où rencontrer et draguer des femmes après 30 ans

Où rencontrer et draguer des femmes après 30 ans ?

Savoir où draguer, quand on a entre 18 et 25 ans, ce n’est pas très compliqué.

Dans cette tranche d’âge, on est littéralement entouré de jolies filles.

On les croise presque partout, dans quasiment tous les endroits qu’on fréquente.

  • À la fac,
  • Aux alentours des restos et campus universitaires,
  • Dans et à proximité des transports en commun,
  • En boîte ou en soirée chez des amis,
  • Etc.

De ce fait, la question d’où draguer ne se pose pas vraiment.

Elle commence à se poser plus tard, quand notre façon de vivre change radicalement.

  • Notre vie sociale devient moins active.

Nos amis bossent ; nous aussi.

  • Certains se mettent en ménage, font des gosses, déménagent…

Au fil du temps et avec les vicissitudes de la vie, notre cercle d’amis proches s’appauvrit. Notre temps libre avec.

Ces changements font que nous sommes de moins en moins amenés à rencontrer de nouvelles personnes, en tout cas des manières auxquelles nous étions habitués.  

Si bien qu’après 30 ans, on ne sait plus trop où aller pour rencontrer et draguer des filles qui nous plaisent.

Peut-être que vous vous trouvez dans cette situation en ce moment même.

Si tel est le cas, je vais vous expliquer où vous pouvez draguer après 30 ans. 

Les 4 modes de rencontres

Comme je l’ai évoqué dans plusieurs articles antérieurs à celui-ci, il existe 4 modes de rencontres, qu’on différencie par les lieux et contextes.

C’est important de les connaître.

Il y a :

  1. La drague dite « en journée », ou Daygame.  
  2. La drague dite « en soirée », ou Night game.
  3. La drague en contexte social, qui comprend aussi bien la drague de parfaites inconnues rencontrées lors d’évènements sociaux, que celle d’amies d’ami(e)s.
  4. La drague sur internet, ou Online game.

Après 30 ans, vous pouvez potentiellement utiliser chacun de ces modes de rencontres.

Cependant :

  1. Certains modes sont plus adéquats que d’autres.
  2.  Certains contextes appartenant à ces modes de rencontres deviennent inappropriés après un certain âge.  

Voyons donc chacun de ces modes un par un pour y voir plus clair.  

Le daygame : un bon endroit pour draguer après 30 ans

où draguer en journée daygame

Malgré mes 30 ans passés, je n’ai aucun problème pour draguer en journée. Absolument aucun !  

Je sais qu’il existe pas mal d’idées reçues concernant la drague en journée…

L’une d’elles, c’est qu’il s’agit d’un mode de rencontres réservé aux moins de 30 ans.

C’est absolument faux !

C’est même plutôt l’inverse : c’est un mode de rencontres qui avantage les hommes matures.

À attractivité à peu près égale, un homme de 30 ou 40 ans aura plus de facilité à séduire en journée qu’un jeune homme de 18 à 25 ans.

Car avec l’âge nous développons des qualités essentielles pour les rencontres dans ce genre de contexte.

On devient…

  • Plus intelligent socialement (donc mieux calibré) ;
  • Plus viril ;
  • Plus posé (non-réactif) ;
  • Moins needy et en recherche de validation féminine. 

On a aussi eu temps d’acquérir pas mal d’expérience auprès du sexe opposé, ce qui nous confère une meilleure confiance sexuelle.

En plus, on a un éventail de choix plus large.

Un homme de 30-40 ans peut aussi bien rencontrer des femmes d’une vingtaine d’années, que des femmes d’une cinquantaine !

Un jeune homme 20 ans, quant à lui, à moins d’être particulièrement beau et mature pour son âge, devra se cantonner aux filles de 18 à 23 ans. La plupart de femmes au-delà de cet âge les considéreront « trop jeunes » pour elles.

Il y a l’exception des cougars, mais (comme je viens de l’écrire) c’est une exception, pas la règle. Ça veut dire qu’elles représentent une minorité.

