Accueil 5 Autour de la séduction 5 Draguer sur internet : une bonne idée ?
draguer sur internet

Draguer sur internet : une bonne idée ?

Je parle presque exclusivement de drague en journée parce que j’adore ça.

J’ai rencontré beaucoup de femmes dans la rue, dans les gares, les supermarchés, les magasins, les facs, les campus, les bibliothèques…

La raison est en partie générationnelle, je pense.

J’ai commencé à aborder en 2006, à une époque où les sites de rencontres n’étaient pas encore démocratisés, et les réseaux sociaux n’existaient pas.

Le choix était vite fait. J’étais peu friand des boites de nuit ni des filles qu’on y trouvait. Je venais de débarquer dans une ville où je ne connaissais personne. Il me restait la drague de rue.

Ce mode de rencontre, certains le détestent, d’autres l’adorent. Je fais partie de la seconde catégorie.

En journée je suis un « bookmaker » de la séduction ; je joue pour le plaisir.

  • Parfois je gagne petit – je repars avec un numéro qui ne donnera rien, un peu comme si on m’avait remboursé ma mise…
  • Parfois je perds.
  • Quelquefois je réalise un « gros coup » — je tape dans l’œil d’une fille particulièrement belle et sympa, ou d’une bimbo avec un cul en 3 dimensions, ou d’une touriste motivée pour visiter mon appartement dans l’heure qui suit…

Et ce sont surtout ces « gros coups » qui me poussent à rejouer encore et encore.

J’adore ce genre de rencontres, et je le recommande (avec modération bien sûr).

Aujourd’hui toutefois, un autre mode semble avoir la cote, notamment chez les moins de 25 ans. La drague sur internet.

Si on regarde les conseils les plus sollicités sur Google, on découvre qu’ils portent sur les rencontres virtuelles.

Par exemple : des expressions clés comme « Comment draguer sur internet/sur Tinder » sont plus souvent saisies que « Comment draguer une fille dans la rue/en boite ».

Ça semble être devenu le nouveau moyen de rencontre par défaut.

Quand un mec veut trouver une copine, un plan Q ou autre, son premier réflexe est de s’inscrire sur les sites/applis de rencontres.

Pas étonnant. Les rapports sociaux se font de plus en plus via internet et le smartphone. En plus, les dernières campagnes médiatiques anti-harcèlement (#balancetonporc) ont résigné beaucoup d’hommes à oser le premier pas dans la vraie vie.

Je n’ai rien contre la drague online. J’ai eu l’occasion d’en faire (un peu), et je n’exclus pas d’en faire un de mes modes de rencontres dans les années à venir.

Cependant, je déconseille d’avoir exclusivement recours à internet pour rencontrer les femmes.

Pour moi, ce doit être et rester un moyen complémentaire.

Mes arguments ci-dessous…

La drague en ligne est MOINS efficace

draguer sur internet

Scoop : j’ai (un peu) dragué sur Tinder récemment.

À la base, j’avais téléchargé l’appli lors d’un séjour à Dakar, en avril dernier.

Je trouvais ça plus pratique que de partir à l’abordage dans des rues inconnues, où l’atmosphère diffère de celles que je connais.

Les résultats ont été phénoménaux. Une dizaine de matchs par jour, sans même épuiser mon quota journalier de likes. La plupart débouchaient sur un échange de numéro ou une prise de rendez-vous.

Pour être tout à fait honnête, je n’ai rien fait de magique. Être un « blanc » de moins de 40 ans, avec une apparence soignée, dans la plupart des pays du tiers monde, c’est une denrée rare — et convoitée.

En outre, l’utilisation d’une appli de rencontres reste relativement marginale (= concurrence basse) là-bas.

Plutôt par curiosité, j’ai voulu voir ce que ça donnerait à mon retour en France.

Sans surprise, comme Tinder est très populaire ici et qu’à peu près tout le monde possède un smartphone avec une connexion internet, l’appli semble complètement saturée.

La masse des mecs frustrés et/ou en chaleur est telle qu’on peut s’estimer heureux d’être remarqué par quelques-unes des filles qu’on a liké.

