Accueil 5 Apprendre à draguer 5 C’est quoi être un bon dragueur ?
Bon dragueur
Qu'est-ce qu'un bon dragueur ?

C’est quoi être un bon dragueur ?

Pour moi, être un bon dragueur n’a rien à voir avec l’idée qu’on s’en fait dans la communauté. En fait, ça va presque à l’opposé de celle-ci.

Beaucoup de mecs pensent que si un mec reste longtemps et fait rigoler chaque fille qu’il aborde, c’est un bon dragueur. Je pense avoir suffisamment d’expérience et de réussite dans le domaine pour affirmer que ce n’est pas le cas.

Si je devais évaluer le niveau d’un dragueur, je me ficherais de savoir s’il est capable de tenir une conversation de plusieurs minutes, s’il est pour raconter se « DHV » et faire marrer les fille, ou combien de fois il se fait rejeter instantanément. La seule chose que je voudrais savoir c’est son bilan final : avec combien de filles il couche (voir qui lui plaisent beaucoup) et combien de temps et d’approches il doit investir pour ça.

Plaire et séduire ne sont pas les mêmes choses. Dans la communauté, des mecs qui réussissent à plaire aux filles qu’ils abordes, il y en a des tonnes ! Vous en faites d’ailleurs peut-être parti. Et comme moi avant vous, vous êtes entrain de réaliser que ce n’est pas suffisant. Ceux qui réussissent à séduire régulièrement des filles qui leurs plaisent beaucoup sont en fait TRÈS rares.

Les mecs qui sont bon pour plaire aux femmes, vont sélectionner le contexte dans lequel ils auront de grande chance sûr d’obtenir l’attention. Par exemple, ils ne vont aborder que les filles seule,s qui marchent tranquillement, sans trop de monde autour. Ils n’aiment pas prendre de risque. ils abordent peu, et rarement les filles qui leurs plaisent beaucoup.

Le bon dragueur va aborder les filles qu’ils veulent aborder. Qu’elles soit pressées, dans une rue bondée, accompagnée par des amies, ou dans un autre contexte difficile. S’il a vraiment envie d’aller lui parler, il ira. autrement dit, il sait prendre des risques. Il ne regarde pas le contexte mais si la fille lui plaît. Ce n’est pas qu’il ne recherche jamais la facilité et qu’il aborde  nécessairement beaucoup (dépend de ses standards), mais sa première préoccupation c’est d’aborder les filles qui lui plaisent.

Alors oui, d’apparence voir un dragueur réussir à parler à chaque fois qu’il aborde une fille peut paraître plus impressionnant qu’un mec qui se fait envoyé balader par une femme sur deux. Mais pour le résultat final, la plupart du temps c’est le second gars (celui qui prendre plus de risque) qui aura les meilleurs résultats : aussi bien en terme quantitatif que qualitatif.

Je vais vous donner un simple exemple :

Depuis Janvier j’ai abordé 16 filles. Avec 9 d’entre elles, je ne suis pas resté plus longtemps que la première minute. La plupart du temps parce qu’elles n’avaient aucun intérêt pour moi, et se sont à peine arrêté ou on repris leur route directement. Quelques fois parce qu’elles m’ont dit tout de suite qu’elle avait un copain ou qu’elle était pas intéressée, et là c’est moi qui suit parti assez vite car je ne voyais pas l’intérêt de rester plus longtemps.

J’ai pris 7 numéros. Idem, j’ai respecté l’effet bande annonce et puisque j’ai su qu’elles étaient intéressées, j’ai pris leur numéro sans perdre de temps. Mes conversations avec ces filles là n’ont pas excédé 3 minutes. J’ai juste fait un peu sourire certaines d’entre elles, et la conversation c’est arrêté aux banalités habituelles : échange de prénom, ce qu’elle fait dans la vie et éventuellement une question en plus qui me vient à l’esprit.

C’est typique des interactions que j’ai quand je drague.

Pour le montent, sur les 16 approches, j’ai fait 3 rendez-vous, j’en ai embrassé 2 et j’ai couché avec une. J’ai aussi 2 autres rendez-vous prévus pour ce week-end et je dois en revoir une la semaine prochaine.

En tout, j’ai passé environ une vingtaine de minutes à discuter, je n’en ai fait rire aucune aux éclats, et je n’ai même pas cherché à me mettre en valeur dans la conversation. D’autres passent ce temps à la sur une seule fille, et font beaucoup plus d’effort pour divertir et paraître intéressant, sans même savoir s’ils ont une chance de prendre le numéro. Sur 16 approches, ils pourrait plus de 3 heures à divertir les nana pour rien. Je me suis juste appliqué à faire une bonne première impression à chaque fois, construire un peu de rapport et prendre le numéro de téléphone.