Il y a toutefois 2 choses qu’on ne peut plus (ou difficilement) faire après environ 30-35 ans…

Les longues sessions drague quasi quotidiennes

La première, c’est draguer de la même manière que celle enseignée par certains coachs en séduction – qui s’adressent à un public jeune.

On recommande souvent aux jeunes débutants de pratiquer la drague par le biais de longues sessions de plusieurs heures.

Quand j’avais une vingtaine d’années, il m’arrivait de faire 3, 4, 5 ou 6 heures de drague dans une même journée, et ce plusieurs fois par semaine.

Avec le recul, je me rends compte à quel point c’était énorme. Il me serait impossible de le refaire aujourd’hui.

Ça demanderait une quantité de motivation, d’énergie et de temps que je n’ai plus.  

Quand on a une vingtaine d’années, passer tout son temps sur le field est pardonnable… Mais quand on en a 30, c’est difficilement excusable (à cet âge, on a autre chose à foutre !)

Je dirais même plus : c’est difficilement réalisable sans rendre son style de vie complètement chaotique.

Bien sûr, un homme de plus de 30 ans peut faire des sessions longues. Il peut même en faire plusieurs par semaine pendant une courte période.

Globalement, je pense qu’une session longue par semaine est déjà énorme passé 30 ans.

Au-delà de ça, ça devient trop et d’autres aspects de votre vie en pâtissent nécessairement.

Au lieu de cela, vous devez privilégier :

Aborder et draguer une fille de temps en temps en rentrant du boulot, ou lorsque vous faites vos courses ou une autre action du quotidien.

  • Les sessions courtes.

Comme s’arrêter 30 minutes à 1 heure dans un quartier fréquenté par des femmes de votre genre en rentrant du boulot, puis faire 1, 2 ou 3 approches.

  • Les sorties « hybrides ».

C’est-à-dire que, contrairement à une véritable session, la raison principale pour laquelle vous sortez n’est pas d’aller aborder les filles. Mais le contexte vous permet de faire d’une pierre deux coups.

Exemple :

  • Vous faites une petite balade de 20 minutes pour décompresser entre deux sessions de télétravail, et vous en profitez pour aborder quand vous croisez une fille qui vous plaît.
  • Vous rejoignez un pote en fin d’après-midi pour prendre une bière sur les quais, et si par chance vous avez l’opportunité d’aborder 2 ou 3 filles qui passent, vous y allez !
  • Vous vous posez dans un parc pour bouquiner ou méditer chaque week-end, et vous en profiter pour aborder quelques filles qui se baladent. 

Il y a un tas de moyens de concilier l’utile à l’agréable. C’est ce qui fait la beauté du daygame.

Draguer dans les lieux où la population est très jeune

 Deuxièmement, il y a certains lieux qui sont à éviter.

Je parle des lieux où la moyenne d’âge est d’au moins 10 ans plus jeune que vous.

Je pense particulièrement aux facs et campus universitaires.

Pendant de longues années, j’allais régulièrement déambuler dans les couloirs de facs et les campus.

Quand on a l’âge d’être étudiant, on se fond facilement dans le décor.

Mais après 30 ans, ça devient de plus en plus compliqué.

Je ne dis pas que vous ne pouvez pas le faire, mais (a) vous passerez plus difficilement inaperçu et (b) les filles vont se demander ce que vous foutez dans une fac, hormis chasser de l’étudiante…

À moins que vous trouviez une bonne raison de fréquenter ce genre d’endroit, votre crédibilité risque d’en pâtir. Et pour ce mode de rencontres, la crédibilité est importante !

Les lieux où vous pouvez draguer après 30 ans en journée

Mis à part ces exceptions, il y a un grand nombre d’endroits où vous pouvez draguer en journée :

  • Dans n’importe quelle rue, boulevard, allée ou place où la densité de population n’est ni trop faible ni trop forte.
  • Dans les centres commerciaux, les grands magasins, les supermarchés.
  • À la sortie des transports en commun. 
  • Dans et à proximité des gares.
  • Dans les parcs.

Ce sont tant d’endroits où vous pouvez draguer, même après 30 ou 40 ans.  

