Accueil 5 Séduction avancée 5 Comment amener une fille du lieu de rendez-vous jusqu’à l’hôtel ? (partie 1)

Comment amener une fille du lieu de rendez-vous jusqu’à l’hôtel ? (partie 1)

Quand l’on sait escalader et qu’on tombe sur une fille qui n’oppose pas de lourde résistance — notamment à l’escalade physiquement, —  il est relativement facile de réussir à l’isoler chez soi.

La plupart du temps, il suffit de :

  1. Passer un bon moment avec elle,
  2. L’exciter assez (via baiser et caresses),
  3. L’isoler éventuellement dans un endroit intermédiaire entre le lieu de rendez-vous et votre domicile,
  4. Utiliser un prétexte quelconque pour l’isoler complètement (lui montrer des photos, lui jouer du piano, etc.)

En revanche, lorsque vous n’avez pas de logistique (pas de chez vous, ni de chez elle, ni les clés d’appart d’un pote que vous auriez réussi à gratter) une difficulté supplémentaire s’installe.

Les options qu’il vous reste pour avoir un rapport sexuel sont :

  • Louer une chambre d’hôtel ;
  • Faire ça dans un lieu public (les toilettes d’un café, la cage d’escalier d’un immeuble, une ruelle déserte, etc.)

Je déconseille de tenter la seconde, surtout la toute première fois. Hormis si la fille est une cochonne avérée, c’est une option trop fantaisiste.

La plupart des femmes se sentent plutôt nerveuses lorsqu’elles couchent avec un nouveau partenaire. Alors s’il s’agit de le faire dans un lieu public… ça pourrait les rentre trop mal à l’aise et les refroidir !

Il m’est arrivé une fois de le faire, une fois, mais c’était vraiment l’exception qui confirme la règle.

Il ne vous reste plus, donc, qu’une option concrète : l’hôtel.

C’est de cette option que nous allons parler dans cet article.

Les difficultés avec l’hôtel

Je n’ai jamais vécu sur Paris, mais j’y ai pas mal dragué ces quelques dernières années, sans avoir AUCUNE logistique.

Parfois, je rencontrais une fille qui avait son appart, et ça facilitait la fin du processus. Mais, à Paris plus qu’ailleurs, ce genre de cas est plutôt rare.

À cause du prix des loyers et des garantis que demandent la plupart des propriétaires dans cette ville, on rencontre une pléthore de filles qui vivent encore avec leurs parents, ou d’autres membres de leur famille, ou en collocation. Cela rend l’isolation à chez elle compliquée, parfois impossible.

Alors, la meilleure solution reste la location d’une chambre d’hôtel. Au moins, la première fois. Ensuite, lorsqu’on commence à la fréquenter sérieusement, on peut envisager d’autres possibilités (appartement air b&b loué à l’avance, allez chez elle quand ses colocs sont absents, la faire venir en province, etc.)

Le prix d’une chambre d’hôtel, contrairement à ce qu’on pourrait croire, n’est pas un obstacle si énorme. Pas même pour un petit budget comme le mien. Si vous vous débrouillez bien, vous pouvez trouver une chambre autour de 30 à 50 euros la nuit. Surtout si la fille participe aux frais, c’est plutôt correct.

Mais voici ce qui est plus complexe :

  1. Vous devez faire une offre sexuelle explicite. Dire « allons à l’hôtel », c’est presque comme dire « allons baiser ». Si vous faites cette proposition, il est évidemment que ce ne sera pas pour jouer au domino !… Elle le saura, et donc vous risquez plus que jamais de vous heurter à son ASD.
  2. Vous devez vous occuper de la réservation et du déplacement jusqu’à l’hôtel (qui peut durer un moment) ; tout en veillant à ce qu’elle ne perde pas son excitation et rationnalise en cours de route. Car, pour toute insolation sexuelle (et encore beaucoup plus pour celle-ci), l’excitation ressentie par la fille est importante. Si elle redescend trop bas, elle peut se dire « Mais qu’est-ce que je suis en train de faire », et changer d’avis.