Quand j’observe également les mecs qui sont efficaces en drague, je constate qu’ils font tous à peu près comme moi. Ils ont une approche très pragmatique n’essaient pas de divertir la fille, même pas d’avoir une discussion divertissante (juste un peu de rapport) et prennent le numéro et surtout n’ont pas peur de se faire éjecter très vite.

Ce qui compte ce n’est pas de d’avoir un « bon game » (savoir divertir, raconter des histoires, etc), ce qui compte c’est d’être efficace !

Bonne réussite,

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de autour de 350 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

4 plusieurs commentaires

  1. A long terme, c’est important de privilégier l’ efficacité. Mais au début sa peut être intéressant de s’entraîner à tenir de longue conversation même avec des filles qui nous plaisent moyennement. J’ habite dans une petite ville ( 200’000 habitants) et aprés 6 mois de directgames ( 400 approches) Je n’avais pas assez de conversations. Je faisais du 3-5 min Max. Et ma timidité était un peu revenu quand j’avais fais une pause.

    • Tu n’as pas besoin de travailler ta conversation lors de la rencontre. D’une part parce que rester plus de 3 minutes sur le lieu du PU est contre-productif – soit tu prends le numéro, soit tu proposes l’instant date. D’autre part parce que tes compétences sociales ne sont pas bonnes ou mauvaises : elles fluctuent en fonction de ton état interne. Ca veut dire que tu peux être un pipelette et avoir une répartie de ouf à un moment donné, et ne pas savoir quoi dire à un autre. Si tu penses que discuter 20 minutes à chaque PU t’aidera à améliorer tes résultats (mais je suis prêt à parier que non) alors travailles ton changement d’état interne : papillonnage, ancrage, etc.

  2. Globalement d’accord avec l’article.

    Mais ne me fais pas croire que tu ne sélectionnes pas les filles AVANT l’approche. 😉

    Mes constatations :
    – Aborder TOUTES les filles qui nous plaisent (peu importe qu’elles tirent la gueule, qu’elle soit une wesh alors qu’on est un rockeur, etc.) : 15-20% de numéros
    – Aborder seulement les filles SÉLECTIONNÉES selon certains critères (elle sourit, elle a l’air d’avoir du temps, elle me correspond [je suis un rockeur/c’est une rockeuse], etc.) : 30-40% de numéros

    Prendre des risques, oui. Mais prendre des risques intelligents. 😉

    Au départ, il faut commencer par aborder toutes les filles qui nous plaisent sans sélection parce qu’on n’a pas d’expérience. Puis, l’expérience nous montre quelles filles sont les plus réceptives à nous.

    De plus, même si on se désensibilise au rejet avec le temps, ça reste TOUJOURS une expérience difficile à vivre.
    – Quand je ne sélectionne PAS, j’aborde 15-20 filles pour 3 misérables numéros. J’investis beaucoup de temps & d’efforts pour peu de résultats. Je deviens déprimé, pessimiste, voire même énervé. (Ma « pire » « session » : 1 numéro pour 21 filles abordées !!!)
    – Quand je sélectionne, j’aborde 7-10 filles pour 3 numéros. J’investis peu de temps & d’efforts pour de bons résultats. C’est super génial. Je pète le feu. Rien à foutre des 4-7 filles qui m’ont rejeté. Etc.

    • D’accord sur un point, il y a des filles carrément plus réceptives que d’autres. Principalement en fonction du style, de l’age, etc.

      Pour ma part, oui je suis sélectif dans le sens ou je sais exactement quelles filles je veux rencontrer : quel type, quel look, quelle note minimum. Et je ne me concentre que sur celles-ci. Si l’on fait une session tous les deux, et que tu vois une 10 selon tes critères, il est possible que je ne la vois même pas et que je n’ai aucune envie de l’aborder. C’est un peu ma manière d’être sélectif. Sinon, qu’elle soit dans un set avec 4 copines, qu’elle tire la gueule ou marche vite, j’y vais quand même (enfin, j’avoue que quand je fais me laisse rouiller un peu ça m’arrive de gâcher :-p).

      Evidemment, certaines situation sont à éviter. Je n’aborde pas non plus une nana avec ces 3 gardes du corps (quoi qu’on pourrait peut-être???), ni en famille (question de principe).

      Le rejet n’est pas une expérience agréable, mais le rejet est inévitable. Tant qu’on continue la drague on aura des rejets, alors autant l’accepter et ne pas chercher à l’éviter en sélectionnant les situations les plus favorables. La drague est une question statistique, et mon premier objectif c’est de trouver des filles qui seront suffisamment compliante pour nous laisser une opportunité de les séduire. Ca passe par un écrémage à l’approche.

      Ce qui est important comme tu le soulignes, c’est d’être récompensé par du résultat. A partir du moment ou on se paie une bonne baise avec la 30eme fille que l’on aborde, on oublie les 29 autres qui nous ont rejeté aussi sec.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.