Le nightgame après 30 ans…  

Où draguer le soir nightgame

Selon moi, le « nightgame » est LE véritable mode de rencontres pour jeunes, et ce pour plusieurs raisons.

  1. La moyenne d’âge.

Comme pour la fac, allez dans une boîte standard et regardez la moyenne d’âge autour de vous. 

Vous vous y sentirez immédiatement « vieux » par rapport à la population autour.

Bien sûr, il y a des bars/boîtes qui accueillent une population plus âgée. Mais généralement, la moyenne d’âge dans le monde de la nuit se situe entre 21 et 24 ans.

Plus vous vieillissez, plus l’écart d’âge entre vous et le reste de la population se creuse.

2. Le temps + la récupération.

Comme je l’ai également dit à propos du daygame, le temps est une ressource qui vient à manquer avec l’âge.

Quand on est jeune, on peut faire une ou plusieurs sessions de NPU (night pick-up) par semaine sans trop de problèmes. Parce qu’on a relativement peu de responsabilités et pas mal de temps libre.

Mais après 30 ans, on est censé avoir un job, quelques activités extraprofessionnelles, une multitude de petites tâches quotidiennes à réaliser (nettoyer son appart, faire ses courses, appeler/écrire pour régler quelques factures et détails administratifs, etc.).

Le temps libre se fait plus rare. C’est pire encore quand on a des enfants.

Trouver 4 à 6 heures pour sortir le soir devient une mission compliquée.  

Et, généralement, on préfère passer ce temps libre à se détendre, se reposer et/ou faire du sport pour sa santé (plus on vieillit et plus ça devient important).  

En outre, votre corps à une capacité régénératrice moins bonne.

À 18-25 ans, vous pouvez sortir à 23 heures, rentrer chez vous à 4 heures matin, pioncer 3 heures, puis vous réveiller et vous sentir en pleine forme toute la journée ! 

A plus de 30 ans, si vous faites des folies le soir et ne dormez que quelques heures, le lendemain vous êtes comme un zombie. Vous piquez du nez toute la journée !

Ces 2 facteurs rendent la pratique régulière du nightgame difficile pour un homme passé 30 ans, à moins d’être un rentier qui carbure à la cocaïne !

Bien entendu, vous pouvez faire une sortie NPU de temps en temps, peut-être même plusieurs fois par mois si vous êtes dans la première partie de votre trentaine.

Mais au fil des années, vous risquez de rencontrer de plus en plus de difficultés à trouver le temps et/ou récupérer de vos sessions.  

3. Vous devenez plus introverti avec l’âge.

Introverti, pas dans le sens « timide ».

Par introverti, j’entends que vous préférez passer davantage de temps seul ou en petit comité, au calme. Et que vous appréciez de moins en moins les endroits bondés, avec la musique à fond ! 

À titre personnel, je n’ai jamais vraiment aimé ce genre d’endroits, même quand je n’avais que 20 ans. De base, je suis plutôt introverti.  

Les mecs à moitié bourrés qui me marche sur les pieds, la musique qui irrite mes tympans, la difficulté à se frayer un chemin pour se rendre au comptoir sans bousculer tout le monde… très peu pour moi.

Mais avec le temps, ça empire.

Aujourd’hui, j’arrive à peine à le supporter ce genre d’endroits. Je préfère de loin prendre une bière tranquillou en terrasse.  

Et apparemment, après en avoir discuté avec quelques amis de mon âge, je ne suis pas le seul à ressentir ça.

Avec l’âge, beaucoup d’entre nous avons tendance à moins apprécier les environnements bruyants et surpeuplés.

C’est un facteur à prendre en considération car, malgré tout, apprécier aller à la rencontre des femmes et se sentir à l’aise dans les endroits où on le fait, c’est la base !

Par conséquent, je pense qu’après 30 ans vous devriez mettre le nightgame de côté.

Je ne dis pas que vous devriez l’abandonner complètement. Vous pouvez faire une session çà et là. Toutefois, ça ne doit pas être un mode de rencontre sur lequel vous devez compter après 30 ans.

Laissez le nightgame aux jeunes. Il y a plein d’autres manières de faire des rencontres.  