Pour ma part, j’obtenais un match par jour en moyenne, à condition d’épuiser mon quota journalier de likes. Et j’en convertissais un match sur quatre en numclose (la moitié ne répond pas au premier message).

Ça fait, grosso modo, deux numcloses par semaine (avec la version gratuite). Ce n’est pas énorme, mais c’est déjà au-dessus de la moyenne.

En étant moins sélectif que dans la rue, il me fallait une bonne demi-heure au moins pour arriver au bout de mon quota likes. Ça donne un ratio d’environ un numclose toutes les 2 heures…

En comparaison, c’est ce que j’arrive parfois à récupérer simplement en allant faire mes courses — entre le chemin aller, le supermarché et le retour —, en 45 minutes à tout casser.

Si j’investis 4 heures par semaine à draguer (surtout dans les endroits aux bons moments), je vous garantis que je prends bien plus de deux numéros. Et je suis loin d’être certain qu’ils seraient moins solides que ceux récoltés sur le net.

Bon, ces résultats sont à nuancer. Il y a probablement des plateformes plus efficaces que Tinder pour draguer sur internet — Lovoo, Adopteunmec, whatever ! — et j’étais sur une version gratuite.

Mais j’ai plus que l’impression qu’à moins de faire le gros bourrin en restant plusieurs heures par jour à balancer des likes/messages en grande quantité, le potentiel de rencontres (qui plus est de rencontres de qualité) ne sont pas dingues.

Parce que c’est le mode de rencontre utilisé par la masse, et que vos sollicitations sont noyées dans celles de tous les autres hommes.

La drague en journée a aussi ses défauts. Je ne cherche pas, comme certains, à vous faire croire que c’est la panacée. Mais si vous êtes un tant soit peu compétent, bien mis, enthousiaste et malin quand vous draguez, vous pouvez obtenir de meilleurs résultats que sur n’importe quel site/applis — en quantité comme en qualité.

J’en suis convaincu.

C’est également valable pour la drague en soirée.

La drague « dans le réel » demande (1) plus de courage et (2) plus de prérequis, mais elle paye mieux.

La drague sur internet n’est pas vraiment formatrice

  • Est-ce que la drague online affûte vos compétences sociales ? Vous apprend à interagir sous pression ?
  • Est-ce qu’elle permet de repousser votre zone de confort ?
  • Est-ce qu’elle vous enseigne comment dégager une aura séduisante en présence d’inconnues ?

Non. Non. Non.

À vrai dire, dans le monde virtuel vous aurez peut-être de meilleures chances d’intéresser les filles avec un bon photographe et quelques retouches sur Photoshop, qu’en développant une meilleure version de vous-même.

Un type qui aborde et interagit souvent avec des femmes dans le réel progresse à de nombreux niveaux ; pas un type qui reste à l’abri derrière un écran.

La seule compétence intéressante à acquérir grâce à la drague sur internet, c’est de savoir dialoguer par messages instantanés. C’est une aptitude importante pour augmenter son taux de revoyure.

Pour le reste, vous en apprendrez bien plus en draguant dans la vie réelle que sur internet. Et ça vous servira pour la suite du processus comme dans vie.

La qualité se trouve davantage dans le réel

draguer sur internet drague dans la réalité site de rencontre

Enfin, j’ai l’intime conviction qu’on a plus de chances de trouver des femmes de qualités dans la vie réelle que sur un site/appli de rencontres.

D’abord parce qu’avec les sollicitations qu’elles reçoivent, encore plus nombreuses qu’en soirée, parvenir à discuter avec une fille vraiment jolie sur le net ressort plus de la loterie qu’autre chose.

Même dans l’hypothèse où vous seriez son type d’homme, elle risque de ne jamais voir que vous lui avez écrit/envoyé un like. Parce que vous êtes noyé dans la masse des autres gars (y compris avec une version premium).

Et quand bien même elle vous remarquerait, se rendrait-elle compte que vous lui plaisez ?…

Après tout, elle ne peut vous évaluer qu’à travers un profil virtuel.