Heureusement pour vous, j’ai un peu d’expérience dans les rendez-vous qui finissent à l’hôtel.

En partant du principe que la fille est suffisamment réceptive (vous ne séduisez pas un mur !), voilà les étapes que j’ai l’habitude de suivre et qui me permettent d’aller du lieu de rendez-vous jusqu’à l’hôtel. Pas à chaque fois, évidemment, mais assez régulièrement quand même.

Etape 1 : Oubliez que vous n’avez pas de logique !

Tout débute par le bon état d’esprit…

Quand on ne voit aucun moyen d’isoler en privé — chez nous, chez elle ou chez un tiers — on a tendance à limiter notre ambition au kclose (+ un peu d’échange affectif) lors du rendez-vous, sans jamais chercher à aller plus loin.

Ça peut être une bonne chose de s’arrêter à ce stade-là… quand c’est la limite que la fille s’autorise à atteindre.

Mais, si une fille est prête à aller beaucoup plus loin, elle risque de rester sur sa faim et de nettement la refroidir.

Chaque fille est différente : certaines peuvent vous prendre pour un pervers sexuel seulement parce que vous essayez de l’embrasser au 1er rendez-vous, alors que d’autres vous percevoir comme une fiotte asexuée si vous ne tentez rien !

En arrêtant subitement d’escalader jusque parce que vous avez obtenu un baiser, vous risquez de passer pour le genre de mec trop « fleur bleue », qui veut juste recevoir de l’affection féminine ; en d’autres termes, pour un AFC.

C’est sans compté que plus il vous faut de rendez-vous pour conclure et moins vous avez de chance d’y parvenir. Peu importe ce que prétendent les femmes, tant que vous n’avez pas couché avec elles au moins une fois (souvent même DEUX !), vous restez un mec lambda avec qui elle flirte. Elle ne sera pas accrochée à vous et peut cesser de vouloir vous revoir d’un jour à l’autre.

Alors n’attendez pas le 3e rencard pour aller jusqu’au bout, alors que vous pouvez conclure lors du second. N’attendez pas le second rencard pour conclure, alors que vous pouvez le faire dès le tout premier.

Ce sera un gain d’efficacité, de temps et d’argent. En plus, c’est toujours plus excitant quand ça va vite !

Si vous savez que vous n’avez pas la possibilité d’isoler une fille dans un appartement (le vôtre, le sien, celui d’un ami), faites-vous une faveur… OUBLIEZ ÇA !

Ne laissez pas ce détail vous décourager ; escaladez comme si vous aviez un appartement à 10 minutes du lieu de rendez-vous.

D’ailleurs, en pensant que vous n’avez pas de logistique, vous avez tort !

Vous ignorez à quel point vous pouvez pousser la compliance sexuelle de certaines femmes. Les filles, lorsqu’elles se laissent aller sous l’emprise de leur excitation, peuvent faire un tas de choses que vous n’oseriez même pas imaginer !… C’est pourquoi beaucoup d’entre elles cherchent à la contenir tant qu’il en est encore temps.

En vérité, sous cette emprise, même les filles qui ont l’air pures et innocentes au premier abord peuvent :

  • Se faire n*quer par plusieurs mecs en même temps ;
  • Criez haut et fort un tas de choses qu’elles n’oseraient jamais dire à froid, comme : « vas-y défonce-moi », « j’aime ta queue », et j’en passe.
  • Aimer se faire fesser, biffler, traiter de « salope » au lit, et j’en passe !

Un haut niveau d’excitation peut les mettre dans une sorte de transe qui réveille le côté « cochonne » qui sommeille en elles, et endort leur ASD.

Autrement dit, si vous parvenez à pousser son excitation au-delà d’un certain seuil, vous POUVEZ lui faire accepter d’aller coucher avec vous à l’hôtel. C’est moins compliqué que ça en a l’air.