La drague online

où rencontrer en ligne draguer

Internet est un autre lieu où vous pouvez facilement draguer des filles à tout âge, et même bien après 30 ans !

Il existe par exemple des sites de rencontres pour séniors (50 ans et plus). C’est dire…

Toutefois, certains endroits sont meilleurs que d’autres suivant votre âge…

Vous devez bien réfléchir aux endroits où vous allez dépenser votre temps, et parfois (souvent) votre argent.

Selon moi, plus on est âgé et plus il est préférable de draguer sur des sites plutôt que des applis de rencontres (et vice versa).

Il y a 2 différences majeures entre les deux.

  • Les applis s’utilisent essentiellement sur le téléphone et sont gratuites (avec des fonctionnalités premium).
  • Les sites de rencontres s’utilisent traditionnellement sur l’ordinateur de bureau (bien que beaucoup existent sous forme d’appli) et sont intégralement payants.

Les applis attirent un public jeune, du fait qu’elles soient essentiellement gratuites et accessibles sur smartphone – la drogue préférée des jeunes.  

Les sites de rencontres, quant à eux, attirent davantage un public plus âgé, habitué à draguer à la manière traditionnelle sur l’ordi de bureau, et ayant les moyens financiers de se payer un abonnement de 20 ou 30 balles par mois.

Les sites de rencontres attirent aussi plus de femmes jeunes qui cherchent des hommes « matures », au moins mentalement. Celles-ci sont plus à même de faire abstraction de l’écart d’âge, voire de le souhaiter.  

Ça signifie plusieurs choses :

  1. Que plus vous êtes âgé et plus l’écart d’âge entre vous et les autres membres se creusent sur les applis de rencontres.

À partir de 35 ans, et plus encore quand vous dépassez la quarantaine, vous êtes un « Papy » sur les apps de rencontres.

La plupart des membres auront 10 à 20 ans de moins que vous.

  • Sur les apps, beaucoup plus de filles rechercheront des hommes avec un écart d’âge faible ou modéré.

Beaucoup n’iront pas au-delà de 10 ans.

Ça veut dire que vous n’apparaîtrez même pas dans leurs suggestions ! Car les femmes entre 18 et 29 (qui représentent une large majorité) paramétreront leur compte afin de ne rencontrer que des hommes de 5 à 10 ans de plus qu’elles.

Ca réduit le champ des possibilités.

  • Sur les sites de rencontres en revanche, vous trouverez un éventail d’âge beaucoup plus large et (si vous recherchez des femmes plus jeunes) davantage de filles qui tolèrent, voire désirent, un écart d’âge significatif – 10 ans ou plus.

Donc, passé 35 ans, il devient plus intéressant de fréquenter les sites plutôt que les applis.

Mais vous pouvez très bien faire les deux : l’avantage des applis, c’est qu’elles sont gratuites, donc vous ne perdrez rien, sinon un peu de temps, à draguouiller dessus.  

Gardez juste à l’esprit que, suivant l’âge, il y a des endroits plus « rentables » que d’autres pour draguer sur internet.

C’est bien sûr à mettre en perspective avec d’autres facteurs, comme votre géolocalisation, le type de fille que vous recherchez, etc.    

Drague en contextes sociaux

où rencontrer et draguer

Enfin, bien entendu, vous pouvez tout à fait rencontrer et draguer en contexte social après 30 ans.

Par contexte social, j’entends par là les contextes où vous rencontrez spontanément les femmes sans avoir à faire d’approches à froid, par le biais de personnes que vous connaissez, d’un évènement ou d’une activité à laquelle vous participez.

Toutefois, la drague sociale se pratique différemment.  

À 20 ans, comme je le disais dans l’intro, on rencontre les femmes dans les endroits qu’on fréquente naturellement – l’université, le campus, etc. – et lors de soirées privées ou autres réunions entre amis.

C’est durant cette période de votre vie où vous sortez le plus, où vous fréquentez le plus de monde, où vous avez une vie plus dynamique et extravertie.

Puis après 25-30 ans, les amis que l’on fréquente régulièrement se font de plus en plus rares. Les soirées privées et réunions entre potes aussi.