Dans le réel, les belles femmes sont plus abordables. Surtout en journée : peu d’hommes les sollicitent, et encore moins correctement.

Si vous regardez quelles filles les mecs préfèrent accoster ou siffler dans la rue, vous vous apercevrez que ce ne sont pas les plus jolies, mais celles qui semblent (faussement) les ouvertes sexuellement : les filles en tenue provocante, avec une démarche chaloupée, qui se promènent très lentement.

Certaines peuvent être des 8 ou 9, mais la plupart ne sont que des 5-6 en recherche d’approbation. Elles veulent attirer l’attention des hommes pour mieux les envoyer balader. C’est leur manière de rebooster leur ego.

Les jolies filles, généralement, ne cherchent pas à attirer l’attention. Elles s’habillent plus sobrement et peuvent avoir l’air fermées de prime abord parce qu’elles sont aspirées dans leurs pensées et ne s’attendent pas à rencontrer quelqu’un. Ce sont pourtant de meilleures « prospects ».

Aborder dans la vie réelle offre aussi plusieurs avantages.

  1. De paraître courageux et original.
  2. De mettre en lumière une aura séduisante. Et c’est un atout de taille, car peu d’hommes possèdent une bonne aura (vibe) — ils sont généralement trop occupés à chercher quoi dire ou faire pour impressionner les nanas qu’ils en oublient que la séduction est aussi (surtout !) non-verbale.

En bref, votre présence peut exhaler quelque chose d’attirant en plus, qui influencera favorablement la réponse des femmes —, et ce même si elle ne vous ne trouve pas spécialement beau au premier coup d’œil.

Enfin, vous avez plus de chance de rencontrer des filles saines et équilibrées dans la vraie vie que sur le net.

Beaucoup de celles qui fréquentent les sites/applis de rencontres sont aussi les surconsommatrices de réseaux sociaux.

C’est un détail important : plus une fille passe son temps sur les réseaux sociaux, plus elle aura tendance à développer un ego surdimensionné et des attentes démesurées (lire cet article).

C’est une catégorie de filles bien moins intéressantes et fiables, surtout pour une relation.

Dans la vente, internet est généralement réservé aux produits relativement « low cost ».

Quand l’enjeu est important — vendre un appartement, une voiture, etc. —, on s’assure de rencontrer le client en personne pour négocier et conclure la vente.

C’est similaire pour la séduction.

Vous pouvez réussir à vous vendre sur internet aux « petites clientes », mais vous vous vendrez toujours mieux aux « grandes clientes » (= femme de qualité) dans la vraie vie.

Quand est-ce utile de draguer sur internet ?

Draguer sur internet drague en ligne site de rencontres

Je vois la drague online plutôt comme un moyen de rencontre complémentaire, pour décrocher des numéros et rendez-vous en rab.

C’est utile si vous peinez à en obtenir assez, ou comme pis-aller si vous n’avez pas l’occasion de rencontrer des femmes autrement.

  • Si vous vivez dans une ville de moins de 200 000 habitants, les sites/applis de rencontres peuvent être un excellent complément pour l’hiver, voire même une alternative aux rencontres réelles.
  • Si vous vous situez loin du centre-ville, avec peu de possibilités d’aborder en semaine, ce peut être un bon à-côté.

Et qui sait : peut-être que vous pourrez rencontrer une fille sympa qui vous comblera d’amour ?…

Mais, même si vous avez horreur de faire le premier pas dans la vraie vie, vous devriez quand même vous arranger pour rencontrer en dehors d’internet.

Approcher à froid n’est pas toujours nécessaire…

Vous pouvez vous inscrire à 2 ou 3 activités, comme Salsa, le CrossFit et le Krav Maga. Ce sont de bons viviers à nana.

Ou alors : participer à des évènements spéciaux — soirées célibataires, cafés polyglottes, etc.

Le plus important : l’abondance !

draguer sentiment d'abondance sur internet frame état d'esprit séduction

L’essentiel, souvenez-vous-en, est de faire des rencontres régulièrement.

Dans l’absolu, on se fiche que ce soit en allant au marché, en sortant du bus, en soirée avec des potes, au mariage de son cousin, à l’église ou sur internet.