Bien sûr, encore une fois, toutes les filles sont différentes : certaines ont un meilleur self-control et lâchent difficilement prise avec leur intellect, tandis que d’autres deviennent très sexuelles dès qu’on les embrasse…

Mais, plus souvent que jamais, vous seriez surpris de constater à quel point on peut rendre une fille compliante en l’excitant.

En fait, vous devriez même considérer le Fclose à l’hôtel comme une possibilité tout à fait plausible. Car c’en est une ! 

Peut-être qu’avant vous pensez que prendre un numéro dans la rue, coucher au premier rendez-vous ou quelques heures après la rencontre était impossible… Et vous avez réalisé que c’était faux.

De même, vous finirez (peut-être) par réaliser que le rendez-vous qui termine dans une chambre l’hôtel n’est ni une légende ni un exploit hors du commun.  C’est quelque chose que l’on peut faire assez régulièrement suite à une bonne date.

Etape 2 : Escalader l’intimité

À présent, passons à la pratique.

Quand il s’agit d’isoler une fille à l’hôtel, deux principes sont à retenir :

  1. L’excitation sexuelle des femmes réduit l’emprise de leur ASD sur elles. En clair, au-delà d’un certain niveau d’excitation elles se fichent davantage de passer pour des salopes ou non.
  2. Une fille n’acceptera pas d’aller à l’hôtel avec vous — encore moins premier rendez-vous ! – si vous ne l’avez pas bien chauffée avant !

Il faut considérer la potentielle résistance de cette isolation comme on une potentielle LMR qu’elles pourraient faire.

Si vous avez lu Drague Minimaliste, vous savez quelle est la meilleure stratégie pour éviter et contrer la LMR (sinon : voici le lien pour commander votre copie).

C’est le même principe pour la ramener jusqu’à l’hôtel.

Vous devez lui donner tellement envie de sexe qu’elle oubliera l’image (de fille sérieuse et désintéressée du sexe) qu’elle est censée donner au premier rendez-vous.

En plus de cela, vous devez lui sous-communiquer en même temps que vous êtes à l’aise avec sa sexualité et que vous ne la jugez pas négativement parce qu’elle la laisse s’exprimer. Au contraire même, vous trouvez ça plutôt cool — elle assume et est authentique, ça vous plaît !

Cela va la rassurer et l’encouragera à l’assumer encore davantage.

La première chose à faire pour augmenter l’excitation est de laisser s’installer la tension sexuelle, au point où vous désirez tous deux vous toucher et vous embrasser.

Ensuite, après qu’une forte tension s’est installée dans l’interaction, faites votre premier kino « assumé ». Autrement dit : touchez-la pour lui signifier qu’elle vous plaît et que vous voulez aller au-delà d’une simple conversation avec elle. Le mieux, en général, est de lui prendre délicatement la main et commencer à la lui caresser. Si vous sentez que cela est plus approprié, vous pouvez aussi l’embrasser — mais il peut être utile de garder le baiser pour plus tard.

En théorie, une forte excitation — souvent proportionnelle à la tension qu’il y avait juste avant — devrait immédiatement s’installer, juste avec ce premier contact physique. Érection, humidité, poux qui accélère, respiration que ralentie… tout y sera !

Sous cette excitation, une fenêtre d’opportunité va s’ouvrira : vous allez avoir l’occasion de capitaliser tout de suite en accédant à d’autres parties érogènes de son corps.

Ne la jouez pas « petit bras » en restant à faire des petits baisers secs !…

  • Embrassez-la dans le cou (en évitant sa bouche, c’est encore plus excitant !)
  • Caressez sa taille, puis ses hanches, puis (plus discrètement) ses fesses.

Prenez votre temps d’explorer son corps avec vos mains, mais avancer.

Soyez patient et discret, n’essayez pas de lui bouffer les seins immédiatement, ou je sais quoi d’autre. Vous n’êtes pas dans une scène de porno ; faites monter la température au bon rythme : ni trop lent, ni trop rapide.

  • Allez trop lentement réduit l’excitation ;
  • Allez trop vite créer de la résistance.