En fin de compte, la manière de rencontrer devient moins spontanée. Vous devez davantage provoquer vos rencontres « sociales ».

Comment ?

Il y a deux autres façons de rencontrer, dont je me suis personnellement beaucoup servi ces dernières années.

Il y en a probablement d’autres, mais je n’en parlerai pas car je n’ai pas l’expérience pour cela. Je vais me contenter de parler de ce que je connais.   

  • La première façon, c’est évidemment de pratiquer des activités qui attirent des femmes.

Si vous vous inscrivez au club d’échec de votre ville, ce sera probablement compliqué de trouver des filles mignonnes…

Mais il y a un tas d’autres activités sympas, qui ne demandent que quelques heures par semaines, qui peuvent à la fois vous maintenir en forme ou apprendre une nouvelle compétence et vous permettre de faire des rencontres.

On peut par exemple penser aux cours de danse, style Salsa ou Kizomba. C’est un endroit où vous rencontrez beaucoup de jolies filles, et de tout âge.

Mais selon moi, il y a encore mieux.

Déjà parce que c’est tellement connu que la concurrence masculine se rue sur ce genre d’endroit pour draguer…

Utiliser la danse pour draguer, c’est connu depuis la nuit des temps.

Ensuite parce qu’il faut tout de même être un peu dégourdi en danse, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

Vous trouverez aussi de jolies filles (et moins de mecs pour les draguer) dans les cours de self défense, de Cross fit, ou dans les cafés des langues – où il y a des étrangères, donc des proies souvent plus faciles. 

  • L’autre manière de faire des rencontres en contexte social, et de s’aider d’un.e ami.e pour vous présenter quelqu’un.

Ce peut être un ami qui vous présente sa colloc, une collègue de travail ou une amie qui correspond au style de femme que vous aimez.

Ou ce peut être une amie, sexfriend ou ex qui vous présente une de ses copines, ou vous arrange une blind date avec elle.

Évidemment votre ami.e est complice, il ou elle sert d’intermédiaire et vous présente volontaire une de ses amies ou connaissance pour que vous tentiez votre chance avec.

J’ai rencontré des filles dans chacun des exemples ci-dessous.

  • Par le passé, un pote m’a présenté sa colloc célibataire pour que je puisse la séduire.  

  • Un autre m’a mis en contact avec une de ses collègues de travail qui me trouvait mignon.

  • Plusieurs fois, je suis parvenu à convertir des filles que j’avais rencontrées dans la rue en entremetteuse.

  • Une fois, j’ai même couché avec une femme en couple au premier rendez-vous, qui m’a présenté une de ses copines célibataires la semaine suivante, avec qui j’ai également couché en l’espace de quelques heures.

  • Enfin, 2 fois il m’est arrivé de faire un threesome avec une sexfriend et une de ses potes, que je ne connaissais pas avant.  

Ce sont deux autres façons de rencontrer des femmes après 30 ans.

Voilà !

J’espère que cet article vous aura donné quelques bonnes idées pour aller à la rencontre des filles – chose qui devient de plus en plus dur avec le temps.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations.

15 plusieurs commentaires

  1. Article intéressant
    Et c’est encore pire après 40 ans
    En général tu n as presque de cercle social..mais de toute manière les amis ne sont que peu d aide a.ce niveau…
    Je me souviens j avais intégré un groupe politique pour voir si les militantes étaient charmantes…ce fût le cas..mais échec total..aucune n. Etait intéressée..
    Pareil pour les soirées meetic…zéro résultats…
    Donc c est vrai que c est très difficile

    • Salut excellent article franchement, surtout destiné aux plus de 30 ans. Pour ma part ayant plus de 35 ans, je continue à draguer dans la rue, et malgré un très grands nombres d’approches, pour obtenir des résultats j’y trouve mon compte. Parfois je galère malheureusement avoir des périodes vide et sans résultat arrive souvent et il faut y faire face avec optimisme, (bientôt un article dessus ?)
      En revanche, je comprends pas la différence dans ton article entre les sites de rencontres et les applications de rencontres ? Car il me semble que l’une ou l’autre puisse se faire via un smartphone de nos jours ? Deuxième question, penses-tu qu’on puisse plaire à un genre en particulier (exemple métisse noire ect..) et avoir du mal avec d’autres types de filles (françaises, bcbg ect.) doit-on en tenir compte ?