Le plus important, c’est de bénéficier d’un sentiment d’abondance.

Les femmes ont l’abondance. Dès qu’elles partent en boîte ou s’inscrivent sur un site de rencontres, plusieurs mecs leur courent après.

Grâce à cela :

  1. Elles sont détachées du résultat (≠ Needy)
  2. Elles gardent leur sang-froid et sont difficiles à manipuler émotionnellement.
  3. Elles peuvent vous nexter n’importe quand, pour « mauvaise conduite », et font peser la menace sur vous (ça vous force à vous tenir à carreau.)

En somme, ça leur confère une Frame solide.

De votre côté aussi, vous devez posséder un sentiment d’abondance pour développer les mêmes attitudes.

Une frame ne peut être solide que si les bons ressentis l’accompagnent. Sinon, vous n’êtes que dans l’apparat et ça finit toujours par se voir.

  1. Ayez toujours un peu plus de « dossiers en cours » que vous n’êtes capable d’en gérer.
  2. Ayez toujours un peu plus de rendez-vous à planifier que vous n’avez la possibilité d’en caser dans votre emploi du temps.

C’est promis, quand vous arrivez à ce stade…

  • Vous serez détaché du résultat.
  • Vous aurez le sang-froid et contrôle émotionnel nécessaire pour mener à bien le processus.
  • Les femmes ne pourront plus faire de vous leur pantin fantoche — vous passerez les tests avec brio, vous évincerez vite les « mictonneuse » ou les « attention whores » à la recherche la validation.
  • Vous ferez sentir que, même si vous n’avez pas envie qu’elle vous next, vous en survivrez sans problème.
  • Vous êtes prêt à déplaire pour avancer dans le processus de séduction.
  • Vous leur ferez sentir que vous pouvez également les nexter.

Le bon séducteur est comme un requin : s’il cesse d’être en mouvement, il se noie…

Un homme n’est vraiment séduisant que lorsqu’il a beaucoup d’opportunité.

Restez toujours en mouvement, que ce soit dans la rue, en soirée ou sur internet.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 250 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

13 plusieurs commentaires

  1. En ce qui me concerne, j’ai abandonné la drague de rue car je n’habite pas une grande ville (obligé de me taper le trajet à chaque fois) et je ne suis jamais allé au delà de qlq numéros et rdv sur une centaine d’approches (bon c’était avant, certes..)

    Aussi sur ma 40aine de fc (je sais, c’est peu comparé à toi Chrys :p ), les 3/4 proviennent du net, le reste étant en soirée ou en voyage.

    Ça m’a donné l’occasion de faire pas mal de progrès mais…. je ne peux remarquer qu’effectivement les filles (avec cette mode d’instagram, snapchat et les mecs qui leur lèchent le cul dès leur moindre photo postée) prennent de plus en plus la grosse tête. Au vu de cette masse à leur pieds, elles ne font plus d’efforts et n’hésitent pas à nexter dès qu’un msg ne leur plait que moyennement.

    Il y a aussi le fait que de plus en plus de mecs faisant des shootings pro, nos 2-3 photos amateurs deviennent vite « has been », et notre profil se trouve très vite noyé dans la masse.

    L’abondance qu’on pouvait avoir au début est compromise… C’est désormais loin de se suffire à lui-même comme mode de rencontre.

    Je crois que ça vaut la peine de se remettre à la drague de rue, ne serait-ce pour les qualités que l’on peut améliorer chez nous grâce à ça.

    Sinon Chrys, tu as déjà dragué dans le Sud Est (Aix, Marseille, Nice..) ?? J’ai l’impression que la mentalité ici est bien plus casse c**** qu’ailleurs. C’est comme si on avait déplacé le niveau d’un jeu de Normal à Hard, voire Very Hard parfois (c’était peut ça aussi qui m’avait dissuader de stopper le spu)

    • Salut Hisagi.

      Merci pour ton témoignage.

