

    • bonjour,cet article me donne envie de me lancer dans la drague de rue car je n’ai pas beaucoup d’experience,mais j’ai aussi cette peur comme tu l’a decrit,d’autant plus que quand j’entend qu’il y’a des filles qui se font limite agresser sexuelement dans la rue ca craint,donc elle sont plus sur la defensive,

      Qui entends-tu : les filles dire ça, ou les filles dans les Médias ? Y’a une sacrée différence entre les 2…

      Perso, j’entends TRES SOUVENT de mecs légitimer leur inaction par leur peur de passer pour des « harceleurs de rue », et TRES, TRES, TRES RAREMENT des filles se plaindre parce que je leur adresse la parole.

      Franchement, ne gâche pas l’occasion de rencontrer des filles à cause de ce que tu penses que les gens vont penser. Ce serait trop stupide.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.