      • et malgré un très grands nombres d’approches, pour obtenir des résultats j’y trouve mon compte. Parfois je galère malheureusement avoir des périodes vide et sans résultat arrive souvent et il faut y faire face avec optimisme, (bientôt un article dessus ?)

        C’est déjà super que tu obtiennes déjà des résultats. Félicitations !

        Pour moi, le principal « secret » c’est d’abord d’y prendre plaisir. Ne pas voir chaque approche comme une p*tin de corvée. Ressentir l’excitation à l’approche. Une chose que les hommes sont de moins en moins capables de ressentir, à cause de toute la frustration et négativité qu’ils ont accumulées en eux.

        Si tu es capable de prendre globalement du plaisir à aborder, tu peux faire 30, 40, 50 approches sans voir le temps passer ni avoir l’impression d’avoir fait beaucoup d’efforts.
        Bien sûr, pour cela il faut quand même un ratio approche/réaction positive (voire approche/numéro) qui soit relativement bon. Il s’agit donc pas d’aborder n’importe comment, n’importe où.

        En revanche, je comprends pas la différence dans ton article entre les sites de rencontres et les applications de rencontres ? Car il me semble que l’une ou l’autre puisse se faire via un smartphone de nos jours ?

        La première, c’est que les apps sont essentiellement conçus pour être utilisés avec l’écran tactile de ton téléphone.

        Tu peux éventuellement utiliser tinder et bumble sur ton ordi, mais d’un point de vue ergonomique, se sera beaucoup moins bien que sur ton téléphone.

        Pour les sites de rencontres, en revanche, les versions desktop sont bien mieux foutues. C’est aussi pratique (voire plus) de naviguer sur un site de rencontrer à partir de ton ordi de bureau, que sur ton smartphone. Parce qu’à la base, c’est prévu pour ça.

        La seconde différence, c’est que les applis peuvent généralement être utilisées gratuitement.

        Sur tinder par exemple, seules les fonctionnalités premium sont payantes. Tu peux liker et matcher gratuitement. Tu dois payer seulement si tu veux avoir des likes illimités ou voir qui t’a liké.

        Sur meetic, en revanche, tu ne peux rien faire de concret sans payer.

        Ce sont les deux distinctions que je fais entre l’app et le site de rencontres.

        Deuxième question, penses-tu qu’on puisse plaire à un genre en particulier (exemple métisse noire ect..) et avoir du mal avec d’autres types de filles (françaises, bcbg ect.) doit-on en tenir compte ?

        Tout à fait.

        C’est ce que j’appelle le « marché cible. »

        Suivant ton style vestimentaire, tes caractéristiques physiques, ta personnalité, la manière dont tu t’exprimes, etc., il y a des profils de femmes qui te réussissent mieux que d’autres.

        Un simple exemple : si tu fais 1’75 et que tu abordes 2 groupes différents de 100 filles, le premier qui fait plus d’1’80 et le second qui fait moins d’1’70, tu auras (largement) plus de réussite avec le second.

        Peut-être que tu auras 8% de réussite avec le premier, et 32% avec le second (bien sûr, je donne ces chiffres au pif, pour illustrer mon exemple). Parce que la plupart des femmes préfèrent les hommes plus grands, et n’apprécient pas les hommes plus petits.

        Ça signifie que si tu te concentres davantage sur ce genre de filles à qui tu plais, tu peux réduire ton nombre repère de manière assez significative.

        Et si tu ne plais pas à groupe de filles en particulier, que tu désires séduire, il faut que tu te demandes qu’est-ce qui t’empêche de les intéresser (le look ? la manière d’être ?) et opérer des modifications, si celles-ci sont possibles.