      Sinon Chrys, tu as déjà dragué dans le Sud Est (Aix, Marseille, Nice..) ?? J’ai l’impression que la mentalité ici est bien plus casse c**** qu’ailleurs. C’est comme si on avait déplacé le niveau d’un jeu de Normal à Hard, voire Very Hard parfois (c’était peut ça aussi qui m’avait dissuader de stopper le spu)

      Non jamais, mais j’ai quelques amis (notamment à Nice) qui m’ont effet dit que la mentalité n’était pas top et que draguer là-bas. C’est dommage. Au delà même de la possibilité de faire des rencontres, ça ne doit pas être agréable d’être dans une ville où les gens sont hautains et froids. A titre perso, si c’est vraiment le cas, je n’y serais pas resté longtemps. Y’a plein de villes, très estudiantine et tellement sympa en France (ou ailleurs dans le monde…)

  2. Hello Chrys 😉

    Trés bon article; bien écrit,mais une fois de plus je ne peux pas etre completement d accord
    quand j ai commencé en 2000
    il n y avait que très peu de sites de rencontres,juste des salons de discussions Voila.fr ou les personnes etaient un peu moins coincées que maintenant,meme si j ai mis 1 an pour trouver ma seule et unique petite amie,si il n y avait pas eu de virtuel,et bien il ne se serait rien passé du tout,et je serais surement encore vierge ou incell..c est dire..
    Donc oui le reel est peut etre bon..mais il faut etre doué pour ça..par contre je reconnais que Tinder est un enorme puit à mensonges,puisque pas mal de femmes disent rechercher une histoire sérieuse,mais en fait mentent la plupart du temps,ou sont tellement selectives,que finalement il ne se passera rien pour nous.

    Hisagi : ne te plaint pas! 😉 je n ai qu une femme dans ma vie! a coté tu es un don juan lol!

    • Salut Thierry.

      Merci d’avoir complété mon point de vue par le tien 😉

      Evidemment, je ne dis pas que la drague sur internet ne fonctionne pas ou n’a jamais fonctionné.

      A vrai, la plupart des sites/applis rencontres populaires aujourd’hui le sont en partie parce qu’ils ont marché, à un moment donné.

      Meetic, Badoo, Tinder, etc., suivent ce cheminement :

      1. Ils arrivent sur le marché avec un concept original, qui plaît notamment à la gente féminin. Pour tinder par exemple, c’est le fait de pouvoir balayer les mecs qui ne leur plaisent pas rapidement, et donner « une permission » aux autres de leur écrire.

      2. Comme il y a un ratio homme/femme équilibré, les hommes peuvent rencontrer (et coucher) assez facilement

      3. Le site/l’appli, de par son efficacité, devient populaire et de plus en plus d’hommes (souvent avec un « QI séduction » faible) qui viennent dessus.
      On se retrouve avec un ratio très déséquilibré, avec beaucoup plus d’hommes, dont beaucoup qui « likes » ou « opens » en masse. Un ratio qui empire, car à force de tomber sur des ploucs, les filles quittent le site/appli. Et ça devient quasi-impossible de rencontrer autre chose que des filles très moyennes ou (sur un coup de chance) une nympho à qui vous êtes le premier de la soirée à lui avoir tapé dans l’œil.

  3. Salut Chris !!!!

    J’avais été d’accord avec toi a 100% dans l’article précédent.

    Cette fois je ne suis pas d’accord quand tu dis que ce ne sont pas les mêmes femmes que tu aborde en SDR, en bars et dans la rue.

    Ce sont les mêmes femmes, mais la rencontre (et comportement de la femme) est différent.

    Pour moi la SPU est bien quand tu as entre 15 et 25 ans (allez 30 ans en étant large), mais à un moment donner je trouve lassant et fatiguant d’être rejeter par des gamines qui font les princesses.

    Parce qu’on est bien d’accord que nous les hommes à plus de 30 ans nous allons plus aborder des étudiantes bandantes dans la rue que des femmes de 40 ans (même si elles sont encore désirable).

    Je trouve plus normal d’avoir comme principal mode de rencontre la Salsa ou salle de sport quand on a plus de 30 ans que juste traîner des heures dans les rues.

    Les Tinders et compagnie est clairement pour les gens beaux physiquement, un moche n’aura jamais de de réponses et va payer un abonnement pour rien.