Quand ça commence à devenir chaud (et très agréable), arrêtez-vous ! (faites un « Push »)

Prétextez que vous êtes pudique en public, que vous préférez calmer vos ardeurs parce que vous avez du mal à retenir votre excitation (c’est ça faute : elle est trop sexy ! ;-);)), que vous avez peur d’attirer l’attention, whatever.

Puis proposer lui d’aller marcher, histoire de « refroidir » un peu.

Évidemment, c’est juste un prétexte. Le but est d’escalader l’intimité ; autrement dit, la ramener dans un endroit plus discret, où vous pourrez pousser les kinos sexuels encore plus loin – sans qu’elle ait peur qu’on vous regarde de travers ni choquer la sensibilité les moins de 18 ans. Mais framé ainsi, elle dira toujours « oui », parce que les filles aiment endosser le rôle de celle qui préfère ralentir le processus (même si c’est complètement faux !).

À ce stade, si ça ne se passe pas ainsi, si vous n’arrivez pas à augmenter son excitation après avoir atteint le stade physique, c’est que :

  • Il n’y a pas eu assez de tension en amont.

Donc le premier toucher n’était pas aussi excitant qu’il aurait pu l’être.

Installer de la tension sexuelle en amont est comme appuyer sur un ressort. Si vous appuyez fort dessus, il sautera quand vous relâcherez la tension. Mais si vous appuyez légèrement seulement, il ne fera qu’un petit bond. De même, plus y aura de tension, plus le passage au « stade physique » générera d’excitation. Et plus ce sera facile de poursuivre en aval.

OU…

  • Elle n’est pas prête à vous laisser escalader davantage, ou très difficilement.

Parce qu’elle s’est mise à l’esprit qu’il ne fallait pas qu’elle couche le premier soir, ou une contrainte du même genre. Alors elle va à l’encontre de ses désirs pour ne pas se laisser aller.

Vous pouvez escalader l’intimité quand même (ça ne coute rien), persister un peu, mais si l’excitation ne s’installe pas assez vite après l’escalade physique, en règle générale il sera difficile de l’amener à l’hôtel (pour cette fois) et il vaudra peut-être mieux finir le rendez-vous sur une note positive — pour favoriser un éventuel prochain rendez-vous.

La suite très bientôt…

Questions ? Remarques ? Suggestions ? Laissez un commentaire ci-dessous. Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec vos Wings 🙂 ! Je vous invite aussi à consulter ma librairie : vous y trouverez mes guides sur la séduction minimaliste.

Chrys

À propos Chrys

Je suis l’auteur de plus de 250 articles sur la séduction. Je donne aussi des coachings et des consultations sur la drague en journée, la séduction et la gestion de relations . Chaque semaine, j’envoie de nouveaux articles gratuitement par emails.

3 plusieurs commentaires

  1. Lourd l’article !

    Tu m’a enlevé un sacré poids des épaules : )

    Merci Chrys

  2. Super article.

    Magnifique, sur tout le passage sur la tension sexuelle.
    par contre , sur le premier conseil « oubliez que vous n’avez pas de logistique  » , je pense que c’est très difficile parce que c’est conscient. je dirait plutôt comme tout le reste préparer sa logistique, quitte à mettre 35 euros sur un hôtel en avance du 1er rdv, ou d’une session, ca force le cerveau à mettre le paquet. et dans cette optique on filtre pour coucher pas pour le numéro, on va en rdv (plusieurs) pour conclure.

    L’état d’esprit conditionne beaucoup le fait d’accepter qu’on peut conclure le meme jour. Mais quand on est dans une campagne inconnue, avec peu de filles, des mentalités barrières, … conclure le premier jour devient indispensable parce qu’on doit chasser dans les villes où il ya du flux sans compter le flake, mais qui sont trop loin de chez. En plus, particulièrement pour les très jolies filles, j’ai l’impression que l’escalade tèrs rapide est notre meilleur ami: mieux vaut la brusquer que de stagner. Au passage merci pour les secrets sur la tension sexuelle……….:)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


Recevez le guide gratuit comment aborder et séduire dans la rue!

x