        • Merci pour ta réponse, constructive. Oui en effet j’ai des résultats mais comme tu dis si bien, il faut prendre du plaisir et vivre sa vie, surtout sa journée et accepte qu’il n’y est rien au bout. C’est la vie. En tt cas ta réponse et excellente ! J’apprécie beaucoup. Ps(sachant que c’est extrêmement difficile de draguer avec le masque mais j’ai quand même réussi) bonne expérience.
          Penses-tu qu’on puisse draguer seul en soirée ? Ou dans des bars ?(quand tt sera réouvert évidemment) Du coup paradoxalement j’ai plus d’appréhension que dans la rue.

          • Penses-tu qu’on puisse draguer seul en soirée ? Ou dans des bars ?(quand tt sera réouvert évidemment) Du coup paradoxalement j’ai plus d’appréhension que dans la rue.

            En soi oui, bien que je ne sois pas trop fan de l’idée.

            C’est normal d’avoir plus d’appréhension, c’est un endroit où on est censé venir accompagné. Contrairement aux lieux publics personne ne va en bar/boite tout seule (sauf pour chasser).

    • @thierry
      En France en-dessous de 40 ans , il y a les vacances UCPA, c’est pas mal et petit budget (abordable pour tout le monde car c’est financé en partie par l’etat francais) et beaucoup d’activités sportives.
      les chambres sont parfois mixtes dans ces centres UCPA , a se demander si a baisouille est financée par l’etat francais pour repeupler la France ??

      • Luc : effectivement c est pas mal comme possibilité,je vais y reflechir,sinon je vais peut etre m inscrire sur facebook rencontres,qui sait ça marchera peut etre un peu mieux.

  2. Ce n est pas forcément toujours le fait que ce soit une corvée mais l absence de résultats ou le grand mépris des femmes..on.est des humains pas des Terminator qui relativisent sans problème…

    • Le mépris des femmes est en parti fantasmé.

      Bien sûr, je ne dis pas qu’il existe pas. Il est bel et bien présent. Mais il y a aussi BEACOUP de femmes qui réagissent bien quand on les aborde. Si c’est fait convenable, j’entends bien.

      Le mépris s’exerce pas toujours à l’approche. Parfois, c’est plus tard, au téléphone par exemple.

      Il faut faire avec, ne pas se sentir affecté et passer au dossier suivant avec désinvolture

    • Concernant le mepris et le feminisme etc il y en a plus en France que dans des société plus traditionelles (pays de l’est, amerique du sud, asie du sud-est etc) en asie les femmes occidentales sont peu considérées comme parti pour LTR en general car considérées comme chiantes, irrespecteuses envers les hommes etc
      le feminisme en France c’est pas un phenomene marginal
      Bien sur elles sont pas toutes ainsi, il reste encore des filles sympas et ouvertes
      Des entrangers/entrangeres me l’ont signalé aussi

  3. Effectivement comme le dit l’article c’est beaucoup plus facile de trouver des targets a 20 ans, et tu as des soirées etudiantes tous les soirs ou presque (bars etudiants)
    c’est surtout apres 40 que ca devient un probleme, a 30 ans on peut trouver boites/soirées, drague de rue pas de probleme a mon avis
    concernant le npu apres 40, en plus de l’energie c’est vrai (surtout quand tu es crevé du boulot le week-end) il y a le probleme qu’il y a peu de boites/soirées pour 40 et plus
    j’avais ete dans un bar etudiant (pas de musique ni dj) juste pour boire un verre avec un pote il y a quelques années, le portier m’a carrement interdit l’entree ! et c’est surement sur l’age, je corrrespondais pas au public en terme d’age.
    drague en cours de self ou arts martiaux j’y crois pas trop, en general je deconseille de faire
    Je trouve aussi qu’il y a moins de vacances pour celibataires , le club med par exemple c’est plus du tout ce que c’etait a ses debuts (j’y avais ete deja a 20 ans), il y a moins de clubs pour celibataires aussi

  4. Bonjour Chrys,

    Merci beaucoup pour cet article extrêmement intéressant.
    Je pratique également le day game et vais aujourd’hui sur mes 40 ans.
    Je n’ai aucun souci avec ça mais c’est vrai qu’il y a des jours où l’on a pas forcément envie et la motiv manque. De plus avec cette situation de crise j’ai l’impression que les approches sont beaucoup plus compliquées avec des filles beaucoup plus méfiantes.
    Bref, tout ça pour dire que parfois on a tout de même des conversations super chouettes avec des filles qui parfois se terminent au lit 🙂
    Ma question est, quel est à ton avis le ratio approche/succès en termes de coucher avec une fille?
    Quand je dis approche je dis numéro de tel obtenu et quand je dis succès je parle de coucher.
    En fait j’entends souvent le chiffre de 10/11%. Mais quand on dit ça, ça veut dire, 10 approches pour un numéro et ensuite 10 numéros pour une fille couchée? Ou bien 10 approches pour une fille couchée?