    Dans la rue cela doit être un « complément » ou il faut aborder que quand la fille qu’on croise nous donne vraiment envie sexuellement parlant.

    Je rajoute que comme j’ai dit dans un autre article:

    J’aime quand il y a une attirance mutuelle entre moi et la femme en face.

    Le flirt est évident et la séduction est naturel ce qui est plus agréable pour la fille et surtout pour moi.

    Dans la rue, elles font trop souvent les hypocrites et font croire qu’elles veulent te revoir, mais en faite ou c’était un mensonge, ou elles changent d’avis…

    • Hello Vanity.

      Cette fois je ne suis pas d’accord quand tu dis que ce ne sont pas les mêmes femmes que tu aborde en SDR, en bars et dans la rue.
      Ce sont les mêmes femmes, mais la rencontre (et comportement de la femme) est différent.

      Même si les femmes que l’on croise en boite peuvent être rencontrées dans la rue, et les filles que l’on rencontre dans la rue peuvent parfois être sur les sites de rencontres, je ne suis pas vraiment d’accord.

      Même d’un quartier à un autre, ou d’un horaire à l’autre, on rencontre des profils de femmes relativement différentes. Et j’ai tendance à rencontrer plus de fille qui me plaisent en journée qu’en soirée. Du moins, c’est mon constat personnel.

      Pour moi la SPU est bien quand tu as entre 15 et 25 ans (allez 30 ans en étant large), mais à un moment donner je trouve lassant et fatiguant d’être rejeter par des gamines qui font les princesses.

      Je ne pense pas du tout la même chose.

      La drague de rue pour un homme est plus difficile pour les jeunes hommes.

      Elle est plutôt idoine pour les hommes d’un certain âge – entre 26 et 35 ans, voire 40 si on est bien conservé – qui en impose en termes de maturité et confiance sexuelle.

      En dessous de 18 ans, c’est vraiment trop jeune.

      Même en dessous de 26 ans on est généralement encore un peu « tendre. » Il faut montrer une maturité et un charisme que peu d’hommes possèdent à cet âge.

      Les meilleurs dragueurs de rue ont tous autour de la 30aine, pas de la 20aine. Ce n’est pas par hasard.

      Et si tu ne veux pas être rejeté par des princesses, il suffit d’aborder un profil de femme différent .

      Je trouve plus normal d’avoir comme principal mode de rencontre la Salsa ou salle de sport quand on a plus de 30 ans que juste traîner des heures dans les rues.

      En revanche, je suis d’accord sur ce point.

      C’est la raison pour laquelle je prône les approches au quotidien plutôt que les longues sessions dragues.

      Un homme doit avoir une vie structurée, avec un boulot, des loisirs, une vie sociale. S’il n’a rien à faire d’autre que de draguer 5 heures d’affilé le samedi aprèm, il y a un problème.

      Aussi, il faut qu’il puisse rencontrer des gens (pas seulement des femmes) régulièrement.

      Dans la rue, elles font trop souvent les hypocrites et font croire qu’elles veulent te revoir, mais en faite ou c’était un mensonge, ou elles changent d’avis…

      Je ne crois pas qu’elles soient hypocrites.

      Je pense que la plupart des filles sont sincères sur l’instant. Sauf qu’a posterori l’excitation de la rencontre redescend et elles réalisent que tu es un type qu’elle a rencontré dans la rue.

      C’est comme lorsqu’elles disent « je t’aime ». Beaucoup (notamment les « Masculiniste ») disent que ce sont des conneries, qu’elles ne nous aiment pas vraiment et qu’elles disent cela pour nous manipuler…

      Moi je suis convaincu qu’elles sont sincères sur l’instant. Seulement l’amour est une émotion, et les émotions évoluent.

  4. Il semble assez evident que tinder , malgre tout ce que peuvent claironner les coachs en séduction, a été concu pour une minorité d hommes avantages physiquement..Après passer des heures et des heures dans la rue a esperer un miracle ou une femme receptive…a moins d avoir sacrément la foi..