    Mille mercis pour tes lumières sur le sujet 🙂

    S.

    • Le chiffre 11% dont tu parles provient certainement du livre de Paul Janka, Attraction Formula.

      En fait, il explique qu’un homme peut s’attendre à coucher avec 11% des numéros qu’il prend. C’est donc le pourcentage du ratio numéro/succès.

      Pour ma part, voilà ce que je pense en termes de ratio…

      En approche/numéro, 20-25% est clairement correct.

      Et c’est suffisant pour closer assez régulièrement.

      Après, j’en connais pas mal qui font du 1/3, voire 1/3. Et j’ai même eu un wing qui était au-dessus des 50% apparemment, mais il était bon + grand + costaud + beau gosse + bien sapé, c’est un combo qui aide.

      Pour le ratio numéro/succès, il ne faut pas s’attendre à un tel pourcentage.

      À titre personnel, je conclus en moyen avec 1 numéro sur 9, qui en effet tombe environ dans les 11% (jr viens de m’en rendre compte, heureux hasard ?)

      Dans ces numéros, je compte toutefois ceux que je ne relance pas (pour diverses raisons), ou avec lesquels je lâche l’affaire très vite.

      Si j’étais moins sélection après le numclose et que j’essayais d’aller au bout avec chaque numéro dont je prends, ce pourcentage serait plus élevé.

      • Bonne lecture chris, je te suit depuis un moment et ceux même quand j’ai eu des periodes longue en couple. C’est toujours super intéressant, après certains articles nous parle moins en fonction des périodes vécus.. Et inversement. Tout ça pour ne venir à ma question..
        Quand je drague dans la rue, comme je t’ai dit plus haut dans un message.
        Je vais un peu sur tt les âges, mais je ne suis guère attiré par les femmes avec plus âgé genre 35/45..voir pourtant j’ai 39 ans. Est normal ? Mais j’aime pas non plus quand c’est trop jeune moins 24 ans on va dire.. Trop instable les filles. Voilà sauf que aujourd’hui je suis pas convaincu que les les fille en général de cette génération, plutôt de cette époque ailé forcément vers les plus âgé. Exemple quand j’avais 30 /36, les femmes de 25/32 était facilement seduisable, aujourd’hui dans la même tranche d’âge j’ai l’impression qu’elle ne sont si intéressé par les mecs plus vieux ? À ton avis quel tranche d’âge dois-je visé (hormis les plans cul.) Deuxièmement :que penses-tu que les mecs et les nanas de télé-réalité transforme le monde de la séduction, j’ai mal à tourné la question, mais l’univers de la séduction dans ce monde reflet il la réalité d’aujourd’hui ??? Exemple beaucoup de femmes refaite.. Beaucoup de femmes attiré par des mecs plus jeune, tatoué, barbe de trois jours, Instagram ect…
        ET bien que je soit sportif, bonne hygiène de vie ect.. Saint d’esprit. Parfois j’ai l’impression malgré un certain succès tt relatif lors de mes sessions drague qui en passant se produise plutôt en allant d’un point A un point B.
        Mon message ce rallonge, pour faire plus court, ce monde de tele réalité, fait-il de nous les mecs normaux avec de la personnalité des marginaux ? Et nous enleve du pouvoir de séduction ? Je parle de tt ceux qui n’ont pas le style des mecs de télé-réalité…

      • Mille mercis pour ta réponse super détaillée Chrys.
        J’apprécie énormément et bravo encore pour tous tes super articles, très concrets, très bien écrits et tout et tout 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.