    • La drague de rue (ou plus largement en journée) fonctionne !

      c’est juste que personne ne sait s’y prendre et que la plupart des gens (les femmes les premières) font l’amalgame entre drague et harcèlement quand on leur parle de la démarche.

      • oui je suppose..comme tu dis c est vraiment à une elite minuscule..
        mais bon quand on y arrive pas..on est obligé de se tourner vers d autres moyens..

  5. @Thierry,
    Non je ne me plains pas (après à côté de Chrys ou de certains amis, je reste un petit joueur.. lol)

    Mais je ne suis pas arrivé là en claquant des doigts.. Y a pas eu de secrets, j’ai pris sur moi et j’ai dû faire de gros efforts car je partais avec de gros gros handicaps de par ma vision innocente des femmes, mon total manque d’assurance et mon manque d’expériences (j’avais connu qu’une seule femme au moment où je me suis décidé à prendre ma vie sentimentale en main)

    Physiquement je suis moyen et j’ai un tempérament assez calme et posé ce qui plaît pas tant que ça au final.
    Mes premières approches, dates.. ont été des ratés et ce n’est qu’après plus d’un 1 an que j’ai pu couché enfin avec une femme !!
    J’ai eu des moments d’échecs et de découragements (et j’en ai encore).
    Faut juste pas finir avec une vision négative et partir battu.

    J’aime pas trop les comparaisons mais sinon dis toi aussi, qu’en ne terminant pas ta vie avec une fille par défaut avec laquelle tu n’es pas heureux (comme beaucoup) et pour peu que tu aies un peu de culture, que tu saches parler une autre langue ou autre.. , tu seras déjà au dessus de la moitié de l’humanité.

    @Chrys
    Effectivement cette mentalité n’est pas des plus agréable, surtout que ça influe sur les résultats :/
    Mais pas vraiment le choix de bouger ailleurs en raison de mon travail et 2-3 autres points logistiques

    • Lol vu ma culture alors je suis largement au dessus de toute l humanité 😉 je comprend mieux maintenant,je suis trop bien pour les filles en fait 🙂

      Plus sérieusement Hisagi je te taquinais un peu par rapport à ton precedent message,mais après c est pour te dire qu il y a des situations plus dure que la tienne
      un exemple :
      Tinder j ai pris l abonnement gold et j ai liké 3112 profils en 1 semains et tu sais quel a éte mon taux de réussite..zéro..c est à dire que j ai eu des milliers de refus en peu de temps, si je les additionne avec les rateaux d avant,franchement je pourrais remplir un annuaire..
      peut etre que les eixgences des femmes sont devenues telles que finalement on risque de s orienter vers fonctionnement ou un male aura droit à toutes les femelles et le reste pourra toujours courir pour avoir des miettes..

      Bon c est un peu pessimiste je te l accorde..
      Mais perso c est un echec total tout simplement et l age avancant,les possibilités seront de moins en moins nombreuses.

      Mais bon peut etre qu un jour le miracle se produira ..

      • Juste une remarque comme ça : si la solution miracle n’était ni dans les méthodes de drague, ni sur les sites de rencontres, mais en toi.

        Je veux dire par là : on a tous du potentiel. Tu n’es probablement pas si moche que tu le penses, et en travaillant tes fondamentaux (je sais, on revient toujours au même point) tu pourrais sans doute faire d’énorme progrès.

        Y’a sans doute un tas de domaines sur lesquels tu peux progresser, à commencer par le look et l’innergame.

        • oui effectivement,ce n est pas en lisant les sites de seduction..ou en regardant toutes les vidéos des coachs que l on va arriver à quelque chose..et puis perso je ne pourrais jamais oublier evelyne.la seule personne avec qui j ai vécu quelque chose,aussi imparfaite que fut notre histoire..et des qu une personne ne lui ressemble pas un peu(mais vraiment un peu) c est le decouragement et l envie de tout laisser tomber..après c est vrai que j ai eu pas mal de rateaux..et je ne suis pas si moche..mais peut etre que finalement on ne peut etre vraiment que d une personne ou de deux dans sa vie..

          en tout cas ton blog est genial Chrys 😉

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.